Vers des villes postcarbone. Six scénarios contrastés

De nombreux travaux et réunions internationales au plus haut niveau, ces dernières décennies, ont fait progresser, dans l’opinion publique, la prise de conscience des risques lourds que portent en germe, d’une part le réchauffement climatique, et d’autre part l’épuisement possible des sources d’énergie fossile. Dans ce contexte, l’idée d’une transition vers une société dite « postcarbone » fait peu à peu son chemin, avec pour objectifs principaux : une division par quatre d’ici à 2050, par rapport à 1990, des émissions de gaz à effet de serre (dans les pays du Nord), une quasi-autonomie à l’égard des énergies carbonées (pétrole, gaz, charbon), une capacité suffisante d’adaptation aux changements climatiques, et enfin, une attention plus grande aux situations de précarité énergétique.

C’est pourquoi a été lancé, en 2009, un programme copiloté par la Mission prospective du ministère français de l’Écologie et par l’ADEME : « Repenser les villes dans une société postcarbone », dont les travaux sont encore en cours en vue d’un rapport final prévu en 2013, et auquel la revue Futuribles consacre, ce mois-ci, un dossier spécial, coordonné par Jacques Theys, qui a lancé ce programme, et Éric Vidalenc, qui en est aujourd’hui coresponsable avec Nathalie Etahiri.

Leur article, en ouverture de ce dossier, présente la démarche et les réflexions au cœur de ce programme qui analyse en profondeur le rôle que les villes jouent, ou pourraient jouer, dans la promotion d’évolutions et ruptures majeures en faveur d’une société postcarbone. Les auteurs y présentent en particulier les six scénarios de transition qui ont été élaborés en vue de proposer divers cheminements possibles vers des villes postcarbone à l’horizon 2050, au travers d’actions et mesures très concrètes dans le domaine des politiques de transport, de logement, dans les choix énergétiques, l’habitat, les modes de vie, etc. Ils soulignent enfin un enjeu majeur sous-jacent à une telle ambition : la capacité à articuler les trois temps de l’action — les court, moyen et long termes.

Editorial

Artisans du futur

Tribune européenne

Actualités prospectives

Bibliographie

VILLES DU NORD, VILLES DU SUD : LA DURABILITE, ENTRE PRET A PENSER ET OPERATIONNALITE

Plus de quinze après la Campagne européenne lancée en 1994 à Aalborg, le terme de « ville durable » s’est imposé comme une injonction et un horizon centraux des politiques urbaines. Cette diffusion témoigne d’une prise de conscience de l’inadaptation et de la rétroactivité des systèmes sociaux urbains au regard de l’émergence d’une problématique environnementale tant locale que globale. Elle procède, dans le même temps, de la percée d’une approche territorialisée du développement durable – ou non « fractale » c’est-à-dire non directement transposable du global au local. Il s’agit ainsi de prendre en compte la façon dont les enjeux et les objectifs du développement durable urbain varient d’un territoire à l’autre et sont susceptibles de se différencier selon les systèmes politiques, les configurations institutionnelles et les collectifs d’acteurs présents, ce dans un espace mondial « morcelé ».

Ce caractère volontiers pragmatique du développement durable urbain rejoint les analyses qui insistent sur son caractère non stabilisé, et le considèrent davantage comme une « problématique » plutôt qu’une « solution », faisant l’objet de multiples définitions (y compris concurrentes entre elles) et renvoyant à des conceptions de la durabilité urbaine parfois fortement éloignées les unes des autres (ville compacte, attractive, équitable…) – alors même que demeurent de nombreuses incertitudes sur la structuration urbaine « idéale » du point de vue notamment, mais sans exclusive, de la relation entre densité et réchauffement climatique et de la possibilité même d’une ville « post-carbone ».

De façon liée, sous l’impulsion d’instances européennes et nationales de pilotage et de programmation de la recherche et de la demande croissante des acteurs institutionnels locaux en direction d’outils de mise en œuvre et de normes de durabilité opératoires et adaptées aux spécificités territoriales, le développement durable urbain a donné lieu à de très nombreux travaux de recherche, malgré – il convient aussi de le souligner – certaines réticences de la communauté scientifique des Sciences Humaines et Sociales à considérer la catégorie politique du développement durable comme un objet de recherche pertinent et compte tenu du scepticisme suscité par les apories d’une durabilité du développement dans un contexte de finitude des ressources aujourd’hui acté.

A cet égard, une première grande période de lancement et d’appropriation locale du développement durable urbain, sous un format multi-scalaire, témoigne d’un investissement massif des villes et des collectivités des pays du nord de l’Europe (en Suède, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Norvège…) progressivement rattrapé par celles du sud – tout particulièrement en Espagne, Italie, voire au sud du pourtour méditerranéen (Maroc, Égypte).

Les bilans restent toutefois partagés et délicats compte tenu de trois difficultés essentielles :

–          la forte inertie des morphologies et des héritages urbains, et l’échelle de temps long pour repositionner les trajectoires de développement des villes européennes, qui simultanément invitent aussi à ne pas verser dans le catastrophisme ;

–          les enjeux spécifiques que recouvre l’urbanisation selon les échelles d’analyse et de mise en œuvre (Nord/Sud, quartier/ville/agglomération/métropole/interurbain…) et leurs interactions ;

–          la complexification apportée par les dynamiques territoriales (liées aux logiques et pratiques de mobilité résidentielle, de déplacement, de localisation des activités, du foncier…) à l’intégration des dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable urbain.

