publication: La transition énergétique : vrais enjeux, faux départs?

terre2 Si le principe de la transition énergétique semble aujourd’hui faire consensus, sa mise en œuvre apparaît plus problématique, comme le prouvent les récentes manifestations en Bretagne contre la mise en place d’une écotaxe. Ces réticences peuvent peut-être s’expliquer, en partie, par l’approche actuelle qui est faite de la transition énergétique : une approche par le « haut » et essentiellement technique. Si ces approches sont indispensables doivent-elles pour autant être les seules à éclairer cette question de la transition énergétique ? Celle-ci ne peut-elle pas être également impulsée d’en « bas », à travers les actions qu’un ménage, une entreprise, un territoire décide de mettre en œuvre à son échelle ? Ne faut-il pas également intégrer les logiques et les contraintes auxquelles les ménages, les entreprises, les territoires sont confrontés ? Afin de mieux appréhender ces dimensions économiques, sociales et territoriales de la transition énergétique nous avons souhaité organiser un colloque international sur ces questions. Intitulé « La transition énergétique : vrais enjeux, faux départs ? », il avait pour objectif, d’une part, de présenter les résultats de la recherche Trans-Energy financée par l’ANR Villes Durables et, d’autre part, de montrer l’apport des sciences humaines et sociales sur cette question.

Dossier coordonné par Patricia Lejoux et Nathalie Ortar

consultable sur le site de SHS Web of conferences, dossier n°9

Repenser les villes dans la société post carbone

arton34189Au cœur des transitions énergétiques et climatiques de demain, toutes les villes européennes, grandes et petites, devront être capables d’ici 2050 de diviser par trois ou quatre leurs émissions de gaz à effet de serre, d’être autonomes par rapport au pétrole et de s’adapter à un réchauffement climatique se situant dans une trajectoire de 2 à 4 degrés à l’horizon du siècle. Ces trois objectifs – auxquels s’ajoute celui d’un développement durable – définissent la « ville post carbone ». Pourquoi ces enjeux ? En quoi les villes sont elles concernées ? Quels chemins pour y parvenir ? Voilà les questions majeures auxquelles cet ouvrage s’attache à apporter des réponses.

Fruit d’une collaboration de plus de trois ans entre la Mission Prospective du Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie et du Service Économie et Prospective de l’ADEME, « Repenser les villes dans la société post carbone » propose à la fois un état des lieux des relations entre villes, énergie et climat et six scénarios contrastés de transition vers des villes post carbone. Il a la particularité de s’appuyer non seulement sur les réflexions d’un groupe de prospective, mais aussi sur les résultats d’une vingtaine de recherches et l’implication de six villes illustrant la diversité des situations urbaines en France. Partant des contraintes et des atouts qui sont ceux du contexte actuel, de l’expérience des villes européennes, et des réflexions récentes sur les politiques énergétiques et climatiques, il plaide, dans sa conclusion (« le septième scénario ») pour une approche intégrée de la transition vers des villes « post carbone » prenant la juste mesure à la fois de la multiplicité des dynamiques de changement possibles, des obstacles à surmonter, et des opportunités que celle-ci va représenter pour les territoires urbains, leurs entreprises et leurs habitants dans les trente cinq prochaines années.

Auteurs : Jacques Theys et Eric Vidalenc


http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/VPC2013_web2_1_.pdf

 

Sur les 5 dernières années, l’empreinte carbone des Français a stagné

Au sens d’ECO2Climat, les émissions totales liées à la consommation des Français ont légèrement augmenté depuis 2008. Sachant que la population française a augmenté de 2% dans le même temps, cela nous donne une légère diminution de 0,7% des émissions par personne.

Un article à lire sur le site de carbone 4 : http://www.carbone4.com/fr/l_actu_de_carbone_4/sur-les-5-derni%C3%A8res-ann%C3%A9es-l%E2%80%99empreinte-carbone-des-fran%C3%A7ais-stagn%C3%A9

Tout savoir sur l’eau du robinet

6737-1606-CouvertureSous la direction de Agathe Euzen, et Yves Levi

Editions du CNRS

D’où vient l’eau du robinet ? Tout le monde a-t-il accès à ce service essentiel ? Peut-on la boire ? Pourquoi contient-elle du chlore, du calcium ? D’où vient le calcaire ? Est-elle contaminée par des pesticides, des nitrates, du plomb ? Comment est-elle traitée et arrive-t-elle jusqu’à nous ? Qui est responsable de sa qualité ? Quelle est sa réglementation ? Comment la consommons-nous ? En manquerons-nous demain ?

