Vers des villes postcarbone. Six scénarios contrastés

De nombreux travaux et réunions internationales au plus haut niveau, ces dernières décennies, ont fait progresser, dans l’opinion publique, la prise de conscience des risques lourds que portent en germe, d’une part le réchauffement climatique, et d’autre part l’épuisement possible des sources d’énergie fossile. Dans ce contexte, l’idée d’une transition vers une société dite « postcarbone » fait peu à peu son chemin, avec pour objectifs principaux : une division par quatre d’ici à 2050, par rapport à 1990, des émissions de gaz à effet de serre (dans les pays du Nord), une quasi-autonomie à l’égard des énergies carbonées (pétrole, gaz, charbon), une capacité suffisante d’adaptation aux changements climatiques, et enfin, une attention plus grande aux situations de précarité énergétique.

C’est pourquoi a été lancé, en 2009, un programme copiloté par la Mission prospective du ministère français de l’Écologie et par l’ADEME : « Repenser les villes dans une société postcarbone », dont les travaux sont encore en cours en vue d’un rapport final prévu en 2013, et auquel la revue Futuribles consacre, ce mois-ci, un dossier spécial, coordonné par Jacques Theys, qui a lancé ce programme, et Éric Vidalenc, qui en est aujourd’hui coresponsable avec Nathalie Etahiri.

Leur article, en ouverture de ce dossier, présente la démarche et les réflexions au cœur de ce programme qui analyse en profondeur le rôle que les villes jouent, ou pourraient jouer, dans la promotion d’évolutions et ruptures majeures en faveur d’une société postcarbone. Les auteurs y présentent en particulier les six scénarios de transition qui ont été élaborés en vue de proposer divers cheminements possibles vers des villes postcarbone à l’horizon 2050, au travers d’actions et mesures très concrètes dans le domaine des politiques de transport, de logement, dans les choix énergétiques, l’habitat, les modes de vie, etc. Ils soulignent enfin un enjeu majeur sous-jacent à une telle ambition : la capacité à articuler les trois temps de l’action — les court, moyen et long termes.

Editorial

Artisans du futur

Tribune européenne

Actualités prospectives

Bibliographie

Sociologie urbaine et développement durable

Réchauffement climatique, pics d’ozone, récent « Grenelle de l’environnement », commerce équitable, économie sociale et solidaire, mobilité partagée, mixité sociale… l’actualité ne manque pas de mobiliser le répertoire du « développement durable ». Après avoir rappelé les genèses et filiations du développement durable urbain, ce livre traite de façon originale des enjeux de la « territorialisation » du développement durable dans les espaces urbains.
Le point de départ repose sur le constat du flou qui entoure la notion de développement durable, et plus encore ses usages. Il est d’abord lu comme un levier de transformations des politiques locales, à travers un effort de cohérence entre différents services, niveaux d’action et compétences territoriales. En correspondance avec la réalité des pratiques, les politiques environnementales occupent une place importante dans cet ouvrage, mais en restituant les dynamiques plus larges, sociopolitiques, économiques et culturelles, dans lesquelles elles s’insèrent, ainsi que les dispositifs participatifs reliés aux projets urbains en développement durable.
Le développement durable urbain apparaît inscrit dans des espaces d’interrelations, ce qui permet d’approcher les rapports complexes entre discours et réalités. Il n’y a pas de réalité unique de la « ville durable », mais des processus en train de se faire…

Philippe Hamman, Sociologie urbaine et développement durable, De Boeck, coll. « Ouvertures Sociologiques », 2012, ISBN : 978-2-8041-7210-7.

Géographie, écologie, politique: un climat de changement, Orléans 6 au 8 septembre

La géographie française n’a jamais vraiment réussi à considérer la question environnementale, fondamentalement politique, comme faisant ontologiquement corps avec son champ d’intervention. Et malgré la montée en puissance des enjeux contemporains environnementaux, elle semble continuer de le faire. L’organisation, par la Société de géographie, du colloque Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête en septembre 2010 et la remise, quelques semaines plus tard, du grand prix de cette même société à Claude Allègre pour son ouvrage L’imposture climatique confirme que même sous l’ombre — suffisamment polysémique qu’elle en est lénifiante — du développement durable, la géographie française reste profondément réticente à aborder les problématiques portées par le vaste champ de l’écologie politique.

Le colloque propose de questionner cette réticence et de poser les jalons heuristiques d’un rapprochement entre l’écologie, la politique et la géographie. Il entend le faire sans l’instrumentalisation politique qui caractérise aussi bien l’écologisme dénoncé par les géographes que ces mêmes géographes quand ils dénoncent le catastrophisme environnemental.

Quatre questionnements organiseront le colloque :

Quelles ont été en France les relations historiques et épistémologiques entre la géographie, l’écologie et la politique ?

Quelles ont été ces relations dans d’autres pays et d’autres cultures intellectuelles ?

Quelles sont les conséquences de ces trajectoires historiques et épistémologiques sur la géographie française contemporaine, dans son fonctionnement interne, ses relations aux autres disciplines et au monde politique, et dans ses rapports à la géographie mondiale ?

Quelles sont aujourd’hui les perspectives de rapprochement entre la géographie, l’écologie et la politique ?

La brochure du colloque est également disponible ici en pdf.

Site du colloque: http://www.colloque.ird.fr/geographie-ecologie-politique/

1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable : Quelle transition pour nos sociétés ?

Appel à contributions pour le 1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable : Quelle transition pour nos sociétés ?

Date et lieu : 31 janvier et 1er février 2013, Namur, Belgique

Contexte : Nos sociétés se trouvent aujourd’hui au cœur d’une crise systémique, de nature à la fois environnementale, économique et sociale. Dans cette perspective, le présent congrès vise à

– encourager les approches scientifiques innovantes;

– promouvoir l’interdisciplinarité ;

– faciliter la reconnaissance des scientifiques qui travaillent sur le développement durable.

Thématiques : Le sujet général du congrès porte sur l’articulation entre les concepts de transition et de développement durable (Quels sont les problèmes justifiant une transition ? Quelle transition et comment ? Est-ce réalisable ? Quelles sont les expériences positives ? ). Plus particulièrement, les contributions doivent s’inscrire dans l’un des six domaines suivants :

  1. Biens communs mondiaux : Energie, climat, biodiversité (notamment économie de      stock ou de flux ; seuils énergétiques et pic des ressources ;      implications pour les modes de production et nos modes de vie, …).
  1. Alimentation, agriculture,      élevage : (santé de l’homme et de      l’environnement ; alimentation bio ; agriculture indépendante des      combustibles fossiles ; interdépendance entre organismes vivants ;      promotion des circuits courts ; accès à la terre ; agriculture urbaine,      …).
  1. Logement et aménagement du      territoire : (transport, rénovation du      bâti existant, villes en transition, localisation de l’habitat par rapport      aux services, mobilité douce, intermodalité, …)
  1. Modèles de la transition : Développement durable (DD), prospérité sans      croissance, capitalisme vert ou décroissance ? (limites et critiques, rôle      des indicateurs, de la monnaie et de la finance ; DD et justice sociale ;      questions éthiques).
  1. Le rôle des pouvoirs publics      dans la transition :      Quelle gouvernance ? Comment amener des changements de comportement ?      Evolution des formes de droit et des politiques publiques (évaluation      législative ; inscription du DD dans les constitutions nationales et      traités ; DD et droits fondamentaux).
  1. Les autres acteurs de la      transition : Rôle et place des groupes      d’acteurs divers : citoyens, consommateurs, travailleurs, grandes      institutions, mouvements sociaux ; recherche scientifique, enseignement,      éducation, culture, médias ; démocratie participative et modes      d’intelligence collective.

Dates et informations importantes :

Date limite de soumission des propositions de contribution : 1er juin 2012

Communication des décisions : 2 juillet 2012

Date limite de soumission des communications en texte intégral : 1er octobre 2012

Le 1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable est organisé avec le soutien du Ministre wallon du Développement durable et de la Recherche. Ce congrès est co-présidé par les professeurs Jean-Pascal van Ypersele (UCL) et Marek Hudon (ULB). Il s’agit d’un congrès scientifique et international mais qui vise également la participation et l’implication des décideurs et de la société civile.

Le comité scientifique est composé des personnes suivantes : Pr Christian Arnsperger, Pr Isabelle Cassiers, Dr Gauthier Chapelle, Pr Johan Eyckmans, Pr Marek Hudon, Pr Pierre Lannoy, Dr Kevin Maréchal, Pr Sybille Mertens, Pr Delphine Misonne, Dr Pierre Ozer, Pr Jean-Pascal van Ypersele et Pr Edwin Zaccai.

Le secrétariat académique du congrès est assuré par Dr Kevin Maréchal.

L’appel à contribution complet est dans le fichier attaché à ce message.