Pour autant, la nécessité d’une analyse des pratiques, représentations et discours de la durabilité urbaine, ainsi que d’un état des lieux assorti d’un recul critique s’imposent aujourd’hui. De façon conjoncturelle, un contexte mondial et européen récent de signaux contradictoires donnés par la mise au second plan de la crise climatique face à la crise de la dette, et par l’annonce d’un risque d’emballement climatique par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) à la veille de la Conférence de Durban sur le changement climatique (novembre 2011), incite à s’interroger sur les ressorts et la consistance du projet collectif de changement en direction d’un développement durable. Plus fondamentalement, on fera l’hypothèse de tensions structurantes se faisant progressivement jour en matière de développement durable urbain. Sans prétendre à l’exhaustivité, trois de ces tensions seront explorées dans ce cycle de journées d’étude (JE) :

  1. 1.      Une tension entre modèles et transitions  (1ère journée d’étude)

La plupart des observateurs s’accordent pour considérer le caractère incertain du devenir et de la concrétisation des villes durables, et de nombreuses analyses s’orientent vers la question des trajectoires et des dynamiques de changement portées par la mise en durabilité urbaine.  Pourtant, force est de constater la prégnance d’une rhétorique des « modèles » de villes durables dont on peut considérer qu’elle a en partie été initialement encouragée par les initiatives d’instances internationales, puis nationales, soucieuses d’assurer la reprise des nouveaux principes d’action publique inhérents au développement durable par les différents acteurs politiques à l’échelle des territoires, via la diffusion d’expériences « réussies » ou pionnières. Dans cette optique, les expériences et les réalisations urbaines menées au Danemark, en Suède, en Finlande, ont rapidement incarné un « modèle nordique » – malgré  certains paradoxes (par exemple, une production annuelle de déchets municipaux la plus élevée de l’Union européenne pour le Danemark, ou encore une réputation « verte » précédant sa réalisation effective pour Malmö…) –, alors même que les ingrédients de durabilité propres au « modèle urbain méditerranéen » (une agriculture plus résistante à l’urbanisation, d’importantes formes sociales, notamment familiales, de solidarité, des traditions séculaires de résistance à la chaleur, etc.) restaient peu (re)connus (ou valorisés). De la même façon, de récents travaux remettent en question l’idée courante d’une irrigation des villes européennes par un modèle nordique à la pointe, pour souligner un différentiel dans la capacité des acteurs urbains à produire un « autre discours » sur la ville. Un recul semble aujourd’hui possible et nécessaire sur les modèles prévalant en la matière, tant au niveau de leur contenu, de leur efficace et dynamique (y compris sur la durée), qu’au niveau des acteurs / sphères / instances à l’origine de leur diffusion, reconnaissance, et/ou circulation. Qu’est-ce qu’un « modèle » en matière de durabilité urbaine et comment se construit-il ? Sous quelles modalités et à partir de quels enjeux et focales s’organisent et se mettent en œuvre des « passages » et des transitions en direction de la durabilité ?

  1. 2.      Une tension entre gouvernance et gestion (2ème journée d’étude)

La promotion du développement durable s’est accompagnée de l’idée qu’il fallait modifier les modalités d’exercice de la démocratie via l’instauration de principes de « gouvernance » et de « participation » comme quatrième pilier (du développement durable), offrant ainsi des points d’accès aux processus décisionnels pour la société civile et les différents groupes d’acteurs (économiques, ONG, consommateurs, de protection de l’environnement…). Dans le même temps, cette mise en territoire et en démocratie « bottom up » de la durabilité a également été conçue comme un moyen de favoriser la transversalité et la coordination opératoire attendue des politiques urbaines.

Dans les faits, cet « impératif délibératif » s’accompagne souvent de désillusions, d’incantations à la démocratie locale et au « citoyen actif » – où par incidence les échelles avancées comme pertinentes deviennent normatives à travers les appels à la « proximité » –, voire d’un essoufflement sur la durée des démarches entreprises (comme l’illustre la conversion « bureaucratique » de certains Agendas locaux 21 en Suède ou en  Grande-Bretagne). En amont de ces constats, le fait que la mise en durabilité urbaine ait précédé, côté Sud, une décentralisation administrative et/ou s’accompagne de stratégies d’« assainissement économique » promues par de grandes instances mondiales, invite aussi à reconsidérer le lien indéfectible qu’il y aurait entre développement durable et démocratie – de même que des avancées sur des questions de fond peuvent s’observer via l’émergence de mobilisations contestataires, échappant à la sphère publique institutionnelle.

De façon liée, on observe une inflation de dispositifs gestionnaires visant une évaluation/calculabilité continues des politiques menées (à travers la profusion de méthodes de diagnostic, un regain d’intérêt pour la prospective territoriale, et la production d’indicateurs du durabilité), dont l’efficace semble avant tout celle d’insérer les collectivités dans une dynamique constante de changement et d’innovations. Les expériences menées invitent à s’interroger sur le sens même de ces innovations et leur capacité à infléchir les problèmes posés par l’expansion urbaine – et dans le même temps recomposer la division du travail de fabrique de la ville : comment gouverner la ville durable ? Quels risques et efficaces des innovations portées par la durabilité ?

