(Dé)mesure de la périurbanisation

Anne Lambert

La croissance du périurbain, unanimement décriée, suscite de nombreuses inquiétudes, économiques, environnementales et sociales. Pourtant, la définition même du phénomène est complexe et n’est pas sans effet sur sa mesure.

lire la suite dans Métropolitiques.eu

L’équité au cœur des politiques climatiques

L’équité au cœur des politiques climatiques : l’exemple des négociations relatives au climat et de la recherche de solutions à la crise énergétique

Loïc Aubrée et Antoine Bonduelle

L’article débat de la question de l’équité dans la lutte contre les changements climatiques. Il établit un parallèle entre le développement pris au niveau international de la négociation entre Etats d’une part, et la pauvreté au niveau d’une collectivité d’autre part. Dans les deux cas, il s’agit à la fois d’un principe moral essentiel, mais aussi d’une condition centrale des consensus et donc de la réussite des politiques face au défi climatique. La question de l’équité renvoie aussi très vite au changement nécessaire des modes de vie vers plus de sobriété.

The article debates Equity Issues in the Climate Change debate is debated. A parallel is set between the development issues at the international level of negotiations between States, and poverty alleviation at the local community level. In both cases, the discussions stem from an essential moral principle, but also as a requisite for consensus and thus a condition of success of climate change policies to combat Climate Change. The issue of equity brings also forward the necessary modification of consumption patterns, into more frugal modes.

Trans-Energy

Ce projet s’inscrit dans le programme Villes durables 2010 de l’ANR. La raréfaction à long terme des ressources énergétiques fossiles et la nécessité, face au défi du changement climatique, de réduire les émissions de gaz à effet de serre rendent inéluctable la transition énergétique. Ce nouveau paradigme énergétique et environnemental définit désormais le contexte dans lequel doit se construire la ville de demain et amène à réfléchir à une nouvelle organisation spatiale qui permettrait de faire advenir la Ville Durable.

Les choix de localisation des ménages et des entreprises, qui contribuent à façonner l’organisation spatiale de la ville, sont actuellement en totale contradiction avec ces nouvelles exigences énergétiques, environnementales, économiques et sociales. Si ce plébiscite de la périphérie par les ménages et les entreprises apparaît clairement en opposition avec les principes de la durabilité urbaine, il n’est pas sûr pour autant que les nouvelles contraintes environnementales et énergétiques suffiront à elles seules à infléchir ces dynamiques spatiales portées par les acteurs privés.

Sur le plan environnemental, le double mouvement de desserrement des emplois et des résidences vers la banlieue et le périurbain, rendu possible par l’accès généralisé à une mobilité automobile à faible coût, contribue à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre.
Sur le plan social, l’accès à la propriété en maison individuelle dans les espaces périurbains où le foncier est moins cher se révèle porteuse pour certains ménages d’un risque de précarisation, les coûts de transport venant grever des budgets déjà mis à mal par l’endettement lié à l’acquisition du logement.

Enfin, sur le plan économique, le desserrement de l’emploi du centre vers la périphérie, mouvement à la fois choisi et subi par les entreprises, se traduit souvent par une détérioration de l’accessibilité à l’emploi pour les actifs les moins qualifiés.

Dans un contexte marqué par un changement de paradigme énergétique et environnemental, l’objectif du projet TRANS-ENERGY est d’apporter aux chercheurs et aux praticiens des connaissances sur les stratégies d’adaptation des ménages et des entreprises face à la transition énergétique et sur leur apport à l’enjeu de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en se basant sur un travail comparatif mené sur les métropoles de Lille et de Lyon. Pour cela, le projet TRANS-ENERGY s’appuie sur une approche systémique, exploratoire et comparative, qui permet d’analyser, à travers une démarche prospective, les arbitrages envisagés par les ménages et les entreprises, face à ces nouvelles contraintes énergétiques, environnementales, économiques et sociales, en matière de choix de localisation et de consommations énergétiques liées au logement et à la mobilité.

Le projet TRANS-ENERGY s’articule autour de quatre tâches complémentaires : une analyse de l’organisation spatiale et de la contribution des ménages et des entreprises aux consommations énergétiques et aux émissions de CO2 liées aux mobilités au sein des métropoles étudiées ; une enquête de terrain sur les stratégies des entreprises en matière de choix de localisation et de gestion de la mobilité de leurs salariés face à la transition énergétique ; une enquête de terrain sur les stratégies des ménages en matière de choix de localisation, de pratiques de mobilités et d’usages du logement face à la transition énergétique. En parallèle de ces trois tâches sera effectué un travail méthodologique de mesure des consommations énergétiques et des émissions de CO2 liées aux mobilités.