Rares sont ceux qui savent ce qui se cache derrière cette eau du robinet. La vie, la santé, la sécurité de tous sont pourtant liées à l’importance de la distribution en continu d’une eau saine.

De ses origines à son traitement, de la protection de la qualité et de la quantité des ressources à sa gestion et à sa consommation, l’eau « courante » et potable, celle de tous les jours, est le fruit de processus complexes souvent mal connus. Ce livre donne aux consommateurs les réponses aux questions qu’ils se posent, ou qu’ils aimeraient poser, sur les mystères de cette eau si précieuse.

Agathe Euzen est chercheuse au CNRS en anthropologie et sciences de l’environnement, et Yves Levi
est professeur à la faculté de Pharmacie de l’Université Paris-Sud,
membre de l’Académie des Technologies, de l’Académie nationale de
Pharmacie et membre correspondant de l’Académie nationale de Médecine.

terrain n°60 mars 2013, L’imaginaire écologique

terrain_60_couv-small325Comment imagine-t-on les rapports aux lieux, aux milieux et au vivant dans nos sociétés ? Si l’écologisme nous apparaît aujourd’hui comme un monde échevelé et diversifié, souvent conflictuel, il permet aussi de multiples formes d’arrangements avec le réel et, de fait, le transforme, notamment en ouvrant des horizons d’action et en accommodant des mondes que l’on pensait irréconciliables.

L’imaginaire écologique

Vanessa Manceron & Marie Roué

L’église catholique et la cause de l’environnement
Isacco Turina

L’alternative écologique
Vivre et travailler autrement
Geneviève Pruvost

Hymnes à la vie ?
Sur l’engouement récent pour les bêtes naturalisées
Sergio Dalla Bernardina

« Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci. »
L’écologisme quaker
Peter Collins

Utopies universalistes
La nature en concurrence
Sophie Houdart

Les éoliennes : vertes et vertueuses ?
Christine Hugh-Jones

Slow versus fast
Économie et écologie dans le mouvement Slow Food
Valeria Siniscalchi

Repères

Isac Chiva, ethnologie et politique patrimoniale
Noël Barbe

Urbia n°15 : Mutation Ecologique et Transition energétique

urbia15Le régime d’urbanisation actuel est arrivé à un tournant décisif. Celui de la limitation de l’étalement urbain et de la mutation écologique de son habitat, de son système de transports, et de son économie. Ce tournant s’inscrit dans le temps long des changements technologiques et économiques, comme des façons de penser notre relation à la nature et notre place dans ou sur la planète.
Chaque période de l’évolution des sociétés a donné sa marque à la ville. Entre la ville médiévale et celle de l’âge industriel, il y a eu une révolution énergétique majeure : le passage à un approvisionnement fossile a démultiplié la carbonisation du métabolisme des villes européennes. La ville postindustrielle contient encore ce modèle énergétique, qu’elle doit impérativement dépasser. Elle en porte les stigmates. Son premier mérite est peut-être d’avoir, par l’ampleur de son « empreinte écologique », suscité une réaction contre sa plus importante défaillance « génétique » : la dépendance de son fonctionnement aux ressources non renouvelables. La croissance de l’artifice urbain a remplacé la soumission à la nature proche, au prix d’une fragilisation extrême. La soif d’énergie des métropoles modernes dépasse de loin les capacités de l’offre de ses enveloppes spatiales immédiates. Cette défaillance atteindra certainement prochainement un point critique pouvant entraver de façon dramatique le fonctionnement de nos sociétés. Devenues des véritables gouffres énergétiques, les villes contemporaines nous révèlent ainsi l’ampleur des mutations que nous devons affronter. Le paradigme énergétique doit changer. Pouvons-nous imaginer et donner forme à des espaces et à des lieux mieux bâtis, mieux reliés, plus économes en ressources matérielles et dans lesquels les habitants se sentent mieux?

Télécharger la page de garde

Vers des villes postcarbone. Six scénarios contrastés

De nombreux travaux et réunions internationales au plus haut niveau, ces dernières décennies, ont fait progresser, dans l’opinion publique, la prise de conscience des risques lourds que portent en germe, d’une part le réchauffement climatique, et d’autre part l’épuisement possible des sources d’énergie fossile. Dans ce contexte, l’idée d’une transition vers une société dite « postcarbone » fait peu à peu son chemin, avec pour objectifs principaux : une division par quatre d’ici à 2050, par rapport à 1990, des émissions de gaz à effet de serre (dans les pays du Nord), une quasi-autonomie à l’égard des énergies carbonées (pétrole, gaz, charbon), une capacité suffisante d’adaptation aux changements climatiques, et enfin, une attention plus grande aux situations de précarité énergétique.