 

  1. 3.      Une tension entre ville et nature (3ème journée d’étude)

Sous l’effet de la prise de conscience d’une finitude des ressources naturelles et de la prise en compte des effets négatifs de « l’urbanisme fonctionnel », le développement durable urbain se présente comme une tentative pour penser autrement les relations ville/nature dans le sens d’une intégration croissante respective et d’une transformation d’une représentation négative de la ville (comme consommatrice de ressources et émettrice de rejets et pollutions diverses). Les espaces urbains sont dorénavant conçus comme lieu d’accueil possible de la biodiversité (trames bleue, verte), la nature élargie à l’environnement de proximité (y compris dans ses aspects d’autosuffisance alimentaire avec un retour recherché d’une complémentarité entre ville et agriculture), l’esthétique de la ville redéfinie à travers des stratégies de « renaturation ». Dans ce contexte, le réquisit de « construire la ville sur la ville » se double, dans de nombreuses villes européennes, de projets et de réalisations visant à inverser l’ordre des priorités : renaturer et préserver d’abord, construire ensuite. Mais cette intégration devient aussi un affichage (en témoigne l’inflation des projets urbains revendiquant cette dimension), soit relativement pauvre dans sa capacité à concilier urbanisme et nature – sans prendre la mesure des changements de mode de vie liés –, soit sélectif socialement (les exemples d’écoquartiers sont sur ce plan-là assez fréquents, les bailleurs sociaux étant encore assez peu nombreux à pouvoir se positionner sur ce créneau). Cette tension entre ville et nature recèle donc aussi son idéologie, dont d’aucuns pourraient voir un habillage, voire une extension des usages de la nature. A l’heure où les villes européennes multiplient les initiatives en la matière, il s’agit de s’interroger sur les limites et la portée de cette intégration : assiste-t-on effectivement à un « changement de paradigme » ? Comment cette intégration recherchée se traduit-elle tant du côté des usagers que des professionnels (qu’il s’agisse d’élus ou de professionnels de l’urbain) ?

L’analyse de ces tensions structurantes sera centrée sur les villes européennes du Nord et du Sud. Elle pourra toutefois concerner d’autres villes – hors Europe – dans la mesure où les travaux menés autoriseront une mise en perspective pertinente avec les dynamiques européennes, ceci afin d’éviter un européanocentrisme aveugle aux grands enjeux de la problématique du développement durable urbain.

Trois entrées transverses seront privilégiées. Il est attendu qu’elles enrichissent la démarche de questionnement et contribuent à défaire des catégories trop durcies (local/global, nord/sud, développement urbain/protection de la nature…) :

–        la dimension socio-culturelle des situations et des expériences menées

–        l’entrée par les échelles des espaces urbains et les échelles d’analyse

–        les dynamiques de production et de préservation d’une « urbanité ».

Privilégiant une démarche comparative, les travaux pourront mobiliser différentes disciplines des Sciences Humaines et Sociales (sociologie, géographie, urbanisme, science politique, littérature et civilisation, droit, économie…), et seront sensibles aux différents niveaux de comparaison possibles (entre sites, terrains, échelles ; entre disciplines ; sur le sens même d’une comparaison, tout particulièrement autour de la notion de « modèle » de développement durable urbain).

 

Ce cycle de journées est ouvert aux travaux de chercheurs confirmés et à ceux de doctorants et de jeunes chercheurs, et aura lieu en présence de « grands témoins », spécialistes internationaux des questions liées au développement durable : J.-P. Lévy (CNRS),  C. Voiron (CNRS, Université de Nice Sophia Antipolis), J. Dubois (IUAR, Aix Marseille Université), E. Zaccaï (CEDD, Université Libre de Bruxelles)… Il a pour vocation d’initier la mise en place d’un réseau de collaborations et d’échanges scientifiques sur les questions de durabilité urbaine entre Nord et Sud.

Plusieurs formes de valorisation et de prolongement favoriseront l’assise de réelles coopérations scientifiques à l’issue de ces rencontres, dont :

–          la publication d’un ouvrage collectif dans la série « Des textes et des lieux » aux Éditions Orizons (Paris), dirigée par A. Choné et Ph. Hamman, et dont sont membres du comité scientifique international les coordinateurs des journées et des chercheurs associés à leur organisation courant 2014 ;

–          la publication d’un dossier thématique dans une revue scientifique courant 2014 ;

–          la participation envisagée au programme interdisciplinaire de recherche de la Maison Inter-universitaire des Sciences de l’Homme Alsace (MISHA),  « La nature à la lettre. Ecritures et production des savoirs sur la nature dans l’Europe moderne et contemporaine » (2013-2017), que coordonnent Ph. Hamman et I. Hajek.