Pour plus d’informations sur le congrès, vous pouvez vous rendre sur le site www.congrestransitiondurable.org ou envoyer un message à l’adresse suivante: info@congrestransitiondurable.org.

Colloque « Science et développement durable : 20 ans après Rio, quelles perspectives ? »

Paris, les 4 et 5 avril 2012 – Campus Gérard Mégie du CNRS

Une conférence-débat organisée conjointement par l’Institut Écologie et Environnement du CNRS (InEE) et l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) dans le cadre de la semaine du développement durable du 1er au 7 avril 2012, au siège du CNRS.
Ce colloque s’adresse au public intéressé par le développement durable, aux questions qu’il soulève et à sa mise en débat. L’objectif est de réinterroger ce concept afin de préparer la conférence Rio+20 de juin 2012. Plusieurs tables rondes permettront d’engager un dialogue entre scientifiques et acteurs. La contribution de la science du concept de développement durable vis-à-vis des multiples enjeux qu’il soulève pour les socio-écosystèmes, les ressources et les territoires seront débattus.  

Organisation

Le colloque se tiendra à partir de 16h le 4 avril, et toute la journée le 5 avril 2012
Inscription gratuite mais obligatoire dans la limite des places disponibles

En savoir plus et s’inscrire

Programme

Télécharger l’affiche

Contact : Agathe Euzen, agathe.euzen@cnrs-dir.fr

6th Urban Research and Knowledge Symposium–Cities of Tomorrow: Framing the Future

Cities of Tomorrow: Framing the Future has been selected as the focal point for the 6th Urban Research and Knowledge Symposium (URKS6), to be held in Barcelona, Spain from October 8-10, 2012. The URKS6 will contribute to inform policy choices that can help policymakers manage potential economic efficiency, environmental sustainability, and social equity tradeoffs associated with urbanization. The Symposium is being organized by The World Bank, in partnership with the City of Barcelona, and some key partners.

Propositions must be posted before the 30th april 2012.

The World Bank & Barcelona October 8-10, 2012

adresse du site : http://www.urbanknowledge.org/urks6.html

 URKS6_Call for Papers_Background Form

  URKS6_Submission Template

Budget énergétique des ménages. Atlas des territoires vulnérables

L’accès à un foncier moins cher qu’en coeur des villes et à une énergie abordable a permis de répondreaux aspirations de bons nombre de ménages : accéder à une maison à la campagne, ayant une plus grande superficie qu’en ville, et confortable en toutes saisons …
Le pic pétrolier de l’été 2008 a remis sous les projecteurs les frais de carburants. Ces derniers sont encore al identifiés par les ménages par rapport à d’autres charges comme les loyers ou les remboursements de prêt, ou perçus à tort comme résiduels ; la perspective d’un accroissement rapide de ce poste a réhabilitéles analyses spécifiques sur ce thème.
Par les multiples dynamiques qui touchent la notion de « périurbain », ces territoires à distance des lieux historiques de concentration des populations, services et activités sont devenus une zone d’enjeu d’étude et d’expérimentation pour la promotion d’une ville économe en énergie.
Ce document discute et pose les bases d’une méthode de spatialisation de la vulnérabilité énergétique des ménages. L’objectif est de repérer les territoires dont les consommations des ménages sont plus importantes ou plus sensibles à une hausse du prix des énergies. Cette analyse prend en compte les dépenses énergétiques domestiques des ménages et les dépenses de carburant liées aux déplacements des actifs pour se rendre au travail en voiture.
Consulter ici

Pathways for Carbon Transitions

PACT project aims at shaping what a sustainable post-carbon society would look like and how we could reach it within the next 50 years. It will focus first on what shape the energy demand, and how this should evolve towards post-carbon concept, from two viewpoints: that of the infrastructures, in relation to urbanisation and land-use schemes, and that of the life-styles and behaviours, in relation to the technologies that should be available. It will then deepen the question of urbanisation and land-use from the renewable energy perspective, including that of the systems (centralised/dependence versus decentralised/autonomous). Last, PACT will investigate the role of social forces, actors, stakeholders in the transition process toward this post-carbon concept. The ultimate objective of the project is to complement these analytical components with an attempt to quantify scenarios of post-carbon societies, at the world level.

