Colloques futurs urbains

Le LABEX Futurs Urbains regroupe 13 laboratoires de recherche travaillant en aménagement, architecture, environnement et transport. Sa construction provient du constat que bon nombre des grands enjeux concernant la ville de demain se situent au carrefour de plusieurs disciplines.

Le présent colloque international est centré sur ces questions carrefours, que nous voulons identifier et approfondir, autour de quatre thématiques privilégiées.

Il faut, tout d’abord, prendre la mesure des démarches d’innovation qui accompagnent le double processus de mondialisation et de métropolisation (Appel à communications n°1). Les logiques du développement territorial et de la circulation des connaissances mettent en jeu des interactions complexes entre dynamiques économiques et mutations sociales. Plus globalement ce sont, tout à la fois, les manières de projeter, d’aménager, ou de produire la ville dans sa dimension matérielle (immeubles, infrastructures, quartiers, espaces publics, etc.) qui se transforment. Les raisonnements et les pratiques changent d’échelle et se font, en même temps, plus transversaux.

On retrouve des problématiques analogues dans le champ de la modélisation (Appel à communications n°2). Les modèles sectoriels : sur la qualité de l’air ou de l’eau, sur les transports, sur l’usage des sols, sur la résistance aux événements extrêmes ou au changement climatique, ont considérablement progressé. L’enjeu est, aujourd’hui, de se mettre en mesure de construire des approches plus intégrées. L’articulation entre pratiques de modélisation et expertise mobilisable par la décision politique est à ce prix.

D’un point de vue concret, la ville de demain s’affrontera à deux grands enjeux : celui des nouvelles vulnérabilités et des inégalités, d’un côté, et celui d’une ville plus économe, de l’autre.

Pour ce qui concerne les nouvelles vulnérabilités et les inégalités (Appel à communications n°3), il faut dire, premièrement, que l’accès aux aménités urbaines est plus aisé, en Europe, dans les centres-villes, là où les politiques à vocation environnementales sont, par ailleurs les plus actives. Les conditions à venir de la mobilité pourraient bien accentuer le fossé entre des centres-villes requalifiés et des espaces périphériques où la précarité énergétique rejoindrait la précarité économique. A une plus grande échelle, l’exposition aux risques naturels vient également, souvent, redoubler la vulnérabilité sociale. Tout cela lance de nouveaux défis aussi bien en termes de gouvernance, qu’en termes d’innovation technique.

Du côté de la ville économe (Appel à communications n°4), si de multiples solutions techniques voient le jour, il est clair que leur mise en œuvre appelle de nouveaux paradigmes sociotechniques. Les approches en termes de « circuit court » interrogent les usages, aussi bien que les modes de gestion des services urbains. Les formes de valorisation économique et de l’intervention publique évoluent. Les modes d’articulation avec les temporalités urbaines du quotidien également.

Chacune de ces quatre thématiques fait l’objet d’un appel à communications à spécifique auquel nous vous invitons à vous reporter.
Parmi les propositions, celles qui acceptent d’explorer les questions frontières (frontières thématiques, disciplinaires ou épistémologiques) encore émergentes aujourd’hui seront privilégiées.

Calendrier des dates limites

Propositions de communication:
15 mai 2012

Notifications d’acceptation:
15 juin 2012

Téléchargement du papier final:
15 novembre 2012

Inscriptions: 15 décembre 2012

Les « mardi après-midi » du Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain, LIED (2012)

Le Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain (LIED) et son réseau international PIERI (Paris 7 Interdisciplinary Energy Research Institute) ont été conçus dans le contexte de la croissance continue des besoins énergétiques mondiaux, couplée aux problèmes environnementaux, englobant la question climatique. Ils répondent à la nécessité d’une approche globale, rarement prise en compte, des problèmes posés dans toute leur complexité. Sa singularité est en effet de fédérer étroitement, autour des questions soulevés au niveau national et international, des membres des secteurs Sciences (Biologie, Chimie, Informatique, Mathématiques,  Physique, Sciences de l’ingénieur, Sciences de la Terre) et Sciences Humaines et Sociales (Anthropologie, Economie, Géographie, Histoire, Philosophie, Sciences politiques, Sociologie), qu’ils soient universitaires ou venant d’entreprises.