 

Organisation du cycle de journées d’étude :

Responsable scientifique :

Hajek I., MCF en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

 

Comité de pilotage et d’organisation des journées :

Hajek I., MCF en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Hamman Ph., PR en sociologie, Directeur-adjoint du laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Piermay J.-L., PR en géographie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

 

Comité scientifique :

Blanc M., PR émérite en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Camproux M.-P., MCF HDR en droit de l’environnement, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Choné A., MCF en études germaniques, Equipe de recherche en Etudes germaniques, EA 1341, UdS

Donzel A., CR en sociologie, Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES), CNRS UMR 6127, Aix Marseille Université

Gazzola A., PR en sociologie, Directrice du Laboratoire Communication, Recherche Appliquée et de Formation sur les dynamiques Territoriales et Sociales (CRAFTS), Faculté d’Architecture de Gênes

Hajek I., MCF en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Hamman Ph., PR en sociologie, Directeur-adjoint du laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Lévy J.-P., Directeur de recherche CNRS, Directeur du Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement (LAVUE), CNRS UMR 7218

Mohnike T., MCF en études scandinaves, Equipe de recherche en Etudes germaniques, EA 1341, UdS

Piermay J.-L., PR en géographie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Stoessel-Ritz J., MCF HDR en sociologie, Groupe de Sociologie Politique Européenne (GSPE), UMR 7012, Université de Haute Alsace (Mulhouse)

Voiron-Canicio C., PR en géographie, Directrice du laboratoire Étude des Structures, des Processus d’Adaptation et des Changements de l’Espace (ESPACE), UMR 7300, Université de Nice Sophia Antipolis

Zaccaï E., PR à l’Université Libre de Bruxelles, Directeur du Centre d’Etudes du Développement Durable (CEDD), ULB.

 

Calendrier des journées d’étude :

–          JE 1 « Modèles et transitions de la durabilité urbaine » : 30 mai 2012

–          JE 2 « Gouvernance et innovations de la ville durable » : 4 et 5 octobre 2012

–          JE 3 « Quelles natures dans la ville durable ? » : 17 mai 2013


Elisabeth Pélegrin-Genel, Une autre ville sinon rien

Dans les années 2030, près de 90 % de la population française sera urbaine. Il est urgent de réfléchir à des modes de vie plus économes et plus respectueux de l’environnement et surtout d’expérimenter d’autres formes pour habiter et vivre ensemble. L’auteur propose un étonnant parcours à travers toutes les réalisations, même les plus modestes, réalisées ces dernières années et qui nous permettent de rêver à une autre ville : des maisons de retraite autogérées, des béguinages remis au goût du jour, des immeubles construits directement par des familles qui se sont regroupées, des fermes urbaines sur le toit des immeubles… Après les cités jardins qui voulaient faire la campagne à la ville, les éco-quartiers relèvent le pari.
Ce livre aidera tout ceux qui veulent habiter autrement à réfléchir à leur environnement et aux changements à y apporter. Certaines initiatives seront sans lendemain, d’autres deviendront vite banales. Il ne s’agit pas de faire le catalogue exhaustif des récentes innovations architecturales, mais plutôt d’apprendre à déplacer légèrement notre regard sur le quotidien, à sortir des sentiers battus en conservant une bonne dose d’optimisme et d’utopie. Tous ces projets instaurent de nouvelles appropriations et d’autres partages collectifs de l’espace grâce à des dispositifs ingénieux.

Elisabeth Pélegrin-Genel, Une autre ville sinon rien, Paris, Les empêcheurs de penser en rond / La découverte, octobre 2012, 224 p., ISBN : 9782359250480.

Lire la recension de l’ouvrage par Lionel Francou ici

Sociologie urbaine et développement durable

Réchauffement climatique, pics d’ozone, récent « Grenelle de l’environnement », commerce équitable, économie sociale et solidaire, mobilité partagée, mixité sociale… l’actualité ne manque pas de mobiliser le répertoire du « développement durable ». Après avoir rappelé les genèses et filiations du développement durable urbain, ce livre traite de façon originale des enjeux de la « territorialisation » du développement durable dans les espaces urbains.
Le point de départ repose sur le constat du flou qui entoure la notion de développement durable, et plus encore ses usages. Il est d’abord lu comme un levier de transformations des politiques locales, à travers un effort de cohérence entre différents services, niveaux d’action et compétences territoriales. En correspondance avec la réalité des pratiques, les politiques environnementales occupent une place importante dans cet ouvrage, mais en restituant les dynamiques plus larges, sociopolitiques, économiques et culturelles, dans lesquelles elles s’insèrent, ainsi que les dispositifs participatifs reliés aux projets urbains en développement durable.
Le développement durable urbain apparaît inscrit dans des espaces d’interrelations, ce qui permet d’approcher les rapports complexes entre discours et réalités. Il n’y a pas de réalité unique de la « ville durable », mais des processus en train de se faire…

Philippe Hamman, Sociologie urbaine et développement durable, De Boeck, coll. « Ouvertures Sociologiques », 2012, ISBN : 978-2-8041-7210-7.

Energy Systems in Transition: Inter- and Transdisciplinary Contributions

9th – 11th of October 2013 at Karlsruhe, Germany

The energy transformations in Germany and in many other countries worldwide include the rapid expansion of renewable energy sources, an ambitious increase in energy efficiency and, at least in Germany and several other countries, an accelerated phase-out of nuclear energy. These goals place substantial demands on energy research and energy policy making. This transformation is not only a technical but also a societal challenge. It requires an effective, efficient and socially compatible integration of technological development, organisational structure and behavioural adaptations. This integration is crucial for the energy transition to succeed.
What challenges are associated with this envisioned transition?
Necessary changes in user and consumer behaviour;
Acceptance problems and conflicts relating to new infrastructures such as hydro-storage power plants or high-voltage lines;

  • Incentive systems and suitable political and economic conditions for initiating and promoting the necessary innovations;
  • Handling complex, uncertain and ambiguous risks associated with new energy systems;
  • Integration of public participation in formal planning processes;
  • Adequate operator models for decentralised energy systems.

