Tout savoir sur l’eau du robinet

6737-1606-CouvertureSous la direction de Agathe Euzen, et Yves Levi

Editions du CNRS

D’où vient l’eau du robinet ? Tout le monde a-t-il accès à ce service essentiel ? Peut-on la boire ? Pourquoi contient-elle du chlore, du calcium ? D’où vient le calcaire ? Est-elle contaminée par des pesticides, des nitrates, du plomb ? Comment est-elle traitée et arrive-t-elle jusqu’à nous ? Qui est responsable de sa qualité ? Quelle est sa réglementation ? Comment la consommons-nous ? En manquerons-nous demain ?

Rares sont ceux qui savent ce qui se cache derrière cette eau du robinet. La vie, la santé, la sécurité de tous sont pourtant liées à l’importance de la distribution en continu d’une eau saine.

De ses origines à son traitement, de la protection de la qualité et de la quantité des ressources à sa gestion et à sa consommation, l’eau « courante » et potable, celle de tous les jours, est le fruit de processus complexes souvent mal connus. Ce livre donne aux consommateurs les réponses aux questions qu’ils se posent, ou qu’ils aimeraient poser, sur les mystères de cette eau si précieuse.

Agathe Euzen est chercheuse au CNRS en anthropologie et sciences de l’environnement, et Yves Levi
est professeur à la faculté de Pharmacie de l’Université Paris-Sud,
membre de l’Académie des Technologies, de l’Académie nationale de
Pharmacie et membre correspondant de l’Académie nationale de Médecine.

Anthropologie des usages de l’énergie dans l’habitat

Les politiques de maîtrise de l’énergie dans l’habitat, et plus largement dans les bâtiments, se fondent sur une réglementation plus exigeante des normes de construction. Elle s’appuient également sur un certain nombre d’aides financières incitant les ménages à réaliser des travaux ou à acquérir des équipements de chauffage plus performants. On sait que ces efforts ne permettront pas d’atteindre les objectifs fixés en matière de réduction du CO2 si les pratiques ne « suivent pas » ou si elles contrarient, dansl’usage quotidien qui en est fait, le fonctionnement attendu des appareils domestiques, qu’ils consomment de l’énergie à des fins de chauffage ou à d’autres finalités (cuisine, toilette, travail, loisirs…).
Mais que sait-on au juste des pratiques et usages de l’énergie dans l’habitat ?
Que peut-on attendre des habitants que nous sommes, pris entre bonne volonté écologique et exigences de confort, entre difficulté à se chauffer et souci d’économiser, entre « raison domestique » et prescriptions techniques ?Suspendant pour un temps tout jugement et toute posture normative, cette étude fait le point sur la question à partir d’un tour d’horizon de la littérature sociologique et anthropologique sur le sujet et en l’assortissant d’une riche bibliographie commentée, tant française qu’étrangère.
 
Ouvrage dirigé par Hélène Subremon, consultatble ici

Cities and climate change: Global report on human settlements 2011

 

 UNITED NATIONS HUMAN SETTLEMENTS PROGRAMME 

The effects of urbanization and climate change are converging in dangerous ways that seriously threaten the world’s environmental, economic and social stability. Cities and Climate Change: Global Report on Human Settlements 2011 seeks to improve knowledge, among governments and all those interested in urban development and in climate change, on the contribution of cities to climate change, the impacts of climate change on cities, and how cities are mitigating and adapting to climate change. More importantly, the Report identifies promising mitigation and adaptation measures that are supportive of more sustainable and resilient urban development paths.

 

The Report argues that local action is indispensable for the realization of national climate change commitments  greed through international negotiations. Yet most of the mechanisms within the international climate change framework are addressed primarily to national governments and do not indicate a clear process by which local governments,  akeholders and actors may participate. Despite these challenges, the current multilevel climate change framework  oes offer opportunities for local action at the city level. The crux of the challenge is that actors at all levels need to  ove within short time frames to guarantee long-term and wide-ranging global interests, which can seem remote and unpredictable at best.

An important finding of the Report is that the proportion of human-induced (or anthropogenic) greenhouse gas (GHG) emissions resulting from cities could be between 40 and 70 per cent, using production-based figures (i.e. figures calculated by adding up GHG emissions from entities located within cities). This is in comparison with as high as 60 to 70 per cent if a consumption-based method is used (i.e. figures calculated by adding up GHG emissions resulting from the production of all goods consumed by urban residents, irrespective of the geographic location of the production). The main sources of GHG emissions from urban areas are related to the consumption of fossil fuels. They include energy supply for electricity generation (mainly from coal, gas and oil); transportation; energy use in commercial and residential buildings for lighting, cooking, space heating, and cooling; industrial production; and waste.

However, the Report concludes that it is impossible to make accurate statements about the scale of urban emissions, as there is no globally accepted method for determining their magnitude. In addition, the vast majority of the world’s urban centres have not attempted to conduct GHG emission inventories. The Report argues that, with increasing urbanization, understanding the impacts of climate change on the urban environment will become even more important. Evidence is mounting that climate change presents unique challenges for urban areas and their growing populations.

Pour en savoir plus cliquer ici

Ne dites plus « péri-urbain »

En écho à l’émission de ce mercredi 19 janvier (disponible à la réécoute et au podcast), vous trouverez dans ce billet des images et des analyses extraites des travaux de Marc Dumont, invité de Planète Terre cette semaine. Comme l’explique cette étude de l’INSEE, la croissance des « couronnes périurbaines » est continue depuis les années 1960 en France, bien qu’elle ait eu lieu à des rythmes différents selon les décennies et selon les régions considérées. Cette évolution soulève de nombreuses interrogations, comme l’illustrent ce court reportage télévisé sur l’espace périurbain d’Ile-de-France (datant de 1999), ainsi que la vidéo militante ci-dessous. Comment la géographie appréhende-t-elle ce phénomène hybride, qui brouille les catégories de « rural » et d »urbain » ?

L’article comporte une série de références et de commentaires.

Lire la suite ou podcaster l’émission sur Globe. Le blog de la planète terre, le blog de l’émission de France Culture