appel à communications: Sciences sociales et transition énergétique

Grenoble 28-29 mai 2015

La transition énergétique renvoie à une diversité de scénarios qui ouvre un débat sur la nature des bouquets énergétiques du futur, les systèmes sociotechniques engagés et la conduite de cette transition. Le passage de ces visions quantifiées (les scénarios) à des futurs soutenables dépend largement des modalités (politiques publiques, échelles, rythmes…) qui présideront au développement des options énergétiques, tant pour la diversification de l’offre que pour la maîtrise de la demande.

Ce faisant, le questionnement sur la transition énergétique ne se limite pas aux conditions de l’opérationnalisation de visions de futur énergétique. Il mérite d’être ouvert aux changements sociétaux et environnementaux qui accompagneront les modifications des bouquets énergétiques et de notre rapport à l’énergie. La nouvelle donne énergétique risque d’engager profondément nos manières d’être ensemble et notre lien à l’environnement ; elle politise les différentes sphères du social, de l’intime jusqu’aux politiques publiques ; elle appelle des arbitrages de plus en plus entremêlés, démultipliant les controverses ; elle interroge les conditions de leur spatialisation.

Les enjeux et politiques de l’énergie, d’abord analysés par l’économie, deviennent des objets de recherche pour les autres sciences humaines et sociales (histoire, philosophie, géographie, sociologie, psychologie sociale, urbanisme, architecture…) à l’international depuis les années 1990 et plus récemment en France.

Le défi de structuration d’une communauté de sciences humaines et sociales sur l’énergie à l’échelle nationale est bien réel et appelle un agenda de recherche pluridisciplinaire. Avec les sciences appliquées de la matière, l’économie a été mobilisée pour élaborer les scénarios de l’ANCRE et inspirer des feuilles de route pour la recherche. Des initiatives disciplinaires, dont les Journées internationales de sociologie de l’énergie, apportent leur contribution. Le récent rapport SHS-Energie de l’Alliance Athéna propose une structuration interdisciplinaire dans le domaine des sciences sociales.

Le colloque « Sciences sociales et transitions énergétiques » poursuit cette ambition en offrant une arène d’échanges, à visée réflexive, sur plusieurs fronts d’avancement des analyses de la transition énergétique. Ces derniers ont été identifiés à la suite d’un processus de recensement de projets interdisciplinaires (dont certains incluent les sciences technologiques), de rencontres et de confrontations des agendas de recherche.

Le colloque « Sciences sociales et transitions énergétiques » propose en conséquence quatre axes d’échanges interdisciplinaires :

  • Des futurs énergétiques en construction
  • Demande, demandes ?
  • Marchés, nouveaux portages et nouveaux partages
  • Territoires en transition

Les dates clés

Clôture de l’appel à contribution : 10 décembre 2014

Avis du comité scientifique : 30 janvier 2015

Ouverture des inscriptions : 3 février 2015

Soumission des papiers : 30 avril 2015

accès au site : http://transition-energetique.sciencesconf.org/

Appel: Quelle justice sociale à l’heure de la transition énergétique?

gnackgnackgnack_flickr-860x280Colloque du 10 au 12 Septembre 2014, à Paris.

« Transition énergétique » : depuis quelques années l’expression fait florès en Europe (e.g. L’Energiewende en Allemagne, le débat national sur la transition énergétique en France) et ailleurs, comme la réponse au double défi posé par le réchauffement climatique et par les pics énergétiques.

Mais, derrière un quasi-consensus sur la nécessité d’une telle transition, demeure l’idée que, face à l’urgence immédiate de l’emploi et du remboursement des dettes, il vaut mieux profiter de ‘l’aubaine’ des gaz de schiste, attendre d’en savoir plus sur les risques climatiques et travailler à ce que le nucléaire devienne une technologie intrinsèquement sûre. Dans un contexte de crise économique et financière, les gouvernements ne désirent pas faire peser des charges supplémentaires sur des ménages et des entreprises déjà fragilisés. Ce constat vaut à la fois pour les pays « développés » et pour les pays « émergents » qui redoutent de voir freiner leur sortie de la pauvreté. Pourtant, l’inaction n’empêchera pas l’avènement d’inégalités sociales plus grandes encore : en attestent la montée de la précarité énergétique en Europe comme les revendications d’accès aux ressources naturelles portées par les plus marginalisés dans les pays du Sud. Le contexte dans lequel s’inscrit la transition énergétique – celui d’une crise écologique – questionne nos principes de justice sociale.

D’une part, les enjeux énergétiques mettent en relief des inégalités existantes, au sein des pays (en termes de mobilité, de logement…) comme entre pays – certains consommant aux dépens d’autres qui en subiront davantage les conséquences – et entre générations présentes et futures.

D’autre part, les politiques envisagées dans un but de financement, de maîtrise ou de réduction de la demande d’énergie ont des impacts sociaux qui, sans une attention accrue, risquent d’exacerber des inégalités déjà présentes ou de créer de nouvelles poches de pauvreté.

Ce colloque se structure donc autour de cette conviction : la réflexion d’un projet de transition énergétique viable suppose de comprendre les problèmes de justice sociale qu’elle soulève. L’enjeu est de dépasser les discussions technicistes actuelles sur la transition énergétique et de mettre en débat les questions de justice sociale sous-jacentes.

Comment articuler – en théorie et en pratique – la lutte contre les inégalités et l’impératif de transition énergétique ? Comment encadrer les tarifications et la fiscalité de sorte qu’elles stimulent des économies d’énergie sans pour autant exacerber les risques de polarisation sociale? Les acteurs européens, nationaux et régionaux sont-ils en mesure de prévenir des situations de précarité énergétique qui dépendent aussi des conditions géopolitiques d’accès ? Comment penser une dimension internationale de la justice qui ne se réduise pas à une question de ‘partage des efforts’, mais passe par une vision positive des inflexions que doit prendre la dynamique de mondialisation pour être vraiment soutenable ?

Ce colloque débouchera sur une réflexion autour de questions transversales importantes pour l’action collective et les projets de société. Peut-on imaginer une culture et un mode de développement moins énergivores ?Quelles méthodes pour mettre en débat les controverses autour des initiatives à prendre, les risques pris et les problèmes de justice sociale ? Comment nos choix énergétiques remodèlent la démocratie ?

Les questions mentionnées ci-dessus seront déclinées lors de divers ateliers et des sessions plénières. Elles n’appellent pas à des réponses univoques étant donné les différents contextes dans lesquels elles peuvent s’inscrire. Nous encourageons les communications qui reformuleront ces thématiques sous l’angle de la justice sociale.

COMMUNICATIONS :

Les propositions de communication feront 3000 signes maximum (sans les références), et devront être rédigées en anglais ou en français. Elles mentionneront le nom de l’atelier ou de la session plénière sélectionnés, la discipline principale, l’adresse et l’affiliation du candidat. Ces propositions sont à envoyer avec un curriculum vitae avant le 28 avril 2014 à l’adresse suivante : md@ceras-projet.com.

Le comité scientifique sélectionnera les meilleures contributions en vue de la publication des actes du colloque. La réalisation d’un poster sera proposée par le comité scientifique à ceux qui n’auront pas été sélectionnés pour la communication mais dont la recherche sera jugée intéressante et en cohérence avec la réflexion de ce colloque. La proposition d’un abstract de 1500 signes pour un poster est également possible. 

Les dates à retenir :

Date de soumission des communications : 23 avril 2014.

Ouverture des inscriptions en ligne : 24  mars 2014.

Notifications d’acceptation et de refus : mi-Mai 2014.

Date de soumission de la communication finale : 31 Juillet 2014.

adresse du site: http://www.ceras-projet.org/transition/appel-a-contributions/

appel à com: XVII ISA World Congress of Sociology, Yokohama, Japan, 13–19 July 2014

ISA_2014Propositions du Research Committee on Environment and Society, RC24

Program Theme: Facing an Unequal World: Challenges for Environmental Sociology

 

Program Coordinator

 

  • Stewart LOCKIE, Australian National University, Australia, stewart.lockie@anu.edu.au

page du site : http://www.isa-sociology.org/congress2014/rc/rc.php?n=RC24

 

On-line abstracts submission

June 3, 2013, 11:00 GMT – September 30, 2013 24:00 GMT.

https://isaconf.confex.com/isaconf/wc2014/cfp.cgi

 

Anti-Nuclear Movements Post-Fukushima

Session Organizers
Koichi HASEGAWA, Tohoku University, Japan, k-hase@sal.tohoku.ac.jp
Sun-Jin YUN, Seoul National University, Korea, ecodemo@snu.ac.kr

Session in English

The Fukushima-Daiichi nuclear accident in March 2011 had serious political implications for politicians, regulatory agencies, operators and others involved in the nuclear power sector in Japan and internationally. While the accident provided new impetus to anti-nuclear movements and activities, a number of questions remain concerning its short and long-term implications both for anti-nuclear politics and for environmental social movements more broadly.

This session welcomes papers addressing questions such as:

  1. How have anti-nuclear movements changed in the wake of Fukushima? Who are the new participants and major actors?
  2. What styles, strategies and tactics have emerged?
  3. To what extent have anti-nuclear movements been able to influence energy policy and practice?
  4. What differences can we find and what has caused those differences among countries?
  5. What prospects exist for a new wave of anti-nuclear activities across Asia and worldwide?