For meeting these challenges, research activities need to investigate the systemic interactions between technology, organisation and behaviour at regional, national and supranational level. Research needs to emphasise the demand side of energy systems and to focus on user needs, integrated scenario building, innovation diffusion, infrastructure planning, and risk governance. The interfaces between technical and societal factors that significantly influence the prospects for the envisioned transformation process need to be investigated. Proposals for designing effective, efficient and socially compatible transformation strategies towards a sustainable energy future have to be developed. New knowledge has to be fed into social debates, stakeholder discussions and the political consultation process in a format that is appropriate to the relevant target audience.
Against this background, the aim of the conference is to address this broad variety of interconnected topics and create room for presenting an interdisciplinary portfolio of approaches and research findings. Conceptual as well as empirical studies from different disciplinary backgrounds (such as transition management, STS, environmental psychology, technology assessment, economics, social responses to energy technologies and infrastructure, sociology, political science, legal studies, and investigations about planning processes etc.) and in particular interdisciplinary contributions are highly welcomed. We explicitly invite analyses from various countries as comparative studies facilitate mutual learning processes.
The conference will include invited papers (providing reviews), oral presentations and poster sessions. The presenters of papers and posters are encouraged to address the following topics:

  1. Concepts, scenarios or modelling approaches with an integrative perspective on energy transitions taking explicit account of the interface between technology, economic development and social changes;
  2. Criteria/indicators for assessing the sustainability of energy transitions as well as tensions/conflicts between different dimensions of sustainability related to the environmental and societal implications as well as the economic performance (including approaches such as the “lead markets” concept);
  3. Governance of energy innovations with a particular focus on path dependencies or path creation; contributions might also address the motivations, strategies, or expectations of different actors in the energy system;
  4. The role of subnational governance levels (including regional/local energy independence or even autarky) for enabling or facilitating energy transitions. In this context, technical, political and behavioural aspects of cooperative governance structures and processes are of special interest; aspects of decentralisation might be addressed as well;
  5. Determinants of individual and group-related behaviour with respect to energy consumption of households and industry and instruments to influence this behaviour (incentives, coordination, communication); this might include new insights into rebound phenomena or on side effects of monetary incentives;
  6. Potentials and limits of public/stakeholder participation in formal or informal planning procedures with respect to energy-related infrastructure projects;
  7. Challenges and approaches for communicating complex and uncertain research results to a wider policy and public audience;
  8. Scientific concepts and methods, governance approaches, regulations or policy packages with an explicit focus on “risks and uncertainties”. In this context, also the tension between flexibility and stability in long-term infrastructure planning might be addressed.

The conference organisers invite contributions from different disciplinary perspectives. The main objective is to gain a better understanding about the conditions, dynamics and impacts of energy transitions towards sustainability. Energy systems are understood as complex socio-technical systems that require transdisciplinary methods and a focus on policy and action oriented research.

The conference programme will entail high-level keynote speeches, parallel thematic sessions as well as a policy-meets-science event.

For more information and for submitting an abstract please go to “papers submission“.

Deadline

The deadline for submitting abstracts is Thursday, the 14th of February 2013.

Acceptance of papers will be notified by the beginning of April 2013.

Movida: Appel à propositions de recherche

Le ministère du Développement durable lance un second appel à propositions de recherche dans le cadre du programme MOVIDA.

Son ambition est d’approfondir des questionnements portant sur l’articulation des dimensions individuelles, collectives et institutionnelles dans les changements de comportement vers des modes de vie plus durables, en les inscrivant dans le contexte d’un monde fini, et en élargissant les champs disciplinaires invités à participer.

Cet appel cible 3 axes de questionnement :

  • Axe 1 : Quels sont les apports de l’économie du bien-être à l’exploration de la durabilité des modes de vie, notamment les recherches concernant la disjonction entre sentiment de bien-être et consommations matérielles ainsi que les recherches relatives aux capacités ?
  • Axe 2 : Quels sont les liens entre consommation, identité et norme sociale, qui pourraient favoriser le changement vers des modes de consommation durables ou au contraire le freiner ?
  • Axe 3 : Quelles incitations comportementales favorisent la durabilité des modes de vie ?

Les propositions sont attendues pour le 15 février.

Pour en savoir plus: http://programme-movida.fr

 

LA JOURNEE DE LA CHAIRE MODELISATION PROSPECTIVE 2012, 3 octobre

Cette nouvelle Journée de la Chaire Modélisation prospective au service du développement durable, intitulée “Prospective pour les enjeux Energie-Climat”, se tiendra le 3 octobre 2012 à MINES ParisTech, Paris, en présence des représentants des industriels partenaires de la chaire, des experts académiques, industriels et politiques du domaine et de la scène internationale (CEPS, AIE, Académie des Technologies, MEDDE, etc.).

Cette Journée proposera ainsi une analyse prospective des enjeux Energie-Climat en deux temps.