Le LIED (Laboratoire Interdisciplinaire des Énergies de Demain) organise ses premiers séminaires thématiques.

Efficacité énergétique et modes de consommation (28 février 2012)

De 14 à 17 heures, salle Klee (454 A) du bâtiment Condorcet.

  • 14h Hassan Peerhossaini (Polytech Nantes) : Quelles sciences pour faire évoluer les modes de consommation ?
    Les questions liées à l’efficacité énergétique sont elles du domaine réservé des sciences pour l’ingénieur ? Qu’ont-elles à y faire les sciences dites fondamentales ? Et qu’attendre d’un dialogue avec les chercheurs du secteur sciences humaines et sociales? Ces questions seront brièvement introduites pour guider les débats attendus par la suite.
  • 14h15  Jean-Paul Gourlia (TOTAL) : L’efficacité énergétique est-elle uniquement technologique ?
    L’efficacité énergétique, considérée comme un enjeu majeur dans le cadre de la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre,  est l’objet de nombreux débats ; entre autres, des objectifs ont été définis au niveau de l’union européenne. Mais quel secteur économique doit-il accentuer ses efforts ? L’industrie, le transport, le tertiaire ? La solution réside certainement dans chacun d’entre eux, encore plus dans le comportement individuel et collectif.
  • 14h40 Jean-Pierre Rognon (G2Elab) : L’électrification dispensera-t-elle de la sobriété énergétique?
    L’électricité occupe une place croissante dans le mix énergétique. L’électrification de certaines fonctions permet des gains importants d’efficacité, donnant l’espoir de relaxer des contraintes de sobriété. Des marges de progrès existent à tous niveaux de la chaîne électrique, de la production aux usages en passant par la distribution. Les développements dans ce domaine porteront sur les constituants et leur contrôle mais aussi sur les architectures de réseaux et la gestion des flux. Mais pourra-t-on se dispenser de l’implication des producteurs et des consommateurs par rapport à l’objectif de sobriété ?

15h15 Pause café

  • 15h45  Bernard Saincy (GDF-Suez) : Innovation sociétale et lutte contre la précarité énergétique
    1,3 milliard de personnes n’ont pas accès à l’énergie dans le monde. En Europe près d’un quart de la population est en situation de précarité énergétique. Comment réduire ces fléaux ? Quels rôles peuvent jouer gouvernements, institutions internationales, monde associatif et entreprises pour relever le défi de l’accès à l’énergie durable pour tous? L’innovation sociétale est au cœur des réponses à ces défis. De nouveaux modèles d’affaires apparaissent centrés sur la réponse aux besoins des populations vulnérables de la « Base de la pyramide » et dans des logiques de création de valeur partagée. Ces modèles fondés sur des partenariats publics privés innovants, sur un dialogue sociétal organisé donnent lieu à des expérimentations. Quelle évaluation peut-on en faire?
  • 16h10 Aurélia Michel (SEDET) : Accès à l’énergie et développement : un regard non européo-centré
    Le lien entre consommation et production d’énergie et développement est envisagé par les historiens, le plus souvent, à partir du modèle de développement industriel occidental. Or, l’histoire des sociétés des Suds permet de montrer des logiques et des réponses différentes face aux ressources énergétiques dans leur ensemble. D’autant plus dans des contextes de rareté énergétique, les modes de consommation expriment l’organisation des sociétés autour de l’accès et de la gestion des ressources. A travers un exemple mexicain, on montrera l’efficacité « sociale » particulière qui articule accès à l’énergie et consommation.

16h35 Discussion animée par Laurence Raineau et Eduardo Wesfreid

Les échelles des territoires (13 mars 2012)

De 14 à 17 heures, salle Klee (454 A) du bâtiment Condorcet.