 

Climate Change Responses in East Asia

Session Organizer
Keiko HIRAO, Sophia University, Japan, hirao@genv.sophia.ac.jp

Session in English

Climate change issues for human society are socially constructed. This session focuses on political decision making processes and media coverage of climate change issues in East Asia. In East Asia, rapid economic growth is bringing rapid energy demand and high levels of greenhouse gas emissions. This session will work towards international comparative studies of this issue.

Submissions are welcome on topics such as:

  • How do governments and industry collaborate in policy formation?
  • How do these relationships affect wider debate over policies such as emissions trading, carbon taxes, and direct regulation under environmental laws?
  • What differences and similarities can be found and what has caused these differences across East Asia?

 

Emerging Research in Environmental Sociology. Part I: Focus on East and South East Asia

Session Organizer
David A. SONNENFELD, State University of New York, United States, dsonn@esf.edu

Session in English

This session will look into recent developments in environmental sociology, both theoretically and empirically, with a particular focus on East and South East Asia.

 

Emerging Research in Environmental Sociology. Part II

Session Organizer
Stewart LOCKIE, Australian National University, Australia, stewart.lockie@anu.edu.au

Session in English

This session will look into recent developments in environmental sociology, both theoretically and empirically.

 

Environment, Governance and Risk

Session Organizers
Pedro Roberto JACOBI, University of Sao Paulo, Brazil, prjacobi@usp.br
Luisa SCHMIDT, University of Lisbon, Portugal, schmidt@ics.ul.pt
João GUERRA, University of Lisbon, Portugal, joao.guerra@ics.ul.pt

Session in English

Sustainable development and international policies and regimes for promoting it, resulted from the contemporary environmental problems and risks that simultaneously are: i) hierarchical because firstly affect the weakest and most vulnerable, and ii) democratic because it is difficult to delimit its effects and consequences. This ubiquity has contributed to an obvious dispersion of state functions, across a wide, growing and diverse range of political actors, as well as the migration of political authority to local and transnational governance. Consequently, sustainable development and public participation are inextricably linked. The practical feasibility of the first often requiring the prior implementation of the second.

Assuming that policies of proximity between governors and the governed generate greater efficiency in identifying and solving problems, the notion of governance for sustainability relies on the concept of social power that mediates the relationship between State and Civil Society as a space for cooperation, alliances, conflicts and resistance. Stemming from, and with, global implications, sustainability depends on the socioeconomic characteristics and the power plays that daily occur in different communities, and thus it is important to explore the improvement conditions of participatory sustainability initiatives.

The objective of the proposed session is to explore the conditions of participatory sustainability initiatives at various issues of environmental governance, considering issues as competition, conflicts and cooperation between different stakeholders due to growing scarcity of resources, ineffective institutional arrangements, a continuous process of environmental degradation, and the persistence of environmental inequities.

 

Environmental Attitudes, Behaviours and Practices

Session Organizers
Ritsuko OZAKI, Imperial College London, United Kingdom, r.ozaki@imperial.ac.uk
Riley DUNLAP, Oklahoma State University, USA, riley.dunlap@okstate.edu

Session in English

Our society is facing serious environmental sustainability problems, such as energy security, resource scarcity, human-induced climate change, and increasing waste. To tackle these issues we have to change the ways in which we live our everyday lives: for example, recycling more, consuming less water, using more ecologically friendly forms of transportation, and adopting measures to make homes and offices more energy efficient. Sociologists have an important to role to play in facilitating environmentally friendly changes in peoples’ personal, household and public behaviours and making such behaviours part of their everyday routines.

The session welcomes papers that address questions such as:

  • How are pro-environmental attitudes translated into pro-environmental behaviours?
  • How are pro-environmental behaviours incorporated into people’s everyday lives?
  • And how can these personal behavioural changes stimulate cultural shifts toward more sustainable lifestyles?

Given the fact that behavioural changes are required at every level of our daily activities the session’s focus on the shift from attitudes to behaviours and practices is timely, and understanding the personal and structural barriers that inhibit shifting to sustainable behaviours and practices is vital. Given the Congress theme of “Facing an Unequal World: Challenges for Global Sociology,” analyses sensitive to the differences between the ecologically relevant behaviours and lifestyles prevalent in wealthy nations and those in developing nations are especially appropriate.

 

Environmental Governance and Global Commodities

Session Organizers
Peter OOSTERVEER, Wageningen University, Netherlands, peter.oosterveer@wur.nl
Julia S. GUIVANT, Federal University of Santa Catarina, Brazil, juliaguivant@gmail.com

Session in English

While commodities such as food, fish and forestry products are more and more traded and integrated in global supply networks, the challenges when addressing their sustainability impacts are only increasing. Sustainability impacts may be local or global and occur during production, processing, trade and/or consumption stages. In recent years various initiatives have been taken to combat the environmental impact of global commodities, such as labelling and certification schemes, CSR-agendas, alternative supply chains, etc. In many of these initiatives, unfamiliar actors engage in establishing environmental governance arrangements and in developing alternatives to harmful practices.

This session welcomes papers that develop conceptual tools to analyse these dynamics, that analyse concrete cases within this theme, or that evaluate the effectiveness of different innovations in comparison with conventional government-based environmental governance arrangements.

 

Environmental Social Movements in the 21st Century

Session Organizer
Dana R. FISHER, University of Maryland, USA, drfisher@umd.edu

Session in English

This session will consider the changing roles that environmental movements, organizations and civil society actors play in environmental politics and management, both individually and/or in collaboration, at all scales of governance. Submissions are welcome that address any aspect of social movement and civil society mobilization including: citizen motivations to participate; the internal dynamics of movements and organizations; relationships between environmental/civil society organizations, the state and capital; the impact of mobilization on environmental behaviours, policy and/or programs; and so on.

 

Facing an Unequal World: Challenges for Environmental Sociology

Session Organizer
Stewart LOCKIE, Australian National University, Australia, stewart.lockie@anu.edu.au

Session in English

This session will set the scene for RC24’s involvement in the 2014 ISA World Congress of Sociology by focusing on the contribution of environmental sociology to the Congress’s central theme of inequality and global sociology. This is a regular session and the invitation to propose papers is open to all. Papers are invited that address the relationships between inequality and environment and, in particular, the emergence of new inequalities as a cause and consequence of global environmental change.

 

Nano(in)equalities? Social Promises and Perils of Nanotechnologies

Session Organizers
Paulo Roberto MARTINS, Brazilian Research Network in Nanotechnology, Society and Environment, Brazil, marpaulo@uol.com.br
Luigi PELLIZZONI, University of Trieste, Italy, pellizzonil@sp.units.it
Marja YLONEN, University of Jyvaskyla, Finland, marja.k.ylonen@jyu.fi

Session in English

Widespread narratives depict nanotechnologies as a core promise for a more equitable and sustainable world. Among new and emerging technosciences nanotechnologies enjoy a pivotal position, being involved in any sort of prospective or actual transformations in the conditions of life. All aspects of ‘nature’ and ‘society’ are affected. Nanotechnologies do or can find application in agriculture and food processing, in environmental protection (detecting, cleaning-up and reducing contaminants), in drug manufacturing and medical diagnostics, in human-machine interactions, in performance improvements related to all sorts of materials and fields of application. Nanotechnologies have also catalyzed a range of fundamental issues, which involve technoscience-induced change at large: from the contours of the post-human condition to the acknowledgment of irredeemable cognitive uncertainties, to the emergence of the agential power of matter.

A wide, potentially unrestricted range of applications makes nanotechnologies also especially tricky to regulate in a robust, consistent way. The main corporate and governmental concern seems actually to avoid the ‘mistakes’ that led to a strong public opposition to gene technologies, by enacting forms of anticipatory governance. Yet their multifarious role makes nanotechnologies a potential source of inequalities of all sorts and at all scales: at work and at home; in attending to basic needs and to leisure; in individual and group access to opportunities and exposure to risks; in market choice and participatory engagements; in health and environment preventive and reparative actions; within and between nation states or areas of the world.

The session seeks to collect papers on any aspect and field of application of nanotechnologies, with a focus on their impact on current and prospective inequalities and (un)sustainabilities.

 

New Enclosures: Resource Grabs and Environmental Challenges in the Global South

Session Organizers
Lotsmart FONJONG, University of Buea, Cameroon, flotsmart@gmail.com
William T. MARKHAM, University of North Carolina, USA, wtmarkha@uncg.edu

Session in English

In the Global South, land and other natural resources previously used by communities is increasingly being taken over by investors from Europe, America, China, the Gulf States, and other non-western countries like India, South Africa, etc. Many hectares of land have been taken over by foreign agro-business for mining and plantation agriculture particularly in Africa and South America. The practice of plantation agriculture, almost invariably monocultures, focuses on growing oil palm, corn, sugarcane, vegetables, and some 20 other agricultural products and food ingredients for western markets. Agriculture is also used for fuel production or the production of alternative clean energy for the global north.

Large scale land acquisition deals involve a number of environmental issues: They ignore the rights of local communities and Indigenous peoples on the land; transfer the ownership rights and control of water resources to foreign investors; put adjacent communities into conflict with plantation owners over water pollution and irrigation, and displace many local communities by mining. In other words, local communities are losing their land, water, soil and mineral resources.