C’est pourquoi a été lancé, en 2009, un programme copiloté par la Mission prospective du ministère français de l’Écologie et par l’ADEME : « Repenser les villes dans une société postcarbone », dont les travaux sont encore en cours en vue d’un rapport final prévu en 2013, et auquel la revue Futuribles consacre, ce mois-ci, un dossier spécial, coordonné par Jacques Theys, qui a lancé ce programme, et Éric Vidalenc, qui en est aujourd’hui coresponsable avec Nathalie Etahiri.

Leur article, en ouverture de ce dossier, présente la démarche et les réflexions au cœur de ce programme qui analyse en profondeur le rôle que les villes jouent, ou pourraient jouer, dans la promotion d’évolutions et ruptures majeures en faveur d’une société postcarbone. Les auteurs y présentent en particulier les six scénarios de transition qui ont été élaborés en vue de proposer divers cheminements possibles vers des villes postcarbone à l’horizon 2050, au travers d’actions et mesures très concrètes dans le domaine des politiques de transport, de logement, dans les choix énergétiques, l’habitat, les modes de vie, etc. Ils soulignent enfin un enjeu majeur sous-jacent à une telle ambition : la capacité à articuler les trois temps de l’action — les court, moyen et long termes.

Editorial

Artisans du futur

Tribune européenne

Actualités prospectives

Bibliographie

Elisabeth Pélegrin-Genel, Une autre ville sinon rien

Dans les années 2030, près de 90 % de la population française sera urbaine. Il est urgent de réfléchir à des modes de vie plus économes et plus respectueux de l’environnement et surtout d’expérimenter d’autres formes pour habiter et vivre ensemble. L’auteur propose un étonnant parcours à travers toutes les réalisations, même les plus modestes, réalisées ces dernières années et qui nous permettent de rêver à une autre ville : des maisons de retraite autogérées, des béguinages remis au goût du jour, des immeubles construits directement par des familles qui se sont regroupées, des fermes urbaines sur le toit des immeubles… Après les cités jardins qui voulaient faire la campagne à la ville, les éco-quartiers relèvent le pari.
Ce livre aidera tout ceux qui veulent habiter autrement à réfléchir à leur environnement et aux changements à y apporter. Certaines initiatives seront sans lendemain, d’autres deviendront vite banales. Il ne s’agit pas de faire le catalogue exhaustif des récentes innovations architecturales, mais plutôt d’apprendre à déplacer légèrement notre regard sur le quotidien, à sortir des sentiers battus en conservant une bonne dose d’optimisme et d’utopie. Tous ces projets instaurent de nouvelles appropriations et d’autres partages collectifs de l’espace grâce à des dispositifs ingénieux.

Elisabeth Pélegrin-Genel, Une autre ville sinon rien, Paris, Les empêcheurs de penser en rond / La découverte, octobre 2012, 224 p., ISBN : 9782359250480.

Lire la recension de l’ouvrage par Lionel Francou ici

Sociologie urbaine et développement durable

Réchauffement climatique, pics d’ozone, récent « Grenelle de l’environnement », commerce équitable, économie sociale et solidaire, mobilité partagée, mixité sociale… l’actualité ne manque pas de mobiliser le répertoire du « développement durable ». Après avoir rappelé les genèses et filiations du développement durable urbain, ce livre traite de façon originale des enjeux de la « territorialisation » du développement durable dans les espaces urbains.
Le point de départ repose sur le constat du flou qui entoure la notion de développement durable, et plus encore ses usages. Il est d’abord lu comme un levier de transformations des politiques locales, à travers un effort de cohérence entre différents services, niveaux d’action et compétences territoriales. En correspondance avec la réalité des pratiques, les politiques environnementales occupent une place importante dans cet ouvrage, mais en restituant les dynamiques plus larges, sociopolitiques, économiques et culturelles, dans lesquelles elles s’insèrent, ainsi que les dispositifs participatifs reliés aux projets urbains en développement durable.
Le développement durable urbain apparaît inscrit dans des espaces d’interrelations, ce qui permet d’approcher les rapports complexes entre discours et réalités. Il n’y a pas de réalité unique de la « ville durable », mais des processus en train de se faire…

Philippe Hamman, Sociologie urbaine et développement durable, De Boeck, coll. « Ouvertures Sociologiques », 2012, ISBN : 978-2-8041-7210-7.