<!–

First semester 2009 : Survey « Youth, Energy and Future »

The PACT (Post-carbon transition) project and the European Commission ask for schools’ kind cooperation for an international research.
Please invite your students, aged between 14 an 19 years, to express their opinions about energy and future.
Students can fill in the on-line questionnaire (available in English, French, German, Italian or Spanish) going to this link: www.cityrights.eu/pact

–>

This project has a 3 years duration. The starting date was October, 2008. The end of the project is planned for October 2011. This project is funded by the European Commission within the 7th Research Framework programme (Project number : 225503). The views expressed in this website are the sole responsibility of the author and do not necessarily reflect the views of the European Commission.

General information on the 7th Research Framework programme and the Socio-economic Sciences and Humanities projects :
Cordis SSH : http://cordis.europa.eu/fp7/ssh/
Europa SSH : http://ec.europa.eu/research/social-sciences/
Deliverables can be consulted here

 

GICC 2012 – Gestion et Impacts du Changement Climatique

Le programme GICC, conduit depuis 1999 par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, du Transport et du Logement, contribue à développer les connaissances sur les impacts du changement climatique et aider à formuler des politiques d’adaptation au changement climatique et d’atténuation des émissions des gaz à effet de serre. Le programme GICC lance ce jour son dixième Appel à propositions de recherche.

L’appel concerne les impacts du changement climatique, les dommages ou les bénéfices qui en résultent, les actions et politiques d’atténuation et d’adaptation en réponse à ce changement.

L’adaptation est toutefois le thème central de cet appel décliné selon deux axes. Le premier porte sur l’approche globale des stratégies et actions d’adaptation en s’appuyant sur les modèles et scénarios, le second sur les stratégies d’actions mises en place au niveau territorial pour faire face aux changements annoncés en évaluant leur efficacité à travers la maîtrise des impacts, la réduction des vulnérabilités et en tenant compte des incertitudes.

Date de publication de l’appel : le 3 février 2012

Date limite de dépôt des dossiers : le 6 avril 2012 à 17 h

Contacts :

  • Maurice Imbard (MEDDTL, chargé de mission) – 01 40 81 33 32
  • Natacha Massu (GIP-Ecofor, animatrice scientifique) – 01 53 70 22 01

Télécharger le texte de l’appel à proposition de recherche (PDF – 157 Ko)

Le texte de l’appel est également consultable sur le site du programme : www.programme-gicc.fr

Quelles formes spatiales pour le développement urbain durable ?

Ce colloque, organisé par l’l’UMR Citeres (CNRS, Université de Tours) est inscrit dans le programme du 137e congrès du CTHS. Il porte sur les formes spatiales pour le développement urbain durable et veut rendre compte des controverses scientifiques actuelles en géographie, en aménagement de l’espace ou dans l’action urbaine pour trois échelles spatiales imbriquées privilégiées : 1. Celle allant du bâtiment à l’opération. 2. Celle de la ville. On reviendra ici sur le débat entre étalement et densité, mais on abordera aussi la place dela végétation dans la composition urbaine. 3. Celle de la région urbaine, grand territoire des grandes agglomérations.

En France et ailleurs dans le monde développé, les acteurs des territoires sont confrontés de manière croissante à des exigences sociétales quant au respect de normes, lois ou référentiels relatifs au « développement durable ». Ceci impacte certaines dimensions sectorielles de l’action publique (gestion des déchets, maîtrise de la demande en énergie, préservation de la biodiversité, gestion de la ressource en eau…), mais aussi la forme donnée ou prônée pour la ville. Mais peut-on parler de forme urbaine durable ?

Certains travaux essaient d’inventorier les critères à prendre en compte pour tendre vers cet objectif. Sont ainsi abordées les notions de contexte urbain, de typologie bâtie, de dimensionnement, de mixité fonctionnelle, d’économie de l’espace, d’énergie, etc. Néanmoins, des débats scientifiques nourris ont lieu sur l’unicité ou la pluralité des formes urbaines durables, sur les échelles spatiales permettant de les appréhender, voire sur les possibilités de faire de la durabilité un objectif atteignable pour la planification spatiale, l’urbanisme et la gestion de l’environnement. Ainsi, par exemple, l’application du cadre du développement durable à l’interaction entre forme urbaine et mobilité quotidienne aboutit à une stigmatisation de l’étalement, mais aussi à l’émergence d’une controverse sur l’avantage de la compacité.