This session invites papers that examine the environmental impact and challenges of poor countries in the wake of this resource rush in the Global South. Papers should focus on issues such as:

  • Resource grabbing and natural resource justice
  • Effects of land grabs on community rights to water
  • Corporate social responsibility versus social cost
  • Efforts of environmental movements in protecting the rights of local communities against foreign investors
  • Effects of foreign investors in agro business on clean energy
  • Effects on climate change

 

New Frontiers in Environment and Social Theory

Session Organizer
Stewart LOCKIE, Australian National University, Australia, stewart.lockie@anu.edu.au

Session in English

Environmental sociologists are concerned not just to apply the tools of sociological theory and method to environmental issues and problems but to re-think sociological theory in ways that do more justice to the dynamic and varied contributions of non-humans to the social world. The emphasis of this session will be on papers that stretch the boundaries of environmental sociology, theoretically and/or empirically; that challenge us to think in new ways about the objects of environmental sociological inquiry and the conceptual tools we bring to that inquiry; and which alert us to new subjects and partners in our sociological endeavor.

 

Nuclear Energy Post-Fukushima: Impacts, Lessons and Policy Responses

Session Organizers
Harutoshi FUNABASHI, Hosei University, Japan, hfunabas@mtj.biglobe.ne.jp
Arthur MOL, Wageningen University, Netherlands, arthur.mol@wur.nl

Session in English

The Fukushima nuclear disaster produced immense damage and suffering in Fukushima Prefecture and neighboring districts, raising many questions for sociologists. In this session, we will reflect on the following topics.

  1. Faced with such unprecedented disaster, the first mission of sociologists is to grasp the reality of victims and their communities. Akihiko SATO (Japan) will describe and analyze the damage and suffering experienced by residents who had lived around the nuclear plant.
  2. The outbreak of the Fukushima disaster implies that Japanese society has failed to learn lessons from the Chernobyl disaster in 1986 and has lacked effective regulatory measures on nuclear technologies. Koichi HASEGAWA (Japan) will analyze defects in policy making in Japanese society that contributed to this disaster and highlight Japanese energy policy disputes after the disaster.
  3. Lessons from the Fukushima disaster must be learned not only by Japanese society but also by all other countries which have used or will use nuclear energy. Seejae LEE (Korea) will analyze the impact and lessons of the Fukushima disaster on developing countries. He will discuss the important role of citizens` movements in changing nuclear energy policy.
  4. In spite of the enormous damage caused by the Fukushima disaster, the nuclear industry and government in some advanced countries such as the USA and France insist on the merits and necessity of nuclear energy. However, sociologists should analyze such reasoning from the viewpoint of political sociology. Looking from inside the USA, Jeffrey BROADBENT will analyze the political structure of a society where the nuclear complex plays an important role and diffuses dominant discourse.
  5. In opposition to the USA`s pro-nuclear policy, several European countries such as Germany and Switzerland have decisively chosen a path toward a nuclear free society. Ecological modernization theory is a powerful support for this direction. Arthur MOL (Netherlands), who is a leading proponent of this theory, will analyze the meaning of the Fukushima disaster from the viewpoint of environmental sociology and will propose a better way of changing energy policy as well as decision making in contemporary society.

Additional proposals for participation in this session are welcome.

 

RC24 Business Meeting

 

Renewable Energy and Sustainable Development

Session Organizers
Yasushi MARUYAMA, Nagoya University, Japan, ym@nagoya-u.jp
Rajendra PATIL, Shivaji University, India, patilsuk@gmail.com
Shin-Ock CHANG, Jeju National University, Korea, changshinock@gmail.com

Session in English

Climate change, peak oil and accidents such as Fukushima have all contributed to growing interest in renewable energy. Moreover, renewable energy has attracted the attention of communities and organisations whose interests lie in the potential impacts, both positive and negative, of renewable energy for rural development, poverty alleviation, public health, environmental justice etc.

The aim of this session is to examine relationships between renewable energy and sustainable development. While there will be a particular focus on exploring the implications and possibilities for renewable energy in communities that are economically and/or politically marginalized, papers on any aspect of the sociology of renewable energy are welcome.

Potential topics include:

  • NIMBYism and other social barriers to renewable energy development
  • Social changes stimulated by renewable energy development
  • Best practice in renewable energy diffusion and implementation
  • Energy, equity and environmental justice
  • Renewable energy and poverty alleviation
  • Renewable energy policy, programs and regulatory frameworks
  • Community renewable energy projects, modification of attitudes and behaviour for sustainable energy
  • Competing constructions of ‘energy security’

 

Resource Consumption and Sustainability in the Global South

Session Organizer
Hellmuth LANGE, University of Bremen, Germany, lange@artec.uni-bremen.de

Session in English

The relationships between resource consumption and the environment raise difficult questions about reconciling poverty alleviation and social justice with the impact of exploding consumption rates among the prospering middle classes of emerging economies as well as increasing purchasing power among the poor. The cross cutting issue is ‘how to turn these consumers green’? (Ariely/McKinsey 2012). Scholarly debate of these issues is still in its infancy. As a consequence, there is an urgent need: first, for screening, systematising and assessing prevalent assumptions about the impact of rising resource consumption on meeting the requirements of more sustainable development; and second, to develop theoretical frameworks that consider the specific mix of ‘same, same – but different’, distinguishing the social, cultural and political reality of consumption in catching-up countries from the more wealthy societies of the Global Northwest.

Papers are invited on all aspects of the relationship between resource consumption and sustainability in the Global South. Potential topics include:

  • Consumption vs. consumerism: how significant is the dividing line in developing countries: does the line follow the same characteristics that are more or less accepted in the Global North?
  • Who are the new consumers in sociological respect: about socio-economic, social, and cultural diversities and what about pilot groups and entry topics of environmental concern?
  • Trans-cultural norm diffusion and hybridisation: what do we really know about globalisation of environmental concern regarding contents and temporal gradients?
  • Conducive policies aiming at encouraging more sustainable patterns of consumption in developing countries?

 

Social Inequalities within Protected Natural Areas

Session Organizers
Cecilia CLAEYS, Aix-Marseille Université, France, cecilia.claeys@univ-amu.fr
Valérie DELDREVE, IRSTEA, France, valerie.deldreve@irstea.fr

Session in English

Over the last decade, the increasing number of protected natural areas in both the Northern and Southern hemisphere has raised the issue of environmental justice. Indeed, the creation of protected natural areas has led to their regulation (from restriction to prohibition) regarding extraction of resources, land occupation and access to amenities. Such regulation can affect in different ways both local and outside use of protected areas, including its form, for example, whether traditional or contemporary. Rules can also affect the type of user, at times privileging wealthy users over those with fewer resources.

This session proposes developing critical analyses of the social and historical construction of protected natural areas, and at the same time, of different forms of inequalities (social, economic, ethnic, spatial…) characterising area access and its use. Based on local, national or international cases studies, paper proposals submitted should address the following questions in particular:

  • How far (and why) have processes leading to the creation of protected natural areas (contemporary or historical ones) resulted in inequalities regarding their access and use?
  • Do international environmental policies promoting Rio Declaration objectives of “public awareness and participation” contribute to reducing unequal access to natural amenities?
  • What principles of justice govern the arguments mobilised by the different stakeholders involved in consultation/negotiation/conflicts over the creation/management/use of protected natural areas?
  • How does this government of natural areas in turn interact with other international and national environmental policies (for example, to protect water or air quality) and with related international programs (such as REDD+)? Abstracts should set out the problematic to be addressed, including hypotheses, theoretical framework, type and size of the data base used where appropriate, analytical concepts and expected results.

 

Sustainable Consumption: Governance, Practices and Politics

Session Organizer
Magnus BOSTROM, Sodertorn University, Sweden, magnus.bostrom@sh.se

Session in English

The sphere of consumption is increasingly identified as a target of environmental governance. State agencies, retailers/producers and social movements attempt to mobilize people as consumers of the ‘right’ products and as environmental citizens or activists. Consumer ‘demand’ has become a problem in a world facing resource constraints at the same time that it has become a force for change in the production and transport of commodities. While supply chains become more and more complex, ethically minded citizens as well as CSR-sensitive public and private buyers are increasingly eager to learn about the social and environmental conditions behind the products they purchase. How can ‘citizen consumers’ learn about social and environmental risks in different parts of the supply chain and develop pro-active approaches to deal with these risks? To what extent is consumption driven by habitualized social practices and embedded socio-technical systems? Ought state and corporate actors direct and edit the choices available to people as consumers? This session welcomes papers that engage empirically and/or theoretically with these difficult and intriguing questions.

 

The End of the Environmental Nation-State?

Session Organizers
Arthur MOL, Wageningen University, The Netherlands, arthur.mol@wur.nl
David A. SONNENFELD, State University of New York, USA, dsonn@esf.edu

Session in English

While in the economic domain the nation-state seems to strengthen its role in regulating global financial flows, in the realm of environmental policy and governance it is under assault from above and below, `inside` and `out`. Supranational environmental institutions continue to evolve and strengthen in the European Union and elsewhere; (transnational networks of) ever-smaller sub-national units advance the devolution of environmental governance and control from below; from `outside` the state, private sector and non-governmental actors increasingly establish `privatized` forms and arrangements of environmental governance. In this multiplexed environmental governance world, is the nation-state becoming increasingly irrelevant; and with what variation between countries in different parts of the globe?