La matinée sera consacrée à la restitution des travaux de l’année, autour de “Trois enjeux de développement durable : contributions des modélisations prospectives”:

– Des tensions émergentes autour des bioénergies et des usages des sols

– Energie, développement et objectifs climatiques : des enjeux conciliables ?

– Les « Smart Cities » : quelles réalités derrière « le slogan » ?

Les discussion de l’après midi seront dédiées aux “Transitions énergétiques dans un monde en recomposition”.

Au programme de cette Journée :

Prospective des enjeux Energie-Climat

Géographie, écologie, politique: un climat de changement, Orléans 6 au 8 septembre

La géographie française n’a jamais vraiment réussi à considérer la question environnementale, fondamentalement politique, comme faisant ontologiquement corps avec son champ d’intervention. Et malgré la montée en puissance des enjeux contemporains environnementaux, elle semble continuer de le faire. L’organisation, par la Société de géographie, du colloque Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête en septembre 2010 et la remise, quelques semaines plus tard, du grand prix de cette même société à Claude Allègre pour son ouvrage L’imposture climatique confirme que même sous l’ombre — suffisamment polysémique qu’elle en est lénifiante — du développement durable, la géographie française reste profondément réticente à aborder les problématiques portées par le vaste champ de l’écologie politique.

Le colloque propose de questionner cette réticence et de poser les jalons heuristiques d’un rapprochement entre l’écologie, la politique et la géographie. Il entend le faire sans l’instrumentalisation politique qui caractérise aussi bien l’écologisme dénoncé par les géographes que ces mêmes géographes quand ils dénoncent le catastrophisme environnemental.

Quatre questionnements organiseront le colloque :

Quelles ont été en France les relations historiques et épistémologiques entre la géographie, l’écologie et la politique ?

Quelles ont été ces relations dans d’autres pays et d’autres cultures intellectuelles ?

Quelles sont les conséquences de ces trajectoires historiques et épistémologiques sur la géographie française contemporaine, dans son fonctionnement interne, ses relations aux autres disciplines et au monde politique, et dans ses rapports à la géographie mondiale ?

Quelles sont aujourd’hui les perspectives de rapprochement entre la géographie, l’écologie et la politique ?

La brochure du colloque est également disponible ici en pdf.

Site du colloque: http://www.colloque.ird.fr/geographie-ecologie-politique/

1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable : Quelle transition pour nos sociétés ?

Appel à contributions pour le 1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable : Quelle transition pour nos sociétés ?

Date et lieu : 31 janvier et 1er février 2013, Namur, Belgique

Contexte : Nos sociétés se trouvent aujourd’hui au cœur d’une crise systémique, de nature à la fois environnementale, économique et sociale. Dans cette perspective, le présent congrès vise à

– encourager les approches scientifiques innovantes;

– promouvoir l’interdisciplinarité ;

– faciliter la reconnaissance des scientifiques qui travaillent sur le développement durable.

Thématiques : Le sujet général du congrès porte sur l’articulation entre les concepts de transition et de développement durable (Quels sont les problèmes justifiant une transition ? Quelle transition et comment ? Est-ce réalisable ? Quelles sont les expériences positives ? ). Plus particulièrement, les contributions doivent s’inscrire dans l’un des six domaines suivants :

  1. Biens communs mondiaux : Energie, climat, biodiversité (notamment économie de      stock ou de flux ; seuils énergétiques et pic des ressources ;      implications pour les modes de production et nos modes de vie, …).
  1. Alimentation, agriculture,      élevage : (santé de l’homme et de      l’environnement ; alimentation bio ; agriculture indépendante des      combustibles fossiles ; interdépendance entre organismes vivants ;      promotion des circuits courts ; accès à la terre ; agriculture urbaine,      …).
  1. Logement et aménagement du      territoire : (transport, rénovation du      bâti existant, villes en transition, localisation de l’habitat par rapport      aux services, mobilité douce, intermodalité, …)
  1. Modèles de la transition : Développement durable (DD), prospérité sans      croissance, capitalisme vert ou décroissance ? (limites et critiques, rôle      des indicateurs, de la monnaie et de la finance ; DD et justice sociale ;      questions éthiques).
  1. Le rôle des pouvoirs publics      dans la transition :      Quelle gouvernance ? Comment amener des changements de comportement ?      Evolution des formes de droit et des politiques publiques (évaluation      législative ; inscription du DD dans les constitutions nationales et      traités ; DD et droits fondamentaux).
  1. Les autres acteurs de la      transition : Rôle et place des groupes      d’acteurs divers : citoyens, consommateurs, travailleurs, grandes      institutions, mouvements sociaux ; recherche scientifique, enseignement,      éducation, culture, médias ; démocratie participative et modes      d’intelligence collective.

Dates et informations importantes :

Date limite de soumission des propositions de contribution : 1er juin 2012

Communication des décisions : 2 juillet 2012

Date limite de soumission des communications en texte intégral : 1er octobre 2012

Le 1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable est organisé avec le soutien du Ministre wallon du Développement durable et de la Recherche. Ce congrès est co-présidé par les professeurs Jean-Pascal van Ypersele (UCL) et Marek Hudon (ULB). Il s’agit d’un congrès scientifique et international mais qui vise également la participation et l’implication des décideurs et de la société civile.