Pour cette journée, qui veut rendre compte des controverses scientifiques actuelles en géographie, en aménagement de l’espace ou dans l’action urbaine, trois échelles spatiales imbriquées seraient privilégiées :

Celle allant du bâtiment à l’opération, à travers la figure qui commence à être décryptée, des écoquartiers ;
Celle de la ville. On reviendra ici sur le débat entre étalement et densité, mais on abordera aussi la place de la végétation dans la composition urbaine, du point de vue des fonctionnalités écologiques ;
Celle de la région urbaine, grand territoire des grandes agglomérations, qui prend des formes variables (monocentrique, polycentrique…) et conduit à ménager dans l’espace les enjeux de qualité environnementale et de rayonnement économique.

Modalités de participation
Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots-clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit. Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse du colloque (congres@cths.fr) avant le 1 novembre 2011.
Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique fin décembre 2011. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des articles. Les textes devront parvenir aux organisateurs au plus tard le jour du colloque. Les actes seront publiés dans une ou plusieurs revues à comité de lecture.

Contact
Sylvie Servain-Courant
courriel : servain (at) ensnp [point] fr
CITERES, UMR 6173
ad. postale : CITERES, UMR 6173, BP 60449, 37204 Tours cedex 3
ad. physique : CITERES, UMR 6173, MSH, 33 allée F. de Lesseps, 37200 Tours
Christophe Demazière
courriel : christophe [point] demaziere (at) univ-tours [point] fr
CITERES, UMR 6173, BP 60449, 37204 Tours cedex 3

lien: http://calenda.revues.org/nouvelle20828.html

Colloque international « Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables » (1 et 2 février 2012)

Les notions de développement durable et de ville durable font l’objet d’un travail critique fragmentaire de la part de nombreux chercheurs. Cependant, leur éclatement et le caractère parfois marginal de l’objet “durable” dans leur démarche masquent les transversalités critiques qui pourraient être mises en évidence sur ces objets du développement et de la ville durables.
Il est temps aujourd’hui nous semble-t-il, d’avoir une approche réflexive s’interrogeant sur les appuis théoriques, les démarches empiriques, les corpus utilisés, les objectifs visés, bref, les ressorts de ces critiques, leur éventuelle cohérence et les limites qu’elles rencontrent, que ces dernières soient d’ordre pratique, épistémologique, théorique ou autres.
La problématique du colloque initié par l’équipe de recherche AUS, ouvre de nombreuses pistes dont seulement quelques-unes sont esquissées dans l’appel à communications. Il s’agit en effet d’un chantier dont les enjeux sont à la mesure d’un modèle qui sature aujourd’hui les modes de légitimation des institutions et des cadres de l’expérience qu’elles tentent de mettre en œuvre.

Pour en savoir plus : http://sociocritiquesdeveloppementdurable.wordpress.com/

ENVOI DES CONTRIBUTIONS

Envoyez vos contributions avant le 17 octobre sous format électronique avec demande de confirmation de lecture à:
Jérôme Boissonade ➢ jboisson@msh-paris.fr et Katja Hackenberg ➢ katja_hackenberg@web.de

Cities and climate change: Global report on human settlements 2011

 

 UNITED NATIONS HUMAN SETTLEMENTS PROGRAMME 

The effects of urbanization and climate change are converging in dangerous ways that seriously threaten the world’s environmental, economic and social stability. Cities and Climate Change: Global Report on Human Settlements 2011 seeks to improve knowledge, among governments and all those interested in urban development and in climate change, on the contribution of cities to climate change, the impacts of climate change on cities, and how cities are mitigating and adapting to climate change. More importantly, the Report identifies promising mitigation and adaptation measures that are supportive of more sustainable and resilient urban development paths.

 

The Report argues that local action is indispensable for the realization of national climate change commitments  greed through international negotiations. Yet most of the mechanisms within the international climate change framework are addressed primarily to national governments and do not indicate a clear process by which local governments,  akeholders and actors may participate. Despite these challenges, the current multilevel climate change framework  oes offer opportunities for local action at the city level. The crux of the challenge is that actors at all levels need to  ove within short time frames to guarantee long-term and wide-ranging global interests, which can seem remote and unpredictable at best.

An important finding of the Report is that the proportion of human-induced (or anthropogenic) greenhouse gas (GHG) emissions resulting from cities could be between 40 and 70 per cent, using production-based figures (i.e. figures calculated by adding up GHG emissions from entities located within cities). This is in comparison with as high as 60 to 70 per cent if a consumption-based method is used (i.e. figures calculated by adding up GHG emissions resulting from the production of all goods consumed by urban residents, irrespective of the geographic location of the production). The main sources of GHG emissions from urban areas are related to the consumption of fossil fuels. They include energy supply for electricity generation (mainly from coal, gas and oil); transportation; energy use in commercial and residential buildings for lighting, cooking, space heating, and cooling; industrial production; and waste.