As the environmental nation-state `hollows out` and recedes, can the new networks of devolved and non-state authorities, such as those of decentralized local environmental authorities; standardization, labelling and certification schemes; businesses and non-governmental organizations, step up to take its place, domestically and globally? What are the challenges of environmental effectiveness and equity for such new non-state and hybrid networks? To whom and how are they accountable? In short: is this the end of the environmental nation-state as it has been known for the last half-century?

 

Waste in Today’s World: Waste not Want not?

Session Organizer
Lynne CIOCHETTO, Massey University, New Zealand, l.m.ciochetto@massey.ac.nz

Session in English

In contemporary industrialized consumer societies the production of waste is accelerating exponentially. Issues of waste – with sewage and human waste associations – tends to be repellent and remote from everyday life. Waste problems are easy to overlook and they are overshadowed in the media by the global issues of climate and environmental changes. However, waste is an important multidimensional problem that is perilous to ignore. Waste touches on all four pillars of sustainability: environmental, economic, social and cultural.

Issues of waste cover a wide spectrum: from the use of resources, to the by-products of industrialization and agribusiness, the way products are produced, consumed and discarded. In a time when global food is under pressure much of the food produced is wasted by producers, retailers or consumers. In an increasingly technical world electronic waste is becoming a major problem. The expanding demand for energy is creating many waste problems from carbon emissions to nuclear waste. As urbanization accelerates in the developing world cities are becoming overwhelmed by inadequate infrastructure to process waste. Our seas are becoming polluted with chemicals and plastics.This panel invites submissions that cover the spectrum of waste from micro-level to macro-level, from case studies to policy.

Conference STS Perspectives on Energy: appel à propositions (30 juin)

Lisbon, 4 – 5 November 2013

Energy issues are both a pressing matter in contemporary societies and the subject of a rising body of academic work, none the least in the field of science and technology studies. On the one hand, the incessant need to find new and improved energy sources (cleaner and more sustainable) to fuel the ever growing demands of consumer societies is a strong drive for scientific research, supported by national and international funding agencies and policies. From local laboratories and networks to big science projects, like nuclear fusion, from the processes of scientific “discovery” to the path into industrial application of innovations, there is much to be gleaned for STS scholars.

On the other hand, technologies for energy generation are far from controversy-free. Risks and impacts over the environment and human health have given rise to a number of technology-oriented social movements, advocating either for (e.g. wind, solar) or against (e.g. nuclear, fracking) certain forms of energy, often coming into conflict over diverging interests with the industry, the government and the scientific establishment. The wide breadth of emerging energy technologies, whose risks are still unknown and uncertain, has the potential to unleash many more controversies worth studying.

Additionally, energy-related technological objects have also invaded the home. From electric vehicles to smart meters, from solar panels on the roof to wind turbines on the backyard, the way consumers/citizens deal with these new devices has become a fertile ground for research, at the intersection between STS and practice theory and consumption studies.

We welcome abstracts that deal with these or any other issues pertaining STS approaches on energy, from established scholars to post-graduate students. We particularly encourage submissions from southern Europe (at least two travel grants will be allocated to early career researchers).

Abstract deadline: 30th June

Abstract submission:www.stsenergy.wordpress.com

Organisation: Institute of Social Sciences – University of Lisbon and Centre for Social Studies – University of Coimbra

Organising Committee: Ana Delicado (ICS-UL), Mónica Truninger (ICS-UL), Tiago Santos Pereira (CES-UC), Luís Junqueira (ICS-UL)

Support: EASST European Association for the Study of Science and Technology and FCT Foundation for Science and Technology

Appel à contributions: Adaptation to Environmental Change: Anthropology’s Engagement

2013-Logo-154x200

The 112th AAA Annual meeting will be held at the Chicago Hilton November 20-24, 2013 in Chicago IL. The 2013 annual meeting theme is Future Publics, Current Engagements.

Workshop proposal: Much attention has been given to the ways in which individuals, communities, and governments try to mitigate the impacts of environmental change, particularly climate and land use change (Mertz et al. 2001).  Given the inevitability of some degree of change, attention is also now being directed toward how human communities are adapting and can adapt to these types of environmental changes (e.g. Agrawal 2010; Nelson, West, and Finan 2009).  Understanding these emerging adaptation practices is critical to our future ability to react to and buffer these changes.

Anthropologists are well-positioned to investigate and analyze adaptation processes, and this session seeks to highlight not only various adaptation strategies, but also the role of the anthropologist in facilitating, documenting, and disseminating these strategies.  We seek to build on the work compiled in the edited volume Anthropology and Climate Change (Crate and Nuttall 2009), enlarging the scope to other forms of environmental change and directing special attention to scalar interactions and the ethics of engagement.

For example, documented adaptations to climatic changes expected to raise sea levels and increase storm surge include constructing homes on raised platforms.  An individual may decide to elevate his or her home, or a government may declare that any homes on parcels that have been flooded by storm surge must be raised.  At yet another level, the national flood insurance program could provide incentives, in the form of lower premiums, for homeowners who elevate their structures.  This one example shows how processes of adaptation can be multi-scalar and invites inquiry into how decisions and initiatives at various levels may intersect and support or impeded efforts at other levels. At the same time, it highlights how poor and marginalized members of the community may be “left behind” in adaptation strategies and provides an interesting platform for discussing the role of the anthropologist in studying, influencing, or implementing adaptation strategies or policies.

We seek papers for this panel that will engage the diverse ways in which humans adapt to environmental change.  Adaptations can be at the individual level, at the level of communities or institutions, or can be larger in scale.  Papers are particularly welcome that are multi-scalar in their inquiry (spatially or temporally), that meaningfully engage in collaborative knowledge production, or that treat the ethical implications of anthropological work on adaptation to environmental change.  We also welcome papers that critically reflect on the process of public engagement in the area of environmental change.

 

Abstracts should be sent to the Organizer and Chair by April 2nd.

mwdevine@uga.edu

asourdril@gmail.com

 

Agrawal A. 2010. Local Institutions and Adaptation to Climate Change.  Pps 173-198 in. Mearns, R. and Norton, A. (eds) Social Dimensions of Climate Change: Equity and vulnerability in a warming world. Washington, D.C.: The World Bank.

Crate, S. and M. Nuttall (eds.) 2009. Anthropology and Climate Change: From encounters to actions.  Walnut Creek: Left Coast Press.

Mertz, B. et al. (eds.) 2001.  Climate Change 2001: Mitigation.  Contribution of Working Group III to the third assessment report of the Intergovernmental Panel on Climate Change.

Nelson, D., C. West, and T. Finan. 2009. Introduction to “In Focus: Global change and adaptation in local places.” American Anthropologist.  111(3): 271-274.

 

appel à contributions: Welcome to the Anthropocene

NESS, Copenhagen, 11-13 June 2013

In the time of Anthropocene, where human behaviour irreversibly affects our environment, social science is increasingly often called for as the quick fix to solve problems of excess consumption, conflicts over land use, and lack of effective regulation. But as suggested by Einstein, we cannot solve problems using the same kind of thinking that created them. The purpose of this conference is to provoke thought on new ways for social theory to explore environment-society relations. With this conference, we warmly welcome researchers from all social science disciplines and paradigms to present their newest research related to aspects of social and environmental change and their interaction.

The environment changes – so do our perceptions of the environment

We live in a time where human behavior does significantly affect the local and global environment (era of anthropocene1). We see the consequences in the shape of a hitherto unseen wealth of material goods, but also in the shape of climate change, and significantly modified natural resources, from biodiversity to minerals, from sea to land environments.  Together with technology innovations, and increasing scientific insights, these environmental changes have altered the very way we as a species perceive the environment and ourselves in relation to the environment. 

Social science – the new quick fix?

Social science plays a central role in understanding the dynamics of human-nature interaction both with regard to how we view the environment and our own role in relation to it as well as with regard to understanding the way societies respond or do not respond to environmental changes. With this also follows ever increasing expectations for social science to present the quick fixes to manage the social-environmental challenges we are facing, to minimize environmental damage and social conflict. In other words, social science has been given the role of change agent.

Old problems require new thinking

The way we respond to environmental problems depends on the very way we think of what the problem is, i.e. how we perceive the relation between society and the environment and what we perceive as a desirable future. Einstein suggested that we cannot solve problems using the same kind of thinking we used when we created them. This means that we should not only challenge the assumptions underlying society today, but also the very social theories we use to explore environment-society relations with.

Welcome to NESS 2013!

In thematic working groups, and with the help from prominent key note speakers, we explore the many dimensions of society-environment interaction – to possibly get beyond traditional thinking and suggest new approaches to social science research on the environment.

With this conference, we warmly invite researchers from all social science disciplines and paradigms to present their newest research related to aspects of social and environmental change and their interaction!

To know more about the conference: http://ness2013.ku.dk/

Deadline for contribution: 15 march 2013.