  • 14h Patricia Bordin (IRC) : La carte est-elle le bon modèle pour représenter les territoires ?
    La géomatique se situe dans un entre-deux : elle propose de modéliser des informations géographiques en données qui peuvent ensuite être analysées dans des approches informatiques et physiques. Cette modélisation est contrainte par l’origine et la structure des outils utilisés, les systèmes d’information géographique (SIG). La modélisation multi-échelle introduit un peu de souplesse dans cette caricature des territoires qu’est la carte. Cela ne nous affranchit cependant pas d’un travail minutieux de co-modélisation avec les géographes, sociologues, aménageurs, environnementalistes,…
  • 14h25 Stéphane Douady (MSC) : La modélisation des villes, comment croiser regard physiques et urbanistiques ?
    Est-il possible de résumer les observations et connaissances des urbanistes dans un modèle physique ? Est-il possible de faire accepter un modèle extrêmement simplificateur (physique simple) a des spécialistes de la complexité humaines (urbanistes) ? Qu’est-ce que ce croisement nous apprend sur notre différence d’approche, et finalement sur l’objet d’étude ?

14h50 Pause café

  • 15h20 Jean-Pierre Orfeuil (IUP) : Modeliser la mobilité: enjeux et limites.
    Les comportements de mobilité sont des comportements de choix de destination, de moyen, d’itinéraire au moment d’un déplacement, mais ils s’organisent à différentes échelles, tant temporelles (la journée, la semaine, l’année) que spatiales (logiques différentes sur longues et courtes distances, problématiques du dernier kilomètre, etc.), si bien qu’ils font système. On a néanmoins besoin d’approches partielles sur un champ déterminé pour avancer dans la connaissance. On s’attachera donc ici, à partir d’exemples concrets,  à identifier les difficultés, besoins de données, pièges, etc.  qu’on peut rencontrer, c’est-à-dire à examiner les zones de pertinence des modèles, aussi bien du point de vue de la compréhension des phénomènes (mobilité) que de ses conséquences (énergie notamment).
  • 15h45 Arnaud Passalacqua (ICT) : L’histoire donne-t-elle une quatrième dimension fiable aux trois géométriques ?
    En tant que discipline, l’histoire est elle-même confrontée aux choix d’échelle spatiale – de la microhistoire à la world history –, aux choix d’échelle temporelle et au positionnement des focales afin d’apporter des éléments de réponses à des questionnements préalables. L’interaction entre choix des sources et choix des échelles est au cœur du travail de l’historien. Confrontée aux autres disciplines, l’histoire introduit donc la nécessaire inscription temporelle des dynamiques territoriales. Sa vertu est ainsi probablement de rappeler le poids des continuités ou de souligner celui des ruptures. Par les différentes échelles de temps qu’elle introduit, l’histoire peut ainsi éclairer les raisonnements produits sur les territoires, en les ramenant bien souvent à une inertie, qui ne peut être négligée, même dans les phénomènes qui semblent les plus dynamiques.

16h10 Discussion animée par José Halloy et Pauline Lavagne d’Ortigue

16h45 Quelles séances à prévoir pour la suite du cycle ?

Politiques publiques des énergies (20 mars 2012)

De 14 à 17 heures, salle Klee (454 A) du bâtiment Condorcet.

