Urbia n°15 : Mutation Ecologique et Transition energétique

urbia15Le régime d’urbanisation actuel est arrivé à un tournant décisif. Celui de la limitation de l’étalement urbain et de la mutation écologique de son habitat, de son système de transports, et de son économie. Ce tournant s’inscrit dans le temps long des changements technologiques et économiques, comme des façons de penser notre relation à la nature et notre place dans ou sur la planète.
Chaque période de l’évolution des sociétés a donné sa marque à la ville. Entre la ville médiévale et celle de l’âge industriel, il y a eu une révolution énergétique majeure : le passage à un approvisionnement fossile a démultiplié la carbonisation du métabolisme des villes européennes. La ville postindustrielle contient encore ce modèle énergétique, qu’elle doit impérativement dépasser. Elle en porte les stigmates. Son premier mérite est peut-être d’avoir, par l’ampleur de son « empreinte écologique », suscité une réaction contre sa plus importante défaillance « génétique » : la dépendance de son fonctionnement aux ressources non renouvelables. La croissance de l’artifice urbain a remplacé la soumission à la nature proche, au prix d’une fragilisation extrême. La soif d’énergie des métropoles modernes dépasse de loin les capacités de l’offre de ses enveloppes spatiales immédiates. Cette défaillance atteindra certainement prochainement un point critique pouvant entraver de façon dramatique le fonctionnement de nos sociétés. Devenues des véritables gouffres énergétiques, les villes contemporaines nous révèlent ainsi l’ampleur des mutations que nous devons affronter. Le paradigme énergétique doit changer. Pouvons-nous imaginer et donner forme à des espaces et à des lieux mieux bâtis, mieux reliés, plus économes en ressources matérielles et dans lesquels les habitants se sentent mieux?

Télécharger la page de garde


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *