publication: La transition énergétique : vrais enjeux, faux départs?

terre2 Si le principe de la transition énergétique semble aujourd’hui faire consensus, sa mise en œuvre apparaît plus problématique, comme le prouvent les récentes manifestations en Bretagne contre la mise en place d’une écotaxe. Ces réticences peuvent peut-être s’expliquer, en partie, par l’approche actuelle qui est faite de la transition énergétique : une approche par le « haut » et essentiellement technique. Si ces approches sont indispensables doivent-elles pour autant être les seules à éclairer cette question de la transition énergétique ? Celle-ci ne peut-elle pas être également impulsée d’en « bas », à travers les actions qu’un ménage, une entreprise, un territoire décide de mettre en œuvre à son échelle ? Ne faut-il pas également intégrer les logiques et les contraintes auxquelles les ménages, les entreprises, les territoires sont confrontés ? Afin de mieux appréhender ces dimensions économiques, sociales et territoriales de la transition énergétique nous avons souhaité organiser un colloque international sur ces questions. Intitulé « La transition énergétique : vrais enjeux, faux départs ? », il avait pour objectif, d’une part, de présenter les résultats de la recherche Trans-Energy financée par l’ANR Villes Durables et, d’autre part, de montrer l’apport des sciences humaines et sociales sur cette question.

Dossier coordonné par Patricia Lejoux et Nathalie Ortar

consultable sur le site de SHS Web of conferences, dossier n°9

Call for papers: The Energy Transition: real issues, false starts?

terre2

english bellow

La Transition énergétique : vrais enjeux, faux départs ?

Le double constat de l’inéluctabilité d’une transition énergétique, qui pour l’heure se traduit par une hausse croissante des prix de l’énergie, et de l’inadaptation des métropoles à l’accompagner impose de s’interroger sur les pratiques des acteurs qui contribuent à la fabrique métropolitaine : acteurs publics, ménages, entreprises. Les solutions envisagées pour faire face à la transition énergétique semblent avoir été essentiellement esquissées par les acteurs publics, tant au niveau européen, national que local. Or, ménages et entreprises appréhendent différemment ces enjeux, en raison notamment des multiples contraintes auxquelles ils doivent faire face et de l’impact différencié des politiques mises en œuvre. S’inscrivant dans une perspective critique sur les politiques urbaines de développement durable, ce colloque vise à mettre en évidence les impensés des enjeux économiques, sociaux, environnementaux et territoriaux associés à la transition énergétique au travers de l’analyse des pratiques énergétiques des ménages et des entreprises. Comment ménages et entreprises envisagent-ils aujourd’hui les enjeux associés à la transition énergétique ? Dans quelle mesure leurs pratiques se rapprochent-elles ou, au contraire, s’éloignent-elles des comportements attendus par les acteurs publics, tant au niveau national qu’au niveau local ? Où en est-on ? Existe-t-il des signaux qui laissent à penser que des évolutions sont en cours ? De quelles natures sont-elles ?

Les pratiques énergétiques des entreprises pourront être questionnées à travers l’analyse des politiques menées par les entreprises en matière d’environnement et d’énergie, des actions mises en place dans le domaine de la mobilité ou des critères pris en compte dans les stratégies de localisation des entreprises au sein des espaces métropolitains. Les pratiques énergétiques des ménages, pour leur part, pourront être appréhendées à travers l’analyse des pratiques résidentielles et des pratiques de mobilité. Dans les deux cas, se posent des questions de méthodes d’appréhension des pratiques et d’estimation de leurs impacts sur les localisations, les mobilités, l’environnement et la consommation énergétique.

Il s’agit également, à travers ce colloque, de donner une visibilité aux recherches qui abordent de près ou de loin cette thématique émergente de la transition énergétique et de créer des échanges entre chercheurs venant de différents horizons disciplinaires. Ceux-ci sont invités à venir confronter leurs points de vue, à mettre en valeur la spécificité de leurs approches et de leurs méthodes et à établir des liens avec d’autres disciplines. Les contributions de doctorants et de jeunes chercheurs sont fortement encouragées.