  • 14h Joseph Szarka (Université de Bath) : Politiques publiques et énergies renouvelables: entre l’économique et le social ?
    A partir de l’exemple de la diffusion de l’éolien, la présentation passe en revue les principaux instruments de politique publique en direction des ENR (appels à l’offre, tarifs d’achat, certificats échangeables) pour démontrer les difficultés à prévoir les effets sociaux des mesures essentiellement économiques. En effet, l’étude comparative révèle que les interactions entre l’économique et le social varient non seulement en fonction de l’instrument choisi, mais aussi en fonction des pays. L’analyse du  fonctionnement des politiques publiques envers les ENR nécessite donc le remplacement de l’approche dominante de la période récente –  à savoir une entrée par les sciences économiques – par une approche pluridisciplinaire.
  • 14h20 Alain Nadaï (CIRED) : Politiques éoliennes et paysage : une comparaison Allemagne, France, Portugal
    Cette présentation compare les politiques et le développement éolien dans trois pays européens – France, Allemagne et Portugal – qui ont tous adopté le tarif d’achat pour soutenir le développement de l’énergie éolienne. L’analyse met en avant le rôle des pratiques paysagères dans l’émergence de réseaux sociaux intéressés à porter le développement éolien et distingue trois configurations de transition énergétique à partir de cette comparaison : l’actualisation (la continuité à partir de l’existant) en Allemagne ; la recherche d’un ré-équilibrage entre les niveaux local et national au Portugal ; l’enjeu d’une double décentralisation énergétique et paysagère en France, passant le plus souvent par la mise en échec des formes degestion existantes.
  • 14h45 Hubert Flocard (CSNSM) : Qu’apporte l’éolen à notre dispositif énergétique ? Un regard sur les données.
    L’opposition locale au déploiement de l’éolien (sur terre et près des côtes) se focalise presqu’exclusivement sur son impact esthétique (effet NIMBY) ou sur les dommages qu’il pourrait causer à la faune. Or, ces aspects pèseraient bien peu si une pénurie électrique durable touchait le pays et si l’éolien avait la capacité d’y apporter une réponse efficace même partielle. Ce ne ce sont donc pas eux que nous allons aborder dans cet exposé. Partant des caractéristiques techniques de l’approvisionnement électrique d’une nation et d’un continent nous essayerons de montrer que, sur un territoire disposant d’une capacité d’interconnexion, l’éolien fournit une réponse qui aux plans énergétique, économique ou écologique ne justifie guère l’engouement qu’il suscite auprès du public et des médias en général et par voie de conséquence auprès des politiques.

15h10 Pause café

  • 15h40 Ariane Debourdeau (IGEAT) : L’énergie solaire, promesse ou utopie ? Controverses et problématisations du photovoltaïque en France
    L’histoire de l’énergie solaire photovoltaïque est jalonnée d’oscillations entre enthousiasme et désaffection voire, actuellement, mise à l’index. En effet, depuis une dizaine d’années, le solaire photovoltaïque a connu une expansion sans précédent à la faveur des tarifs d’achat. Les controverses récentes sont à la mesure de cet essor et pointent du doigt le coût collectif jugé « insurmontable » des dispositifs de soutien au développement du solaire. Or, une approche comparée des instruments de politique publique mis à nu par cette controverse donne à voir les enjeux de « bien commun » et les errements attachés à un certain mode de problématisation du photovoltaïque.
  • 16h05 Josquin Debaz (GSPR) : Entre résilience et déplétion : politiques énergétiques et sociologie des controverses
    Après un bref retour sur les outils sociologiques applicables à l’analyses des controverses, nous nous pencherons sur les enjeux d’une politique des choix énergétiques. Illustrés ici par les cas de l’éolien et du photovoltaïque, ces choix impliquent dans leur calcul tant la question de l’économie que celles du climat, de l’environnement et de la santé environnementale, de la concertation, etc. La montée des tensions autour de ces enjeux, parfois fulgurante comme dans le dossier des gaz de schiste, repose non seulement sur l’urgence de l’objet lui-même mais aussi sur la diversité des causes locales et internationales qui s’interconnectent dans le dossier, mettant en opposition différentes visions du futur et différentes hiérarchies des problèmes.

16h30 Discussion animée par Mathieu Arnoux et Laurent Limat


Quelles formes spatiales pour le développement urbain durable ?

Ce colloque, organisé par l’l’UMR Citeres (CNRS, Université de Tours) est inscrit dans le programme du 137e congrès du CTHS. Il porte sur les formes spatiales pour le développement urbain durable et veut rendre compte des controverses scientifiques actuelles en géographie, en aménagement de l’espace ou dans l’action urbaine pour trois échelles spatiales imbriquées privilégiées : 1. Celle allant du bâtiment à l’opération. 2. Celle de la ville. On reviendra ici sur le débat entre étalement et densité, mais on abordera aussi la place dela végétation dans la composition urbaine. 3. Celle de la région urbaine, grand territoire des grandes agglomérations.