Séance « Innovations et comportements » ATELIER DU 15 février 2013 – 10h30-16h30

Développement durable et “acceptabilité sociale”

Séance ‘Innovations et comportements’

Vendredi 15 février 2013

 10h30-13h et 13h30-16h30

Responsable de la séance :

Nathalie Ortar

Entrée libre
Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine
3/15, quai Panhard et Levassor
75013 PARIS
Amphi 180

 

Matinée : 10h30 – 13h

  • Yannick Rumpala (Maître de conférences en science politique , ERMES – Université de Nice Sophia Antipolis) – Sur les possibilités d’une transition écologique « par le bas » : vers une théorie post-gouvernementale
  • Anne-Sarah Socié (Chargée de mission projet ELENA – ICP / VEOLIA-2EI, Titulaire bourse Fondation Palladio 2012 – 2013, Doctorante – Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Institut Catholique de Paris). Titre de l’intervention : Aspirations habitantes et urbanisme durable : questions de prospective

Après-midi : 13h30 – 16h30

  • Stéphane La Branche (Chercheur associé à Pacte ; Coordonnateur de la Chaire Planète, Energie, Climat ; IEP de Grenoble ; Membre du GIEC). Titre de l’intervention : Limites et succès des changements de comportements en matière d’énergie : le cas du programme FAEP (famille à énergie positive)
  • Sophie Nemoz (Enseignant-chercheur contractuel au sein d’Econoving, chaire internationale sur les éco-innovations, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Titre de l’intervention : De l’emménagement à la vie quotidienne, aménités et difficultés des pratiques d’habitat écologique
  • Annabelle Morel-Brochet (post doctorante INRETS – Laboratoire Ville Mobilité Transport). Titre de l’intervention : La densification spontanée des tissus pavillonnaires : quelque chose à voir avec le développement durable ?

Discutants

  • Françoise Lafaye (Ethnologue, Chargée de recherches au laboratoire RIVES – UMR CNRS 5600/Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat)
  • Bruno Villalba (Maître de Conférences en science politique, CERAPS – Sciences Po Lille)

 

Alors que se multiplient les discours et programmes de recherche sur l’urgence d’engager un modèle de développement durable et d’inventer la « Ville durable ». Cette notion est toutefois problématique à plus d’un titre : sa définition est loin d’être stabilisée[1] et reste soumise à controverses entre économie, géographie, sciences politiques et écologie. Après une première séance de l’atelier destinée à appréhender la ville durable à travers les discours et pratiques des concepteurs, il est nécessaire de s’interroger sur la manière dont les individus-habitants s’approprient ce nouveau paradigme très largement imposé d’en haut, en particulier lorsqu’ils sont confrontés à des modes d’habiter dans des espaces dessinés et structurés par des concepteurs en amont de toute présence habitante. Il devient nécessaire d’apprécier dans quelle mesure l’affirmation de cet objectif commun est capable de modifier à terme ou transforme d’ores et déjà les modes d’habiter[2] des habitants, et/ou s’inscrit dans des pratiques plus anciennes réactualisées et relabélisées à l’aune du développement durable[3].

Le champ scientifique qui s’est saisi le plus précocement de la question de la durabilité est celui qui s’intéresse aux politiques publiques et analyse les phénomènes à l’échelle des milieux, des systèmes urbains, des sociétés ou des réseaux. De ce fait, l’observation des pratiques individuelles est rarement privilégiée[4]. Jusqu’à présent, la sociologie de la consommation s’est davantage concentrée sur l’acquisition que sur les processus permettant l’usage des produits[5]. Les anthropologues se sont focalisés sur la vie des objets, leur place au sein de la vie des individus[6], les systèmes d’échange[7], mais les objets ne sont pas traités comme des équipements nécessaires au quotidien en dehors de recherches comme celles par exemple de Bruno Latour[8]. Or ces objets, ces artéfacts, ont modifié le quotidien de tout individu occidental. Quant aux recherches portant explicitement sur l’habiter, elles n’ont fait pour l’instant que commencer à effleurer la compréhension de la nature du confort recherché par l’individu habitant[9], les contradictions des éco-habitants et les difficultés de changement de comportement que cela implique en termes d’habitat, de mobilité ou de valeurs habitantes[10].

Quel est l’influence des politiques publiques se revendiquant du développement durable, traduites notamment en termes de droit (de l’environnement, de la construction, etc.) sur les modes d’habiter et sur la construction de nouveaux usages ? Comment ces politiques publiques régissent-elles le logement ou l’urbanisme et plus globalement et les modes d’habiter lorsqu’elles créent de nouvelles normes (écologiques autant qu’hygiénistes) ou qu’elles transforment les espaces habités, avec par exemple la diffusion de la notion de maîtrise d’usage ou encore la mise en place de dispositifs  d’éducation à habiter les éco-quartiers, et les éco-constructions, etc. ? Dans quelle mesure la notion de durabilité ou de ville durable est-elle appréhendée par les individus et selon quelles modalités ? Quelles sont les valeurs qui accompagnent les changements, les éventuelles différences en fonction des espaces, ainsi que les transformations du sens donné à une même pratique ? Jusqu’à quel point ces politiques sont-elles appropriables par les habitants et si c’est le cas par quels habitants ?

La journée s’organisera autour de trois points :

  1. Définition(s)/identification des comportements de la ville durable (recyclage, mobilités douces, etc.)
  2. Etudes de cas : Appropriabilité des innovations dans le cadre bâti
  3. Controverse : Dans quel cadre s’inscrivent les innovations (techniques, procédurales, etc.) ? Est-il réaliste de penser que les évolutions de comportement doivent venir d’en haut ? Doivent-elles conduire avant tout à la décroissance des comportements (consuméristes, de “confort”, etc.) ou se fixer d’autres priorités compte-tenu des “problèmes” d’acceptabilité que rencontrent ces innovations (diminution des effets environnementaux des comportements et des choix socio-économiques, etc.) ?


[1] EMELIANOFF C. in MATHIEU N., GUERMOND Y. (dir.), 2005, La ville durable, du politique au scientifique, Antony, Cemagref.

[2] Le terme de mode d’habiter, sans pour autant le définir a priori, renvoie aux manières de faire, aux manières de penser, de dire, de vivre les différents espaces, territoires et lieux qu’habitent les individus, sans nécessairement y vivre au quotidien. L’usage du terme d’individu-habitant renvoie à l’individu, être social, dans ses multiples interactions avec le monde matériel, avec l’espace géographique.

[3] Sur cette question voir notamment E. Shove, M. Pantzar et M. Watson, 2012, The dynamics of social practices. Everyday life and how it changes, Londres, Sage.

[4] Dorier-Apprill E., 2002, Ville et environnement, Paris, SEDES ; Coutard O., Lévy J.-P. 2010, Écologies urbaines, Economica.

[5] Shove E., Watson M., Hand M. & Ingram J., 2007, The design of everyday life, Oxford, Berg ; Dobré M., 2002, L’écologie au quotidien, éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan.

[6] Miller D., 2010. Stuff, Cambridge, Polity Press.

[7] Appadurai A., 1986. The social life of things, Cambridge, Cambridge University Press.

[8] Latour B., 2005. Nous n’avons jamais été moderne, Paris, La Découverte.

[9] Shove E., 2003, Comfort, cleanliness and convenience. The social organization of normality, Oxford, Berg. ; Subremon H., 2009, Habiter avec l’énergie. Pour une anthropologie sensible de la consommation d’énergie, thèse de doctorat, Université de Nanterre-Paris 10.

[10] Dobré M., Salvador J. (dir.), 2009. Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan.

VILLES DU NORD, VILLES DU SUD : LA DURABILITE, ENTRE PRET A PENSER ET OPERATIONNALITE

Plus de quinze après la Campagne européenne lancée en 1994 à Aalborg, le terme de « ville durable » s’est imposé comme une injonction et un horizon centraux des politiques urbaines. Cette diffusion témoigne d’une prise de conscience de l’inadaptation et de la rétroactivité des systèmes sociaux urbains au regard de l’émergence d’une problématique environnementale tant locale que globale. Elle procède, dans le même temps, de la percée d’une approche territorialisée du développement durable – ou non « fractale » c’est-à-dire non directement transposable du global au local. Il s’agit ainsi de prendre en compte la façon dont les enjeux et les objectifs du développement durable urbain varient d’un territoire à l’autre et sont susceptibles de se différencier selon les systèmes politiques, les configurations institutionnelles et les collectifs d’acteurs présents, ce dans un espace mondial « morcelé ».

Ce caractère volontiers pragmatique du développement durable urbain rejoint les analyses qui insistent sur son caractère non stabilisé, et le considèrent davantage comme une « problématique » plutôt qu’une « solution », faisant l’objet de multiples définitions (y compris concurrentes entre elles) et renvoyant à des conceptions de la durabilité urbaine parfois fortement éloignées les unes des autres (ville compacte, attractive, équitable…) – alors même que demeurent de nombreuses incertitudes sur la structuration urbaine « idéale » du point de vue notamment, mais sans exclusive, de la relation entre densité et réchauffement climatique et de la possibilité même d’une ville « post-carbone ».

De façon liée, sous l’impulsion d’instances européennes et nationales de pilotage et de programmation de la recherche et de la demande croissante des acteurs institutionnels locaux en direction d’outils de mise en œuvre et de normes de durabilité opératoires et adaptées aux spécificités territoriales, le développement durable urbain a donné lieu à de très nombreux travaux de recherche, malgré – il convient aussi de le souligner – certaines réticences de la communauté scientifique des Sciences Humaines et Sociales à considérer la catégorie politique du développement durable comme un objet de recherche pertinent et compte tenu du scepticisme suscité par les apories d’une durabilité du développement dans un contexte de finitude des ressources aujourd’hui acté.