Comprendre les modes de vie de demain pour offrir des solutions de mobilité adaptées

N° Spécial de : Public transport international, n°2, mars/avril 2012

Sommaire

Les modes de vie de demain: La mobilité, un mode de vie : un changement de paradigme

M. Lichtenegger

Les nouveaux modes de vie en 2025 : une chance pour PTx2

T. Rouyer

Une approche différente de la voiture privée et de nouvelles opportunités pour le transport public

J. Borghuis

L’avenir de la mobilité urbaine : vers des villes multimodales et connectées en 2050

W. Lerner & F.-J. Van Audenhove

Les modes de vie et de consommation évoluent

B. Jung

Au-delà des services de transport, MTR réinvente l’expérience du voyage en métro grâce aux dernières technologies mobiles

A. Leung

Y4PT, attentes et aspirations

Les apories de la ville durable, 1 et 2

Deux dossiers à consulter sur le site de la Vie des idées à propos des apories de la ville durable:

La ville autosuffisante

Malgré son succès récent, l’expression « ville durable » reste confuse. La Vie des Idées propose une série d’articles pour mieux comprendre cette notion et les enjeux qu’elle recouvre.

La ville équitable

Après avoir abordé la question de la ville autosuffisante, et avant de s’intéresser à la ville démocratique, La Vie des Idées propose, en partenariat avec Métropolitiques, de revenir sur les enjeux de la ville équitable. Les questions posées par les politiques urbaines, le partage de la valeur ajoutée à l’échelle des grandes conurbations urbaines, l’accès équitable au logement ou encore les inégalités territoriales face aux risques, invitent à réfléchir aux conditions d’un modèle de développement urbain équitable.

Pour consulter les dossiers :

http://www.laviedesidees.fr/Les-apories-de-la-ville-durable,1090.html

http://www.laviedesidees.fr/La-ville-equitable.html

Low Carbon Communities. Imaginative Approaches to Combating Climate Change Locally

Edited by Michael Peters, Senior Research Fellow, Shane Fudge, Research Fellow and Tim Jackson, Director, RESOLVE, University of Surrey, UK

‘We are faced with the greatest challenge to public engagement since World War Two, and a new discourse of fear – not military invasion but climate change. At the same time most people cannot grasp the scale of the challenge nor what they are supposed to do about it. Good governance requires an informed citizenry who are much more than consumers and customers, but active participants in a new post-carbon politics. Low Carbon Communities helps to set out the political and cultural agenda for the first half of the twenty-first century and, ultimately, the imaginative approaches that are required now to address climate change.’
– Michael Redclift, University of London, UK

‘Few aspects of the transition to sustainability are more important than the search for effective means of enabling behaviour change, innovation and cooperation in local communities. This collection is a hugely valuable contribution to our understanding, and to the work of practitioners and policy makers alike.’
– From the Foreword by Ian Christie, Associate, Green Alliance and Chair, RESOLVE Advisory Committee

Community action is a vital strategy in the fight against climate change and has increasingly informed government policy, academic inquiry and grassroots action since the start of this century. This timely and engaging volume explores both the promise of community-based action in tackling climate change and some of its limitations.

On the one hand, community-based action offers a meaningful way to achieve global targets and an avenue for renewing social relations at the local level. On the other, it challenges fundamental aspects of social organization in the modern economy and sometimes comes into conflict with wider structures and constraints. This volume brings together theoretical and practical perspectives on community action to mobilize social change towards a sustainable, low carbon future. The opportunities and challenges are considered through a diverse range of models and case studies. Fresh conceptual insights are provided and new light is shed on the policy implications and practical ramifications of establishing effective community engagement in efforts to combat climate change locally.

This book will prove a stimulating read for academic researchers in the fields of climate change science, local and national level policy analysis and governance research. Local authorities, development agencies and policy makers seeking to understand and to influence the behaviours and practices of ‘energy consumers’ and the communities in which they live will also find much to inspire them.