Le comité scientifique est composé des personnes suivantes : Pr Christian Arnsperger, Pr Isabelle Cassiers, Dr Gauthier Chapelle, Pr Johan Eyckmans, Pr Marek Hudon, Pr Pierre Lannoy, Dr Kevin Maréchal, Pr Sybille Mertens, Pr Delphine Misonne, Dr Pierre Ozer, Pr Jean-Pascal van Ypersele et Pr Edwin Zaccai.

Le secrétariat académique du congrès est assuré par Dr Kevin Maréchal.

L’appel à contribution complet est dans le fichier attaché à ce message.

Pour plus d’informations sur le congrès, vous pouvez vous rendre sur le site www.congrestransitiondurable.org ou envoyer un message à l’adresse suivante: info@congrestransitiondurable.org.

CA POURRAIT RESSEMBLER A QUOI UNE VILLE FRUGALE ? Atelier transit-city vendredi 15 juin 2012

Jean HAËNTJENS, urbaniste, directeur d’Urbatopie et auteur de “La Ville frugale“.

Voilà comment il présente ses interrogations sur la question :

“Le projet d’un “urbanisme durable” se heurte aujourd’hui aux limites économiques et financières rencontrées par les collectivités, mais aussi par les particuliers.

Si le dérapage des coûts urbains (loyers, transports, carburants, budgets sociaux) est bien réel, il ne doit pourtant pas être regardé comme une fatalité. Les cités qui ont fait du principe de frugalité – obtenir plus de satisfactions avec moins de ressources – le fil directeur de leur stratégie ont montré qu’il était possible d’inventer un autre « mode de ville » à la fois plus économe, plus convivial et plus écologique.

Pour atteindre cet objectif, elles ne se sont pas contentées de réglementer ou d’investir. Elles ont su créer un désir collectif en s’appuyant sur les attentes de simplicité, de sociabilité et de nature partagées par une partie de leur population. Elles ont multiplié les innovations dans les champs de l’habitat, de la mobilité, de l’espace public, de l’économie, de la culture, de l’éducation et de l’environnement. Et elles ont progressé simultanément sur les plans de la technique, de la composition urbaine, de la règlementation, de la tarification, et de la gouvernance.

En fait, le principal défi qu’on du relever ces villes a été d’agir en cohérence sur ces multiples leviers. La question, pour elle, n’est pas d’imaginer des formes urbaines révolutionnaires, mais des combinaisons nouvelles entre des technologies existantes (le tramway, le vélo, le moteur électrique, le numérique, les énergies renouvelables) et des pratiques urbaines en pleine mutation.

Quand la notion de ville durable tend à devenir un slogan marketing sans grande signification, celle de ville frugale impose une incontestable rigueur dans la recherche des solutions. Pour concilier les attentes de mobilité et la sobriété énergétique, les désirs d’espace et la recherche de compacité, le rayonnement et la ville à vivre, la qualité urbaine et la maîtrise des coûts, il faut pouvoir s’appuyer sur des principes et de la méthode.”

Jean HAËNTJENS, urbaniste,
directeur d’Urbatopie et auteur de “La Ville frugale

Les ateliers Transit-City ont lieu au Pavillon de l’Arsenal de 8h45 à 11h
21 Bd. Morland
75004 PARIS.
Métro : Sully Morland.

inscription obligatoire à francois@transit-city.com

A voir: Grenoble 2030, quelle ville voulons-nous ?

 Un documentaire de 2010: Ville saturée, hyper-urbanisée (au détriment notamment des terres cultivables) et connaissant de nombreux pics de pollution tout au long de l’année, Grenoble et son agglomération sont aujourd’hui des modèles de ce qu’il ne faut pas faire en terme d’urbanisme. Or, à l’heure des bouleversements climatiques et de la crise écologique multiforme, il existe pourtant un risque non négligeable de voir par exemple de nouveaux projets routiers rendus compatibles avec le ScoT et de constater que l’obligation « d’intégrer l’empreinte écologique » peut faire l’objet d’interprétations pour le moins réductrices… Au reste, le film rappelle que les occasions ne manquent pas pour les décideurs locaux de se passer de l’avis de la population dans la mise en oeuvre de grands projets (Minatec).
Ainsi, à travers un film qui a la prétention d’aller plus loin que les bonnes intentions affichées du ScoT en posant les questions qui dérangent (décroissance, démocratie, etc.), les Amis de la Terre Isère souhaitent d’une part réaffirmer que l’urgence de la crise écologique nous impose de vrais choix politiques au service de tous et destinés à s’inscrire dans la durée, et d’autre part, attirer l’attention sur le fait que l’élaboration du ScoT est une occasion unique pour les habitants de contribuer à définir des directives conformes aux objectifs de la France pour 2020 : 20 % d’économie d’énergie, 20 % de réduction de GES par rapport à 1990 et 23 % d’énergies renouvelables (loi Grenelle du 3 août 2009).
« Grenoble 2030 » s’appuie sur le témoignage d’objecteurs de croissance (Paul Ariès) et d’acteurs de l’écologie au niveau national (Pierre Rabhi), apportant un éclairage sociologique et philosophique. Le film donne également la parole à des citoyens concernés par le devenir de leur territoire de vie : Rocade Nord, agriculture, pollution de l’air, déchets, etc.

https://www.dailymotion.com/video/xc8ype_grenoble-2030-quelle-ville-voulons_news

Comprendre les modes de vie de demain pour offrir des solutions de mobilité adaptées