A cet égard, une première grande période de lancement et d’appropriation locale du développement durable urbain, sous un format multi-scalaire, témoigne d’un investissement massif des villes et des collectivités des pays du nord de l’Europe (en Suède, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Norvège…) progressivement rattrapé par celles du sud – tout particulièrement en Espagne, Italie, voire au sud du pourtour méditerranéen (Maroc, Égypte).

Les bilans restent toutefois partagés et délicats compte tenu de trois difficultés essentielles :

–          la forte inertie des morphologies et des héritages urbains, et l’échelle de temps long pour repositionner les trajectoires de développement des villes européennes, qui simultanément invitent aussi à ne pas verser dans le catastrophisme ;

–          les enjeux spécifiques que recouvre l’urbanisation selon les échelles d’analyse et de mise en œuvre (Nord/Sud, quartier/ville/agglomération/métropole/interurbain…) et leurs interactions ;

–          la complexification apportée par les dynamiques territoriales (liées aux logiques et pratiques de mobilité résidentielle, de déplacement, de localisation des activités, du foncier…) à l’intégration des dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable urbain.

Pour autant, la nécessité d’une analyse des pratiques, représentations et discours de la durabilité urbaine, ainsi que d’un état des lieux assorti d’un recul critique s’imposent aujourd’hui. De façon conjoncturelle, un contexte mondial et européen récent de signaux contradictoires donnés par la mise au second plan de la crise climatique face à la crise de la dette, et par l’annonce d’un risque d’emballement climatique par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) à la veille de la Conférence de Durban sur le changement climatique (novembre 2011), incite à s’interroger sur les ressorts et la consistance du projet collectif de changement en direction d’un développement durable. Plus fondamentalement, on fera l’hypothèse de tensions structurantes se faisant progressivement jour en matière de développement durable urbain. Sans prétendre à l’exhaustivité, trois de ces tensions seront explorées dans ce cycle de journées d’étude (JE) :

  1. 1.      Une tension entre modèles et transitions  (1ère journée d’étude)

La plupart des observateurs s’accordent pour considérer le caractère incertain du devenir et de la concrétisation des villes durables, et de nombreuses analyses s’orientent vers la question des trajectoires et des dynamiques de changement portées par la mise en durabilité urbaine.  Pourtant, force est de constater la prégnance d’une rhétorique des « modèles » de villes durables dont on peut considérer qu’elle a en partie été initialement encouragée par les initiatives d’instances internationales, puis nationales, soucieuses d’assurer la reprise des nouveaux principes d’action publique inhérents au développement durable par les différents acteurs politiques à l’échelle des territoires, via la diffusion d’expériences « réussies » ou pionnières. Dans cette optique, les expériences et les réalisations urbaines menées au Danemark, en Suède, en Finlande, ont rapidement incarné un « modèle nordique » – malgré  certains paradoxes (par exemple, une production annuelle de déchets municipaux la plus élevée de l’Union européenne pour le Danemark, ou encore une réputation « verte » précédant sa réalisation effective pour Malmö…) –, alors même que les ingrédients de durabilité propres au « modèle urbain méditerranéen » (une agriculture plus résistante à l’urbanisation, d’importantes formes sociales, notamment familiales, de solidarité, des traditions séculaires de résistance à la chaleur, etc.) restaient peu (re)connus (ou valorisés). De la même façon, de récents travaux remettent en question l’idée courante d’une irrigation des villes européennes par un modèle nordique à la pointe, pour souligner un différentiel dans la capacité des acteurs urbains à produire un « autre discours » sur la ville. Un recul semble aujourd’hui possible et nécessaire sur les modèles prévalant en la matière, tant au niveau de leur contenu, de leur efficace et dynamique (y compris sur la durée), qu’au niveau des acteurs / sphères / instances à l’origine de leur diffusion, reconnaissance, et/ou circulation. Qu’est-ce qu’un « modèle » en matière de durabilité urbaine et comment se construit-il ? Sous quelles modalités et à partir de quels enjeux et focales s’organisent et se mettent en œuvre des « passages » et des transitions en direction de la durabilité ?

  1. 2.      Une tension entre gouvernance et gestion (2ème journée d’étude)

La promotion du développement durable s’est accompagnée de l’idée qu’il fallait modifier les modalités d’exercice de la démocratie via l’instauration de principes de « gouvernance » et de « participation » comme quatrième pilier (du développement durable), offrant ainsi des points d’accès aux processus décisionnels pour la société civile et les différents groupes d’acteurs (économiques, ONG, consommateurs, de protection de l’environnement…). Dans le même temps, cette mise en territoire et en démocratie « bottom up » de la durabilité a également été conçue comme un moyen de favoriser la transversalité et la coordination opératoire attendue des politiques urbaines.

Dans les faits, cet « impératif délibératif » s’accompagne souvent de désillusions, d’incantations à la démocratie locale et au « citoyen actif » – où par incidence les échelles avancées comme pertinentes deviennent normatives à travers les appels à la « proximité » –, voire d’un essoufflement sur la durée des démarches entreprises (comme l’illustre la conversion « bureaucratique » de certains Agendas locaux 21 en Suède ou en  Grande-Bretagne). En amont de ces constats, le fait que la mise en durabilité urbaine ait précédé, côté Sud, une décentralisation administrative et/ou s’accompagne de stratégies d’« assainissement économique » promues par de grandes instances mondiales, invite aussi à reconsidérer le lien indéfectible qu’il y aurait entre développement durable et démocratie – de même que des avancées sur des questions de fond peuvent s’observer via l’émergence de mobilisations contestataires, échappant à la sphère publique institutionnelle.

De façon liée, on observe une inflation de dispositifs gestionnaires visant une évaluation/calculabilité continues des politiques menées (à travers la profusion de méthodes de diagnostic, un regain d’intérêt pour la prospective territoriale, et la production d’indicateurs du durabilité), dont l’efficace semble avant tout celle d’insérer les collectivités dans une dynamique constante de changement et d’innovations. Les expériences menées invitent à s’interroger sur le sens même de ces innovations et leur capacité à infléchir les problèmes posés par l’expansion urbaine – et dans le même temps recomposer la division du travail de fabrique de la ville : comment gouverner la ville durable ? Quels risques et efficaces des innovations portées par la durabilité ?

 

  1. 3.      Une tension entre ville et nature (3ème journée d’étude)

Sous l’effet de la prise de conscience d’une finitude des ressources naturelles et de la prise en compte des effets négatifs de « l’urbanisme fonctionnel », le développement durable urbain se présente comme une tentative pour penser autrement les relations ville/nature dans le sens d’une intégration croissante respective et d’une transformation d’une représentation négative de la ville (comme consommatrice de ressources et émettrice de rejets et pollutions diverses). Les espaces urbains sont dorénavant conçus comme lieu d’accueil possible de la biodiversité (trames bleue, verte), la nature élargie à l’environnement de proximité (y compris dans ses aspects d’autosuffisance alimentaire avec un retour recherché d’une complémentarité entre ville et agriculture), l’esthétique de la ville redéfinie à travers des stratégies de « renaturation ». Dans ce contexte, le réquisit de « construire la ville sur la ville » se double, dans de nombreuses villes européennes, de projets et de réalisations visant à inverser l’ordre des priorités : renaturer et préserver d’abord, construire ensuite. Mais cette intégration devient aussi un affichage (en témoigne l’inflation des projets urbains revendiquant cette dimension), soit relativement pauvre dans sa capacité à concilier urbanisme et nature – sans prendre la mesure des changements de mode de vie liés –, soit sélectif socialement (les exemples d’écoquartiers sont sur ce plan-là assez fréquents, les bailleurs sociaux étant encore assez peu nombreux à pouvoir se positionner sur ce créneau). Cette tension entre ville et nature recèle donc aussi son idéologie, dont d’aucuns pourraient voir un habillage, voire une extension des usages de la nature. A l’heure où les villes européennes multiplient les initiatives en la matière, il s’agit de s’interroger sur les limites et la portée de cette intégration : assiste-t-on effectivement à un « changement de paradigme » ? Comment cette intégration recherchée se traduit-elle tant du côté des usagers que des professionnels (qu’il s’agisse d’élus ou de professionnels de l’urbain) ?

L’analyse de ces tensions structurantes sera centrée sur les villes européennes du Nord et du Sud. Elle pourra toutefois concerner d’autres villes – hors Europe – dans la mesure où les travaux menés autoriseront une mise en perspective pertinente avec les dynamiques européennes, ceci afin d’éviter un européanocentrisme aveugle aux grands enjeux de la problématique du développement durable urbain.

Trois entrées transverses seront privilégiées. Il est attendu qu’elles enrichissent la démarche de questionnement et contribuent à défaire des catégories trop durcies (local/global, nord/sud, développement urbain/protection de la nature…) :

–        la dimension socio-culturelle des situations et des expériences menées

–        l’entrée par les échelles des espaces urbains et les échelles d’analyse

–        les dynamiques de production et de préservation d’une « urbanité ».

Privilégiant une démarche comparative, les travaux pourront mobiliser différentes disciplines des Sciences Humaines et Sociales (sociologie, géographie, urbanisme, science politique, littérature et civilisation, droit, économie…), et seront sensibles aux différents niveaux de comparaison possibles (entre sites, terrains, échelles ; entre disciplines ; sur le sens même d’une comparaison, tout particulièrement autour de la notion de « modèle » de développement durable urbain).