2010 304 pp Hardback 978 1 84844 589 5 Regular Price £78.00  Web Price £70.20 ebook 978 1 84980 710 4
2012 Paperback 978 1 84980 432 5  Regular Price £25.00  Web Price £20.00

For full contents – www.e-elgar.com

Anthropologie des usages de l’énergie dans l’habitat

Les politiques de maîtrise de l’énergie dans l’habitat, et plus largement dans les bâtiments, se fondent sur une réglementation plus exigeante des normes de construction. Elle s’appuient également sur un certain nombre d’aides financières incitant les ménages à réaliser des travaux ou à acquérir des équipements de chauffage plus performants. On sait que ces efforts ne permettront pas d’atteindre les objectifs fixés en matière de réduction du CO2 si les pratiques ne « suivent pas » ou si elles contrarient, dansl’usage quotidien qui en est fait, le fonctionnement attendu des appareils domestiques, qu’ils consomment de l’énergie à des fins de chauffage ou à d’autres finalités (cuisine, toilette, travail, loisirs…).
Mais que sait-on au juste des pratiques et usages de l’énergie dans l’habitat ?
Que peut-on attendre des habitants que nous sommes, pris entre bonne volonté écologique et exigences de confort, entre difficulté à se chauffer et souci d’économiser, entre « raison domestique » et prescriptions techniques ?Suspendant pour un temps tout jugement et toute posture normative, cette étude fait le point sur la question à partir d’un tour d’horizon de la littérature sociologique et anthropologique sur le sujet et en l’assortissant d’une riche bibliographie commentée, tant française qu’étrangère.
 
Ouvrage dirigé par Hélène Subremon, consultatble ici

Budget énergétique des ménages. Atlas des territoires vulnérables

L’accès à un foncier moins cher qu’en coeur des villes et à une énergie abordable a permis de répondreaux aspirations de bons nombre de ménages : accéder à une maison à la campagne, ayant une plus grande superficie qu’en ville, et confortable en toutes saisons …
Le pic pétrolier de l’été 2008 a remis sous les projecteurs les frais de carburants. Ces derniers sont encore al identifiés par les ménages par rapport à d’autres charges comme les loyers ou les remboursements de prêt, ou perçus à tort comme résiduels ; la perspective d’un accroissement rapide de ce poste a réhabilitéles analyses spécifiques sur ce thème.
Par les multiples dynamiques qui touchent la notion de « périurbain », ces territoires à distance des lieux historiques de concentration des populations, services et activités sont devenus une zone d’enjeu d’étude et d’expérimentation pour la promotion d’une ville économe en énergie.
Ce document discute et pose les bases d’une méthode de spatialisation de la vulnérabilité énergétique des ménages. L’objectif est de repérer les territoires dont les consommations des ménages sont plus importantes ou plus sensibles à une hausse du prix des énergies. Cette analyse prend en compte les dépenses énergétiques domestiques des ménages et les dépenses de carburant liées aux déplacements des actifs pour se rendre au travail en voiture.
Consulter ici

Pathways for Carbon Transitions

PACT project aims at shaping what a sustainable post-carbon society would look like and how we could reach it within the next 50 years. It will focus first on what shape the energy demand, and how this should evolve towards post-carbon concept, from two viewpoints: that of the infrastructures, in relation to urbanisation and land-use schemes, and that of the life-styles and behaviours, in relation to the technologies that should be available. It will then deepen the question of urbanisation and land-use from the renewable energy perspective, including that of the systems (centralised/dependence versus decentralised/autonomous). Last, PACT will investigate the role of social forces, actors, stakeholders in the transition process toward this post-carbon concept. The ultimate objective of the project is to complement these analytical components with an attempt to quantify scenarios of post-carbon societies, at the world level.

<!–

First semester 2009 : Survey « Youth, Energy and Future »

The PACT (Post-carbon transition) project and the European Commission ask for schools’ kind cooperation for an international research.
Please invite your students, aged between 14 an 19 years, to express their opinions about energy and future.
Students can fill in the on-line questionnaire (available in English, French, German, Italian or Spanish) going to this link: www.cityrights.eu/pact

–>

This project has a 3 years duration. The starting date was October, 2008. The end of the project is planned for October 2011. This project is funded by the European Commission within the 7th Research Framework programme (Project number : 225503). The views expressed in this website are the sole responsibility of the author and do not necessarily reflect the views of the European Commission.

General information on the 7th Research Framework programme and the Socio-economic Sciences and Humanities projects :
Cordis SSH : http://cordis.europa.eu/fp7/ssh/
Europa SSH : http://ec.europa.eu/research/social-sciences/
Deliverables can be consulted here