En France et ailleurs dans le monde développé, les acteurs des territoires sont confrontés de manière croissante à des exigences sociétales quant au respect de normes, lois ou référentiels relatifs au « développement durable ». Ceci impacte certaines dimensions sectorielles de l’action publique (gestion des déchets, maîtrise de la demande en énergie, préservation de la biodiversité, gestion de la ressource en eau…), mais aussi la forme donnée ou prônée pour la ville. Mais peut-on parler de forme urbaine durable ?

Certains travaux essaient d’inventorier les critères à prendre en compte pour tendre vers cet objectif. Sont ainsi abordées les notions de contexte urbain, de typologie bâtie, de dimensionnement, de mixité fonctionnelle, d’économie de l’espace, d’énergie, etc. Néanmoins, des débats scientifiques nourris ont lieu sur l’unicité ou la pluralité des formes urbaines durables, sur les échelles spatiales permettant de les appréhender, voire sur les possibilités de faire de la durabilité un objectif atteignable pour la planification spatiale, l’urbanisme et la gestion de l’environnement. Ainsi, par exemple, l’application du cadre du développement durable à l’interaction entre forme urbaine et mobilité quotidienne aboutit à une stigmatisation de l’étalement, mais aussi à l’émergence d’une controverse sur l’avantage de la compacité.

Pour cette journée, qui veut rendre compte des controverses scientifiques actuelles en géographie, en aménagement de l’espace ou dans l’action urbaine, trois échelles spatiales imbriquées seraient privilégiées :

Celle allant du bâtiment à l’opération, à travers la figure qui commence à être décryptée, des écoquartiers ;
Celle de la ville. On reviendra ici sur le débat entre étalement et densité, mais on abordera aussi la place de la végétation dans la composition urbaine, du point de vue des fonctionnalités écologiques ;
Celle de la région urbaine, grand territoire des grandes agglomérations, qui prend des formes variables (monocentrique, polycentrique…) et conduit à ménager dans l’espace les enjeux de qualité environnementale et de rayonnement économique.

Modalités de participation
Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots-clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit. Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse du colloque (congres@cths.fr) avant le 1 novembre 2011.
Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique fin décembre 2011. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des articles. Les textes devront parvenir aux organisateurs au plus tard le jour du colloque. Les actes seront publiés dans une ou plusieurs revues à comité de lecture.

Contact
Sylvie Servain-Courant
courriel : servain (at) ensnp [point] fr
CITERES, UMR 6173
ad. postale : CITERES, UMR 6173, BP 60449, 37204 Tours cedex 3
ad. physique : CITERES, UMR 6173, MSH, 33 allée F. de Lesseps, 37200 Tours
Christophe Demazière
courriel : christophe [point] demaziere (at) univ-tours [point] fr
CITERES, UMR 6173, BP 60449, 37204 Tours cedex 3

lien: http://calenda.revues.org/nouvelle20828.html

Colloque international “Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables” (1 et 2 février 2012)

Les notions de développement durable et de ville durable font l’objet d’un travail critique fragmentaire de la part de nombreux chercheurs. Cependant, leur éclatement et le caractère parfois marginal de l’objet “durable” dans leur démarche masquent les transversalités critiques qui pourraient être mises en évidence sur ces objets du développement et de la ville durables.
Il est temps aujourd’hui nous semble-t-il, d’avoir une approche réflexive s’interrogeant sur les appuis théoriques, les démarches empiriques, les corpus utilisés, les objectifs visés, bref, les ressorts de ces critiques, leur éventuelle cohérence et les limites qu’elles rencontrent, que ces dernières soient d’ordre pratique, épistémologique, théorique ou autres.
La problématique du colloque initié par l’équipe de recherche AUS, ouvre de nombreuses pistes dont seulement quelques-unes sont esquissées dans l’appel à communications. Il s’agit en effet d’un chantier dont les enjeux sont à la mesure d’un modèle qui sature aujourd’hui les modes de légitimation des institutions et des cadres de l’expérience qu’elles tentent de mettre en œuvre.