 

Ce cycle de journées est ouvert aux travaux de chercheurs confirmés et à ceux de doctorants et de jeunes chercheurs, et aura lieu en présence de « grands témoins », spécialistes internationaux des questions liées au développement durable : J.-P. Lévy (CNRS),  C. Voiron (CNRS, Université de Nice Sophia Antipolis), J. Dubois (IUAR, Aix Marseille Université), E. Zaccaï (CEDD, Université Libre de Bruxelles)… Il a pour vocation d’initier la mise en place d’un réseau de collaborations et d’échanges scientifiques sur les questions de durabilité urbaine entre Nord et Sud.

Plusieurs formes de valorisation et de prolongement favoriseront l’assise de réelles coopérations scientifiques à l’issue de ces rencontres, dont :

–          la publication d’un ouvrage collectif dans la série « Des textes et des lieux » aux Éditions Orizons (Paris), dirigée par A. Choné et Ph. Hamman, et dont sont membres du comité scientifique international les coordinateurs des journées et des chercheurs associés à leur organisation courant 2014 ;

–          la publication d’un dossier thématique dans une revue scientifique courant 2014 ;

–          la participation envisagée au programme interdisciplinaire de recherche de la Maison Inter-universitaire des Sciences de l’Homme Alsace (MISHA),  « La nature à la lettre. Ecritures et production des savoirs sur la nature dans l’Europe moderne et contemporaine » (2013-2017), que coordonnent Ph. Hamman et I. Hajek.

 

Organisation du cycle de journées d’étude :

Responsable scientifique :

Hajek I., MCF en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

 

Comité de pilotage et d’organisation des journées :

Hajek I., MCF en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Hamman Ph., PR en sociologie, Directeur-adjoint du laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Piermay J.-L., PR en géographie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

 

Comité scientifique :

Blanc M., PR émérite en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Camproux M.-P., MCF HDR en droit de l’environnement, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Choné A., MCF en études germaniques, Equipe de recherche en Etudes germaniques, EA 1341, UdS

Donzel A., CR en sociologie, Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES), CNRS UMR 6127, Aix Marseille Université

Gazzola A., PR en sociologie, Directrice du Laboratoire Communication, Recherche Appliquée et de Formation sur les dynamiques Territoriales et Sociales (CRAFTS), Faculté d’Architecture de Gênes

Hajek I., MCF en sociologie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Hamman Ph., PR en sociologie, Directeur-adjoint du laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Lévy J.-P., Directeur de recherche CNRS, Directeur du Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement (LAVUE), CNRS UMR 7218

Mohnike T., MCF en études scandinaves, Equipe de recherche en Etudes germaniques, EA 1341, UdS

Piermay J.-L., PR en géographie, laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363), Université de Strasbourg

Stoessel-Ritz J., MCF HDR en sociologie, Groupe de Sociologie Politique Européenne (GSPE), UMR 7012, Université de Haute Alsace (Mulhouse)

Voiron-Canicio C., PR en géographie, Directrice du laboratoire Étude des Structures, des Processus d’Adaptation et des Changements de l’Espace (ESPACE), UMR 7300, Université de Nice Sophia Antipolis

Zaccaï E., PR à l’Université Libre de Bruxelles, Directeur du Centre d’Etudes du Développement Durable (CEDD), ULB.

 

Calendrier des journées d’étude :

–          JE 1 « Modèles et transitions de la durabilité urbaine » : 30 mai 2012

–          JE 2 « Gouvernance et innovations de la ville durable » : 4 et 5 octobre 2012

–          JE 3 « Quelles natures dans la ville durable ? » : 17 mai 2013


Energy Systems in Transition: Inter- and Transdisciplinary Contributions

9th – 11th of October 2013 at Karlsruhe, Germany

The energy transformations in Germany and in many other countries worldwide include the rapid expansion of renewable energy sources, an ambitious increase in energy efficiency and, at least in Germany and several other countries, an accelerated phase-out of nuclear energy. These goals place substantial demands on energy research and energy policy making. This transformation is not only a technical but also a societal challenge. It requires an effective, efficient and socially compatible integration of technological development, organisational structure and behavioural adaptations. This integration is crucial for the energy transition to succeed.
What challenges are associated with this envisioned transition?
Necessary changes in user and consumer behaviour;
Acceptance problems and conflicts relating to new infrastructures such as hydro-storage power plants or high-voltage lines;

  • Incentive systems and suitable political and economic conditions for initiating and promoting the necessary innovations;
  • Handling complex, uncertain and ambiguous risks associated with new energy systems;
  • Integration of public participation in formal planning processes;
  • Adequate operator models for decentralised energy systems.

For meeting these challenges, research activities need to investigate the systemic interactions between technology, organisation and behaviour at regional, national and supranational level. Research needs to emphasise the demand side of energy systems and to focus on user needs, integrated scenario building, innovation diffusion, infrastructure planning, and risk governance. The interfaces between technical and societal factors that significantly influence the prospects for the envisioned transformation process need to be investigated. Proposals for designing effective, efficient and socially compatible transformation strategies towards a sustainable energy future have to be developed. New knowledge has to be fed into social debates, stakeholder discussions and the political consultation process in a format that is appropriate to the relevant target audience.
Against this background, the aim of the conference is to address this broad variety of interconnected topics and create room for presenting an interdisciplinary portfolio of approaches and research findings. Conceptual as well as empirical studies from different disciplinary backgrounds (such as transition management, STS, environmental psychology, technology assessment, economics, social responses to energy technologies and infrastructure, sociology, political science, legal studies, and investigations about planning processes etc.) and in particular interdisciplinary contributions are highly welcomed. We explicitly invite analyses from various countries as comparative studies facilitate mutual learning processes.
The conference will include invited papers (providing reviews), oral presentations and poster sessions. The presenters of papers and posters are encouraged to address the following topics:

  1. Concepts, scenarios or modelling approaches with an integrative perspective on energy transitions taking explicit account of the interface between technology, economic development and social changes;
  2. Criteria/indicators for assessing the sustainability of energy transitions as well as tensions/conflicts between different dimensions of sustainability related to the environmental and societal implications as well as the economic performance (including approaches such as the “lead markets” concept);
  3. Governance of energy innovations with a particular focus on path dependencies or path creation; contributions might also address the motivations, strategies, or expectations of different actors in the energy system;
  4. The role of subnational governance levels (including regional/local energy independence or even autarky) for enabling or facilitating energy transitions. In this context, technical, political and behavioural aspects of cooperative governance structures and processes are of special interest; aspects of decentralisation might be addressed as well;
  5. Determinants of individual and group-related behaviour with respect to energy consumption of households and industry and instruments to influence this behaviour (incentives, coordination, communication); this might include new insights into rebound phenomena or on side effects of monetary incentives;
  6. Potentials and limits of public/stakeholder participation in formal or informal planning procedures with respect to energy-related infrastructure projects;
  7. Challenges and approaches for communicating complex and uncertain research results to a wider policy and public audience;
  8. Scientific concepts and methods, governance approaches, regulations or policy packages with an explicit focus on “risks and uncertainties”. In this context, also the tension between flexibility and stability in long-term infrastructure planning might be addressed.

The conference organisers invite contributions from different disciplinary perspectives. The main objective is to gain a better understanding about the conditions, dynamics and impacts of energy transitions towards sustainability. Energy systems are understood as complex socio-technical systems that require transdisciplinary methods and a focus on policy and action oriented research.

The conference programme will entail high-level keynote speeches, parallel thematic sessions as well as a policy-meets-science event.

For more information and for submitting an abstract please go to « papers submission« .

Deadline

The deadline for submitting abstracts is Thursday, the 14th of February 2013.

Acceptance of papers will be notified by the beginning of April 2013.

LA JOURNEE DE LA CHAIRE MODELISATION PROSPECTIVE 2012, 3 octobre

Cette nouvelle Journée de la Chaire Modélisation prospective au service du développement durable, intitulée « Prospective pour les enjeux Energie-Climat », se tiendra le 3 octobre 2012 à MINES ParisTech, Paris, en présence des représentants des industriels partenaires de la chaire, des experts académiques, industriels et politiques du domaine et de la scène internationale (CEPS, AIE, Académie des Technologies, MEDDE, etc.).

Cette Journée proposera ainsi une analyse prospective des enjeux Energie-Climat en deux temps.

La matinée sera consacrée à la restitution des travaux de l’année, autour de « Trois enjeux de développement durable : contributions des modélisations prospectives »:

– Des tensions émergentes autour des bioénergies et des usages des sols

– Energie, développement et objectifs climatiques : des enjeux conciliables ?

– Les « Smart Cities » : quelles réalités derrière « le slogan » ?

Les discussion de l’après midi seront dédiées aux « Transitions énergétiques dans un monde en recomposition ».

Au programme de cette Journée :

Prospective des enjeux Energie-Climat

Géographie, écologie, politique: un climat de changement, Orléans 6 au 8 septembre

La géographie française n’a jamais vraiment réussi à considérer la question environnementale, fondamentalement politique, comme faisant ontologiquement corps avec son champ d’intervention. Et malgré la montée en puissance des enjeux contemporains environnementaux, elle semble continuer de le faire. L’organisation, par la Société de géographie, du colloque Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête en septembre 2010 et la remise, quelques semaines plus tard, du grand prix de cette même société à Claude Allègre pour son ouvrage L’imposture climatique confirme que même sous l’ombre — suffisamment polysémique qu’elle en est lénifiante — du développement durable, la géographie française reste profondément réticente à aborder les problématiques portées par le vaste champ de l’écologie politique.