N° Spécial de : Public transport international, n°2, mars/avril 2012

Sommaire

Les modes de vie de demain: La mobilité, un mode de vie : un changement de paradigme

M. Lichtenegger

Les nouveaux modes de vie en 2025 : une chance pour PTx2

T. Rouyer

Une approche différente de la voiture privée et de nouvelles opportunités pour le transport public

J. Borghuis

L’avenir de la mobilité urbaine : vers des villes multimodales et connectées en 2050

W. Lerner & F.-J. Van Audenhove

Les modes de vie et de consommation évoluent

B. Jung

Au-delà des services de transport, MTR réinvente l’expérience du voyage en métro grâce aux dernières technologies mobiles

A. Leung

Y4PT, attentes et aspirations

Les apories de la ville durable, 1 et 2

Deux dossiers à consulter sur le site de la Vie des idées à propos des apories de la ville durable:

La ville autosuffisante

Malgré son succès récent, l’expression « ville durable » reste confuse. La Vie des Idées propose une série d’articles pour mieux comprendre cette notion et les enjeux qu’elle recouvre.

La ville équitable

Après avoir abordé la question de la ville autosuffisante, et avant de s’intéresser à la ville démocratique, La Vie des Idées propose, en partenariat avec Métropolitiques, de revenir sur les enjeux de la ville équitable. Les questions posées par les politiques urbaines, le partage de la valeur ajoutée à l’échelle des grandes conurbations urbaines, l’accès équitable au logement ou encore les inégalités territoriales face aux risques, invitent à réfléchir aux conditions d’un modèle de développement urbain équitable.

Pour consulter les dossiers :

http://www.laviedesidees.fr/Les-apories-de-la-ville-durable,1090.html

http://www.laviedesidees.fr/La-ville-equitable.html

Low Carbon Communities. Imaginative Approaches to Combating Climate Change Locally

Edited by Michael Peters, Senior Research Fellow, Shane Fudge, Research Fellow and Tim Jackson, Director, RESOLVE, University of Surrey, UK

‘We are faced with the greatest challenge to public engagement since World War Two, and a new discourse of fear – not military invasion but climate change. At the same time most people cannot grasp the scale of the challenge nor what they are supposed to do about it. Good governance requires an informed citizenry who are much more than consumers and customers, but active participants in a new post-carbon politics. Low Carbon Communities helps to set out the political and cultural agenda for the first half of the twenty-first century and, ultimately, the imaginative approaches that are required now to address climate change.’
– Michael Redclift, University of London, UK

‘Few aspects of the transition to sustainability are more important than the search for effective means of enabling behaviour change, innovation and cooperation in local communities. This collection is a hugely valuable contribution to our understanding, and to the work of practitioners and policy makers alike.’
– From the Foreword by Ian Christie, Associate, Green Alliance and Chair, RESOLVE Advisory Committee

Community action is a vital strategy in the fight against climate change and has increasingly informed government policy, academic inquiry and grassroots action since the start of this century. This timely and engaging volume explores both the promise of community-based action in tackling climate change and some of its limitations.

On the one hand, community-based action offers a meaningful way to achieve global targets and an avenue for renewing social relations at the local level. On the other, it challenges fundamental aspects of social organization in the modern economy and sometimes comes into conflict with wider structures and constraints. This volume brings together theoretical and practical perspectives on community action to mobilize social change towards a sustainable, low carbon future. The opportunities and challenges are considered through a diverse range of models and case studies. Fresh conceptual insights are provided and new light is shed on the policy implications and practical ramifications of establishing effective community engagement in efforts to combat climate change locally.

This book will prove a stimulating read for academic researchers in the fields of climate change science, local and national level policy analysis and governance research. Local authorities, development agencies and policy makers seeking to understand and to influence the behaviours and practices of ‘energy consumers’ and the communities in which they live will also find much to inspire them.

2010 304 pp Hardback 978 1 84844 589 5 Regular Price £78.00  Web Price £70.20 ebook 978 1 84980 710 4
2012 Paperback 978 1 84980 432 5  Regular Price £25.00  Web Price £20.00

For full contents – www.e-elgar.com

Colloque “Science et développement durable : 20 ans après Rio, quelles perspectives ?”

Paris, les 4 et 5 avril 2012 – Campus Gérard Mégie du CNRS

Une conférence-débat organisée conjointement par l’Institut Écologie et Environnement du CNRS (InEE) et l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) dans le cadre de la semaine du développement durable du 1er au 7 avril 2012, au siège du CNRS.
Ce colloque s’adresse au public intéressé par le développement durable, aux questions qu’il soulève et à sa mise en débat. L’objectif est de réinterroger ce concept afin de préparer la conférence Rio+20 de juin 2012. Plusieurs tables rondes permettront d’engager un dialogue entre scientifiques et acteurs. La contribution de la science du concept de développement durable vis-à-vis des multiples enjeux qu’il soulève pour les socio-écosystèmes, les ressources et les territoires seront débattus.  

Organisation

Le colloque se tiendra à partir de 16h le 4 avril, et toute la journée le 5 avril 2012
Inscription gratuite mais obligatoire dans la limite des places disponibles

En savoir plus et s’inscrire

Programme

Télécharger l’affiche

Contact : Agathe Euzen, agathe.euzen@cnrs-dir.fr