Pour en savoir plus : http://sociocritiquesdeveloppementdurable.wordpress.com/

ENVOI DES CONTRIBUTIONS

Envoyez vos contributions avant le 17 octobre sous format électronique avec demande de confirmation de lecture à:
Jérôme Boissonade ➢ jboisson@msh-paris.fr et Katja Hackenberg ➢ katja_hackenberg@web.de

Les Premières Rencontres Internationales de Reims en Sustainability Studies

Les Premières Rencontres Internationales de Reims en Sustainability Studies auront lieu les 22 et 23 juin 2011 avec, entre autres, la participation d’Ignacy Sachs, William Clark, Christian Comeliau, Jean-Charles Hourcade et Deepak Nayyar.

Faire coïncider viabilité environnementale et progression du bien-être de tous constitue un des enjeux majeurs du développement durable. Cet enjeu prend un relief particulier, dans la perspective de Rio+20, prochaine conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement qui se tiendra en 2012. Dans ce contexte, il importe de refonder les pratiques de planification. Répondre à la question récurrente des mécanismes de coordination nécessaires, qu’il s’agisse de l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale, est essentiel. C’est pourquoi, le thème de ces Rencontres est “Equité sociale et viabilité environnementale : le retour de la planification ?”

Ces Premières Rencontres marquent le lancement d’une plate-forme de recherche en Sustainability Science à Reims. Programme en ligne : http://www.univ-reims.fr/site/laboratoire-labellise/habiter-ea-2076/les-axes-de-recherche/axe-amenagement-urbanisme,11231,21753.html? Inscription gratuite : http://enquete2.univ-reims.fr/limesurvey/index.php?sid=59143&lang=fr (version française) http://enquete2.univ-reims.fr/limesurvey/index.php?sid=59143&lang=en (english version)

Changing the Energy System to Renewable Energy Self-Sufficiency

 

International Conference September 15

th-16th 2011 in Freiburg (Germany)

The transformation of the present energy system to a sustainable energy system is discussed worldwide. Self-sufficiency attained with the help of electricity, heat, and fuel from renewable energy in combination with energy saving behaviors is seen as the one way to establish a sustainable energy system. Therefore, in order for the implementation of renewable energy self-sufficiency (RESS) to be successful, numerous ecological, economic, technical, and social factors have to be taken into account, making an interdisciplinary analysis indispensable. Moreover the integration of local and practical knowledge is essential in many cases (transdisciplinary approaches). However, what is lacking the most is a coherent approach to the topics from different fields.

On these grounds the conference aims to attract scientists from a wide variety of disciplines who share an interest in studying the change of the energy system to a system based on renewable energies.

Conference site : http://www.ress-conference.uni-freiburg.de/

Les cultures du déplacement. Mobilité et requalification des lieux et des territoires

Depuis 2006, les précédentes éditions des « Rendez-vous de Géographie Culturelle, Ethnologie et Etudes Culturelles en Languedoc-Roussillon » ont tour à tour envisagé la problématique de la construction des territoires par les fêtes et les loisirs (Fournier, Crozat, Bernié-Boissard et Chastagner, 2009), les dynamiques du développement culturel local (Fournier, Bernié-Boissard, Crozat et Chastagner, 2010) et la question de la patrimonialisation et de la valorisation des lieux (actes en cours de publication). Il s’agissait ainsi de montrer et de renforcer l’idée selon laquelle des facteurs artistiques, culturels et sociaux pouvaient significativement contribuer à l’apparition et à la reconnaissance de « nouveaux territoires » (Bernié-Boissard, 2000). Les travaux réalisés ont fait apparaître la nécessité de prolonger l’étude de la construction géographique, ethnologique et culturelle des territoires en focalisant l’attention sur les requalifications des lieux et des territoires, sur les phénomènes de mobilité, et en particulier sur la notion de « cultures du déplacement ». Pour la 5e édition des « Rendez-vous de Géographie Culturelle, Ethnologie et Etudes Culturelles en Languedoc-Roussillon », cette dernière notion sera étudiée dans une double dimension : à travers son vécu culturel par des individus et des groupes de plus en plus mobiles d’une part, à travers les processus d’organisation et de construction qui lui sont associés d’autre part.

Date limite de soumission des propositions de communication:

15 Juin 2011

Dates et lieu du colloque:

14-15-16 Juin 2012, Université de Nîmes (France)

Pour en savoir plus cliquer ici