 

Le colloque s’organisera autour de deux ateliers :

Politiques d’entreprises, pratiques résidentielles des ménages et transition énergétique 

Territoires, entreprises, salariés et mobilité durable

 

Dates importantes

Date limite de dépôt des résumés : 15 juin 2013

Notification d’acceptation : 15 juillet 2013

Colloque : 21-22 octobre 2013

 

Pour en savoir plus : http://transenergy2013.sciencesconf.org/

The Energy Transition: real issues, false starts?

Two factors make it important to examine the practices of the stakeholders – public authorities, households and firms – involved in the creation of metropolitan areas: the inevitability of an energy transition, which is for the time being apparent in escalating energy prices, and the inability of metropolitan areas to adapt to this change. The public authorities, whether at a European, national or local level, appear to have outlined in broad terms the envisaged ways of bringing about the energy transition. However, households and firms perceive the issues very differently, in particular because of the large number of constraints they have to cope with and the varied impacts of the policies that are implemented. This conference adopts a critical approach to urban policies with regard to sustainable development, and attempts to reveal the overlooked economic, social, environmental and spatial issues associated with the energy transition through an analysis of the energy practices of households and firms. How do households and firms currently perceive the issues related to the energy transition? To what extent do their practices conform to or diverge from those desired by the public authorities, at both national and local levels? What is the current state of affairs? Are there any signals that lead one to think that changes are under way? If so, what form do the changes take?

We can examine the energy practices of firms by analyzing their environmental and energy policies, the measures they apply with regard to transport, or the criteria that enter into their locational strategies within metropolitan areas. The energy practices of households can be measured on the basis of their residential or travel behaviours. In both cases, issues are raised concerning methods of measuring behaviours and estimating their impacts on locations, transport practices, the environment and energy consumption.

The conference will also set out to highlight research that deals directly or indirectly with the emerging topic of the energy transition and foster discussions between researchers with different disciplinary outlooks. Researchers are encouraged to compare their points of view, highlight the specific nature of their approaches and methods and build links with other disciplines. Contributions from doctoral students or young researchers are strongly encouraged.

 

The conference will be organized around two workshops:

Firms’ policies, households’ residential practices and energy transition 

Spatial issues, firms, workers and sustainable mobility

 

Important dates

Call for paper : open till June 15 2013

Acceptance will be notify by July 15th 2013

Registration will open July 1st 2013

Submission and information: http://transenergy2013.sciencesconf.org/

Organizational committee

Félicie Drouilleau, LET, ENTPE/CNRS/Université de Lyon Louis Lumière
Patricia Lejoux, LET, ENTPE/CNRS/Université de Lyon Louis Lumière
Nathalie Ortar, LET, ENTPE/CNRS/Université de Lyon Louis Lumière

 

Scientific committee

Michel André, Air pollution from Transports, IFSTTAR, France

Louafi Bouzouina, economist, LET, ENTPE, France

Weert Canzler, Science politics studies, Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung, Germany

Malene Freudendal-Pedersen, Urban studies, Roskilde University, Denmark

David Gibbs, Human geography, University of Hull, Great Britain

Jean-Marie Halleux, geographer, ECOGEO and LEPUR, University of Liege, Belgium

Pierre Lannoy, sociologist, Centre METICES, Université Libre de Bruxelles, Belgium

Patricia Lejoux, geographer, LET, ENTPE, France

Joël Meissonier, sociologist, CETE Nord-Picardie, France

Blandine Mortain, sociologist, CLERSE-CNRS, University of Lille 1, France

Jean-Pierre Nicolas, Urban studies, LET, ENTPE, France

Nathalie Ortar, anthropologist, LET, ENTPE, France

Knut Petzold, sociologist, University of Siegen , Germany

Cécile Vignal, sociologist, CLERSE-CNRS, University of Lille 1, France

Stéphanie Vincent-Geslin, sociologist, LASUR INTER ENAC EPFL, Swizerland

Gordon Walker, geographer, Lancaster Environment Centre, Great Britain