However, the Report concludes that it is impossible to make accurate statements about the scale of urban emissions, as there is no globally accepted method for determining their magnitude. In addition, the vast majority of the world’s urban centres have not attempted to conduct GHG emission inventories. The Report argues that, with increasing urbanization, understanding the impacts of climate change on the urban environment will become even more important. Evidence is mounting that climate change presents unique challenges for urban areas and their growing populations.

Pour en savoir plus cliquer ici

Les Premières Rencontres Internationales de Reims en Sustainability Studies

Les Premières Rencontres Internationales de Reims en Sustainability Studies auront lieu les 22 et 23 juin 2011 avec, entre autres, la participation d’Ignacy Sachs, William Clark, Christian Comeliau, Jean-Charles Hourcade et Deepak Nayyar.

Faire coïncider viabilité environnementale et progression du bien-être de tous constitue un des enjeux majeurs du développement durable. Cet enjeu prend un relief particulier, dans la perspective de Rio+20, prochaine conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement qui se tiendra en 2012. Dans ce contexte, il importe de refonder les pratiques de planification. Répondre à la question récurrente des mécanismes de coordination nécessaires, qu’il s’agisse de l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale, est essentiel. C’est pourquoi, le thème de ces Rencontres est « Equité sociale et viabilité environnementale : le retour de la planification ? »

Ces Premières Rencontres marquent le lancement d’une plate-forme de recherche en Sustainability Science à Reims. Programme en ligne : http://www.univ-reims.fr/site/laboratoire-labellise/habiter-ea-2076/les-axes-de-recherche/axe-amenagement-urbanisme,11231,21753.html? Inscription gratuite : http://enquete2.univ-reims.fr/limesurvey/index.php?sid=59143&lang=fr (version française) http://enquete2.univ-reims.fr/limesurvey/index.php?sid=59143&lang=en (english version)

Changing the Energy System to Renewable Energy Self-Sufficiency

 

International Conference September 15

th-16th 2011 in Freiburg (Germany)

The transformation of the present energy system to a sustainable energy system is discussed worldwide. Self-sufficiency attained with the help of electricity, heat, and fuel from renewable energy in combination with energy saving behaviors is seen as the one way to establish a sustainable energy system. Therefore, in order for the implementation of renewable energy self-sufficiency (RESS) to be successful, numerous ecological, economic, technical, and social factors have to be taken into account, making an interdisciplinary analysis indispensable. Moreover the integration of local and practical knowledge is essential in many cases (transdisciplinary approaches). However, what is lacking the most is a coherent approach to the topics from different fields.

On these grounds the conference aims to attract scientists from a wide variety of disciplines who share an interest in studying the change of the energy system to a system based on renewable energies.

Conference site : http://www.ress-conference.uni-freiburg.de/

Appel à propositions Lutte contre le changement climatique en Nord-Pas de Calais : recherches appliquées dans le domaine de l’habitat et de l’urbanisme

L’ADEME et la Région lancent un 3ème appel à projets « Lutte contre le changement climatique en Nord-Pas de Calais : Recherches appliquées dans le domaine de l’habitat et de l’urbanisme ».

Elles souhaitent susciter et soutenir des projets de recherche et/ou de recherche-action dans les domaines de l’habitat et de l’urbanisme ayant pour finalités une réduction des émissions de gaz à effet de serre et une adaptation des systèmes urbains au changement climatique.

Cet appel à projets s’adresse à des consortiums constitués à minima d’un partenaire situé en Nord-Pas de Calais (collectivité, bailleur, entreprise, association, …) et d’une équipe de recherche régionale ou extrarégionale.

L’appel à projets présente les particularités régionales en matière d’habitat et d’urbanisme, les enjeux et les questions posées ainsi que des précisions sur les projets attendus.

L’ADEME et la Région souhaitent valoriser les résultats des recherches entreprises et les diffuser auprès des collectivités et acteurs socio-économiques de la région et au-delà, afin d’accélérer la généralisation de mesures de rénovation des logements et d’aménagement urbain. Ils envisagent, au terme des trois premières années de recherche, d’organiser avec les porteurs de projet, une restitution dont la forme sera précisée ultérieurement (colloque, communications écrites…).

Des premières réponses sont attendues le 15 juin 2011.