Le colloque propose de questionner cette réticence et de poser les jalons heuristiques d’un rapprochement entre l’écologie, la politique et la géographie. Il entend le faire sans l’instrumentalisation politique qui caractérise aussi bien l’écologisme dénoncé par les géographes que ces mêmes géographes quand ils dénoncent le catastrophisme environnemental.

Quatre questionnements organiseront le colloque :

Quelles ont été en France les relations historiques et épistémologiques entre la géographie, l’écologie et la politique ?

Quelles ont été ces relations dans d’autres pays et d’autres cultures intellectuelles ?

Quelles sont les conséquences de ces trajectoires historiques et épistémologiques sur la géographie française contemporaine, dans son fonctionnement interne, ses relations aux autres disciplines et au monde politique, et dans ses rapports à la géographie mondiale ?

Quelles sont aujourd’hui les perspectives de rapprochement entre la géographie, l’écologie et la politique ?

La brochure du colloque est également disponible ici en pdf.

Site du colloque: http://www.colloque.ird.fr/geographie-ecologie-politique/

1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable : Quelle transition pour nos sociétés ?

Appel à contributions pour le 1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable : Quelle transition pour nos sociétés ?

Date et lieu : 31 janvier et 1er février 2013, Namur, Belgique

Contexte : Nos sociétés se trouvent aujourd’hui au cœur d’une crise systémique, de nature à la fois environnementale, économique et sociale. Dans cette perspective, le présent congrès vise à

– encourager les approches scientifiques innovantes;

– promouvoir l’interdisciplinarité ;

– faciliter la reconnaissance des scientifiques qui travaillent sur le développement durable.

Thématiques : Le sujet général du congrès porte sur l’articulation entre les concepts de transition et de développement durable (Quels sont les problèmes justifiant une transition ? Quelle transition et comment ? Est-ce réalisable ? Quelles sont les expériences positives ? ). Plus particulièrement, les contributions doivent s’inscrire dans l’un des six domaines suivants :

  1. Biens communs mondiaux : Energie, climat, biodiversité (notamment économie de      stock ou de flux ; seuils énergétiques et pic des ressources ;      implications pour les modes de production et nos modes de vie, …).
  1. Alimentation, agriculture,      élevage : (santé de l’homme et de      l’environnement ; alimentation bio ; agriculture indépendante des      combustibles fossiles ; interdépendance entre organismes vivants ;      promotion des circuits courts ; accès à la terre ; agriculture urbaine,      …).
  1. Logement et aménagement du      territoire : (transport, rénovation du      bâti existant, villes en transition, localisation de l’habitat par rapport      aux services, mobilité douce, intermodalité, …)
  1. Modèles de la transition : Développement durable (DD), prospérité sans      croissance, capitalisme vert ou décroissance ? (limites et critiques, rôle      des indicateurs, de la monnaie et de la finance ; DD et justice sociale ;      questions éthiques).
  1. Le rôle des pouvoirs publics      dans la transition :      Quelle gouvernance ? Comment amener des changements de comportement ?      Evolution des formes de droit et des politiques publiques (évaluation      législative ; inscription du DD dans les constitutions nationales et      traités ; DD et droits fondamentaux).
  1. Les autres acteurs de la      transition : Rôle et place des groupes      d’acteurs divers : citoyens, consommateurs, travailleurs, grandes      institutions, mouvements sociaux ; recherche scientifique, enseignement,      éducation, culture, médias ; démocratie participative et modes      d’intelligence collective.

Dates et informations importantes :

Date limite de soumission des propositions de contribution : 1er juin 2012

Communication des décisions : 2 juillet 2012

Date limite de soumission des communications en texte intégral : 1er octobre 2012

Le 1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable est organisé avec le soutien du Ministre wallon du Développement durable et de la Recherche. Ce congrès est co-présidé par les professeurs Jean-Pascal van Ypersele (UCL) et Marek Hudon (ULB). Il s’agit d’un congrès scientifique et international mais qui vise également la participation et l’implication des décideurs et de la société civile.

Le comité scientifique est composé des personnes suivantes : Pr Christian Arnsperger, Pr Isabelle Cassiers, Dr Gauthier Chapelle, Pr Johan Eyckmans, Pr Marek Hudon, Pr Pierre Lannoy, Dr Kevin Maréchal, Pr Sybille Mertens, Pr Delphine Misonne, Dr Pierre Ozer, Pr Jean-Pascal van Ypersele et Pr Edwin Zaccai.

Le secrétariat académique du congrès est assuré par Dr Kevin Maréchal.

L’appel à contribution complet est dans le fichier attaché à ce message.

Pour plus d’informations sur le congrès, vous pouvez vous rendre sur le site www.congrestransitiondurable.org ou envoyer un message à l’adresse suivante: info@congrestransitiondurable.org.

CA POURRAIT RESSEMBLER A QUOI UNE VILLE FRUGALE ? Atelier transit-city vendredi 15 juin 2012

Jean HAËNTJENS, urbaniste, directeur d’Urbatopie et auteur de « La Ville frugale« .

Voilà comment il présente ses interrogations sur la question :

« Le projet d’un « urbanisme durable » se heurte aujourd’hui aux limites économiques et financières rencontrées par les collectivités, mais aussi par les particuliers.

Si le dérapage des coûts urbains (loyers, transports, carburants, budgets sociaux) est bien réel, il ne doit pourtant pas être regardé comme une fatalité. Les cités qui ont fait du principe de frugalité – obtenir plus de satisfactions avec moins de ressources – le fil directeur de leur stratégie ont montré qu’il était possible d’inventer un autre « mode de ville » à la fois plus économe, plus convivial et plus écologique.

Pour atteindre cet objectif, elles ne se sont pas contentées de réglementer ou d’investir. Elles ont su créer un désir collectif en s’appuyant sur les attentes de simplicité, de sociabilité et de nature partagées par une partie de leur population. Elles ont multiplié les innovations dans les champs de l’habitat, de la mobilité, de l’espace public, de l’économie, de la culture, de l’éducation et de l’environnement. Et elles ont progressé simultanément sur les plans de la technique, de la composition urbaine, de la règlementation, de la tarification, et de la gouvernance.

En fait, le principal défi qu’on du relever ces villes a été d’agir en cohérence sur ces multiples leviers. La question, pour elle, n’est pas d’imaginer des formes urbaines révolutionnaires, mais des combinaisons nouvelles entre des technologies existantes (le tramway, le vélo, le moteur électrique, le numérique, les énergies renouvelables) et des pratiques urbaines en pleine mutation.

Quand la notion de ville durable tend à devenir un slogan marketing sans grande signification, celle de ville frugale impose une incontestable rigueur dans la recherche des solutions. Pour concilier les attentes de mobilité et la sobriété énergétique, les désirs d’espace et la recherche de compacité, le rayonnement et la ville à vivre, la qualité urbaine et la maîtrise des coûts, il faut pouvoir s’appuyer sur des principes et de la méthode. »

Jean HAËNTJENS, urbaniste,
directeur d’Urbatopie et auteur de « La Ville frugale »

Les ateliers Transit-City ont lieu au Pavillon de l’Arsenal de 8h45 à 11h
21 Bd. Morland
75004 PARIS.
Métro : Sully Morland.

inscription obligatoire à francois@transit-city.com

Colloque « Science et développement durable : 20 ans après Rio, quelles perspectives ? »

Paris, les 4 et 5 avril 2012 – Campus Gérard Mégie du CNRS

Une conférence-débat organisée conjointement par l’Institut Écologie et Environnement du CNRS (InEE) et l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) dans le cadre de la semaine du développement durable du 1er au 7 avril 2012, au siège du CNRS.
Ce colloque s’adresse au public intéressé par le développement durable, aux questions qu’il soulève et à sa mise en débat. L’objectif est de réinterroger ce concept afin de préparer la conférence Rio+20 de juin 2012. Plusieurs tables rondes permettront d’engager un dialogue entre scientifiques et acteurs. La contribution de la science du concept de développement durable vis-à-vis des multiples enjeux qu’il soulève pour les socio-écosystèmes, les ressources et les territoires seront débattus.  

Organisation

Le colloque se tiendra à partir de 16h le 4 avril, et toute la journée le 5 avril 2012
Inscription gratuite mais obligatoire dans la limite des places disponibles

En savoir plus et s’inscrire

Programme

Télécharger l’affiche

Contact : Agathe Euzen, agathe.euzen@cnrs-dir.fr

6th Urban Research and Knowledge Symposium–Cities of Tomorrow: Framing the Future

Cities of Tomorrow: Framing the Future has been selected as the focal point for the 6th Urban Research and Knowledge Symposium (URKS6), to be held in Barcelona, Spain from October 8-10, 2012. The URKS6 will contribute to inform policy choices that can help policymakers manage potential economic efficiency, environmental sustainability, and social equity tradeoffs associated with urbanization. The Symposium is being organized by The World Bank, in partnership with the City of Barcelona, and some key partners.

Propositions must be posted before the 30th april 2012.

The World Bank & Barcelona October 8-10, 2012

adresse du site : http://www.urbanknowledge.org/urks6.html

 URKS6_Call for Papers_Background Form

  URKS6_Submission Template